2000 – RAPPORT ANNUEL – 24 février – Odell Barnes et la peine de mort aux Etats-Unis

Présidée par Henri Leclerc, en présence de Robert Badinter, Patrick Baudouin, Jean-Jacques de Felice, Didier Liger, et le Collectif pour Odell Barnes.

DECLARATION COMMUNE DU COLLECTIF POUR ODELL BARNES :[1] :

Depuis le 14 mai 1991, la Cour de Justice de Wichita Falls, Texas, a condamné Odell Barnes Jr à la peine capitale pour un crime qu’il aurait commis en novembre 1989 sur Helen Bass. L’accusation, essentiellement fondée sur une analyse de deux gouttes de sang retrouvées sur un vêtement d’Odell, a été mise en pièces par une contre-enquête financée en partie par l’association Lutte pour la justice. La contre-analyse a confirmé qu’il s’agissait bien du sang d’Helen Bass, mais a relevé la présence d’acide citrique, produit utilisé en laboratoire comme anticoagulant. Trois avocats ont alors décidé de défendre Odell Barnes afin de mettre en lumière les négligences et les trafics de preuve de l’enquête policière. Odell clame son innocence depuis 9 ans dans les couloirs de la mort. La juridiction texane a fixé sa date d’exécution au 1er mars prochain. Ses avocats réclament la révision de son procès ou le report de son exécution.

Le cas d’Odell Barnes souligne aujourd’hui les graves lacunes du système judiciaire américain et remet en question les fondements de la légitimité de la peine capitale. A ce titre des mouvements, associations, organisations et partis politiques ont décidé d’associer leurs forces pour défendre les droits fondamentaux d’Odell Barnes et, à travers lui, ceux des quelque 3600 personnes qui attendent leur exécution dans les couloirs de la mort aux États-Unis. La renaissance de la peine de mort outre-Atlantique nous apparaît intolérable car elle n’est qu’un assassinat sous un apparat de légalité. La culpabilité d’Odell Barnes n’a jamais été aussi improbable ; pourtant son exécution n’a jamais été aussi proche.

Autour de l’association Lutte pour la justice, nous décidons de sceller le « Collectif pour Odell Barnes » et d’interpeller chaque citoyen de France et d’Europe ainsi que l’ensemble de la communauté internationale pour que la justice texane accepte la révision du procès. Odell Barnes n’a pas eu le droit élémentaire à un procès équitable. Il s’agit pour nous de rétablir la justice dans cette affaire et de défendre l’abolition de la peine de mort sur le territoire américain et dans le monde.


[1] Composé par la LDH, la FIDH, Lutte pour la justice, Chiche ! les jeunes Verts d’Ile de France, le MRAP, France Libertés, l’ACAT, Les Verts, L’Itinérant.

Share This