1999 – RAPPORT ANNUEL – 19 novembre – Collectif contre la circulaire Chevènement (1999)

Loin de prendre en compte la demande de plusieurs dizaines milliers de personnes, sans papiers, qui attendent de sortir d’un état de non droit, cette circulaire n’envisage qu’un traitement purement policier et répressif de la situation que les gouvernements ont eux-mêmes créée.

Encourageant les forces de police à ouvrir une véritable traque au faciès, désignant les lieux de cette traque, le ministre de l’Intérieur appelle aussi ses services à user de toutes les ressources répressives que leur offre la législation et entend même dicter aux magistrats leur attitude. Il défie la souveraineté des consuls des pays d’origine des sans-papiers et leur fait injonction de se plier à ses décisions.

Désignant l’ennemi, le ministre de l’Intérieur en désigne aussi les complices : ce sont les associations qui aident les étrangers puisque leur intervention doit être signalée au même titre que les réactions de grande violence que pourraient avoir certaines des personnes concernées !

Nous n’acceptons pas que plusieurs dizaines de milliers de personnes soient ainsi pourchassées et que soit méprisée l’action de tous ceux, associations, partis et syndicats ou simples citoyens, qui s’opposent à cette politique autoritaire et arbitraire.

Signataires :

Act Up – AFJD (Association française des juristes démocrates) – Agir ensemble pour les droits de l’homme – AIDES Fédération – AMF (Association des Marocains en France) – – ASSPPP (Association de soutien aux sans-papiers en prison pour papiers) – ATF (Association des Tunisiens en France) – ATMF (Association des travailleurs marocains en France) – ATTF (Association des travailleurs de Turquie) – CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement) – CGT (Confédération générale du travail) – CIEMI (Centre d’information et d’études sur les migrations internationales) – CIMADE (Comité intermouvement auprès des évacués) – CNAFAL (Conseil national des associations familiales laïques) – CSF (Confédération syndicale des familles) – Coordination française pour le droit de vivre en famille – CSL (Comité des sans-logis) – Coordination nationale des sans-papiers – Droits devant ! ! – Emmaüs – FASTI (Fédération des associations de soutien aux travailleurs immigrés) – Femmes de la Terre – Fen (Fédération de l’éducation nationale) – France Libertés – FSU (Fédération syndicaliste unifiée) – FTCR (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux Rives) – GAS (Groupe accueil et solidarité) – GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés) – LCR (Ligue communiste révolutionnaire) – Les Verts – LDH (Ligue des droits de l’homme)- LO (Lutte ouvrière) – MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – Observatoire des libertés publiques – PCF (Parti communiste français) – Ras L’Front – Syndicat de la magistrature – SAF (Syndicat des avocats de France) – SNPM (Service national de la pastorale des migrants) – SUD-PTT.

Share This