2000 – RAPPORT ANNUEL – 9e concours ‘Poèmes et Lettres pour la fraternité’

  • La mobilisation continue…

De Metz à l’Ile de la Réunion, plus de 40 sections se sont mobilisées et ont établis des contacts en milieu scolaire pour permettre une sensibilisation des jeunes au thème « les droits de l’enfant sont les droits de l’homme ». Le rayonnement géographique dépasse largement les frontières : grâce aux liens constants de la section d’Arras avec des collèges allemands, 2 prix ont été accordés à des élèves du land de Hesse, la Roumanie a de nouveau remporté un premier prix, et l’Espagne a fait son entrée parmi les participants et les lauréats.

Il faut saluer particulièrement la participation de l’Ile de la Réunion qui compte  trois lauréats dans le palmarès, dont le plus jeune du concours scolarisé en maternelle. Les sections d’Évry et d’Arles se sont, elles-aussi, distinguées par l’attribution de trois prix respectifs.

  • Une grande diversité des œuvres :

Près de 400 établissements scolaires se sont investis dans ce concours et plus de 5000 enfants et adolescents ont réalisé des œuvres originales, sous des formes très diverses : poèmes imprimés sur tee-shirt, tableau noir d’écolier, rouleau illustré…

La participation des Instituts médico-éducatifs a été très remarquée, en particulier l’IME « Les terres noires » à La Roche-sur-Yon qui a obtenu le premier prix pour son oeuvre poétique et artistique L’accordéon des mots bleus et des mots rouges . De nombreuses écoles classées en zone d’éducation prioritaire ont également participées au concours et cette diversité des jeunes a permis une grande richesse des textes en compétition.

Cette année encore, les enseignants se sont fortement investis afin d’accompagner et de valoriser la parole des enfants.

  • Au-delà du concours…

Le succès des sections va parfois au-delà du cadre du concours et permet de valoriser dans le temps le travail réalisé :

ainsi, la section de Mâcon a organisé le concours en partenariat avec le Centre de loisirs éducatifs de la ville, dont l’objectif était de faire connaître la Convention des droits de l’enfant tout au long de l’année 2000. D’autre part, une exposition franco-allemande de Poèmes pour la fraternité a été présentée en Allemagne, puis dans des collèges de la Somme pendant plusieurs mois, où elle a permis des travaux pluridisciplinaires dans les classes.

  • La remise des prix

Près de 700 lauréats ont été récompensés lors de cérémonies locales. De nombreuses sections ont pu établir des partenariats divers : inspections d’Académie, maisons d’éditions, commerçants, Fédération des œuvres laïques, et surtout mairies, conseils généraux, et bibliothèques municipales, donnant ainsi une dimension importante au concours. Samedi 24 juin 2000, la Maison de la poésie a accueilli à Paris les lauréats, leurs familles et les enseignants venus de toute la France pour assister à la remise des prix nationale en présence du jury composé de nombreux écrivains : Antoine Spire, son président, Azouz Begag, Serge Koster, Annie Leclerc et Irène Schwartz. Lors de cette journée particulièrement réussie, les enfants ont pu lire leurs textes et, grâce à nos nombreux partenaires, recevoir leurs lots de cadeaux, avant de se retrouver autour d’un goûter convivial.

Share This