2000 – RAPPORT ANNUEL – ANAFE

Dans le cadre de l’ANAFE (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers)[1], la LDH assure une permanence téléphonique hebdomadaire.

Depuis le milieu des années 80, dans le cadre d’une politique de contrôle plus strict des flux migratoires, les États européens ont développé un certain nombre de mesures et de pratiques destinées à lutter contre l’immigration irrégulière. 

Parmi ces dispositions, nombreuses sont celles qui ont trait aux conditions d’accès au territoire européen : généralisation de l’exigence des visas, amendes aux compagnies de transport, etc.

En France, certaines des conséquences les plus manifestes sont constatées aux frontières. Des milliers d’étrangers, qui ignorent souvent la réglementation et dont l’entrée sur le territoire n’est pas autorisée, se voient retenus en « zone d’attente » pendant plusieurs jours, dans des conditions difficiles, et, jusqu’en 1992, sans qu’aucun texte légal n’autorise cette forme de détention provisoire. Parmi ces étrangers, des demandeurs d’asile fuyant leur pays en quête d’une protection. 

Témoins à plusieurs reprises de situations humaines tragiques, plusieurs organisations professionnelles de transport aérien prennent contact en 1988 avec des organisations de défense des droits de l’homme pour échanger des informations et envisager des actions communes. Ce groupe informel s’est développé et s’est structuré en association loi 1901 en 1989, donnant naissance à l’ANAFE, Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers. 

L’ANAFE s’est fixé deux objectifs essentiels :

  • assurer une présence effective auprès des étrangers non-admis aux frontières ou en attente d’une décision d’admission au titre de l’asile ;
  • exercer une pression auprès des pouvoirs publics afin que le sort réservé aux étrangers aux frontières soit respectueux tant du droit français que des conventions internationales ratifiées par la France.


[1] Associations et organismes membres de l’ANAFE : Amnesty International section française, Association des juristes pour la reconnaissance des droits fondamentaux des immigrés, Cimade – Service œcuménique d’entraide, Comité médical pour les exilés, Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés, Forum réfugiés, France terre d’asile, Groupe d’accueil et de solidarité, Groupe d’information et de soutien des immigrés, Maison de l’immigration, Ligue des droits de l’homme, Migrations santé, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, Fédération des syndicats de travailleurs du rail solidaires, unitaires et démocratiques, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature, Syndicat CFDT des personnels assurant un service Air-France, Syndicat CFDT des personnels assurant un service Aéroports de Paris, Syndicat des pilotes de l’aviation civile, Union régionale Ile de France CFDT.

Share This