1991 – Résolution adoptée lors du 71ème congrès à La Villette (13 et 14 avril) – Résolution générale

Préservez les droits, développer les Libertés et approfondir la Citoyenneté, telles sont les priorités de la Ligue.

Des millions de personnes sont aujourd’hui exclues, en droit ou en fait, de la citoyenneté. Au-delà de ces exclusions, nombreux sont ceux qui se détachent de l’exercice de leurs droits, voire qui ne se sentent plus citoyens. Pour être citoyen, il faut d’abord se voir reconnaître les moyens de la citoyenneté. C’est aussi une des conditions nécessaires pour combattre l’extrême droite.

La LDH exprime son inquiétude quant à la situation des étrangers en France.

Elle constate que les efforts culturels et sociaux en faveur de l’intégration ne suffisent pas à compenser des pratiques administratives et des dispositifs légaux insécurisants pour tous les étrangers. Il doit être mis un terme à ces pratiques et les réformes législatives nécessaires doivent être engagées.

Une solution globales doit être apportée aux problèmes des 100 000 demandeurs d’asile déboutés. La LDH s’élève contre toute remise en cause du droit au travail des demandeurs d’asile, mesure, de surcroît, génératrice de travail clandestin.

Entre les tenants d’une ouverture générale des frontières et une politique gouvernementale accrochée au dogme irréaliste de la fermeture des frontières, la LDH refuse de faire de notre pays une forteresse assiégée.

La LDH renforcera son action en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales, condition essentielle de l’accès à la citoyenneté des résidents étrangers en France et du recul des conceptions racistes de l’identité.

Approfondir la citoyenneté, c’est rechercher les moyens d’une plus grande égalité dans tous les domaines. Cette exigence d’égalité concerne notamment l’exercice du droit au travail, à l’éducation, l’éducation de la Convention des droits de l’enfant.

Il s’agit aussi d’assurer effectivement le droit au logement et de mettre en œuvre une politique de la ville qui soit de nature à éviter la marginalisation d’un nombre croissant de jeunes et les ruptures et violences qui en sont la conséquence.

La citoyenneté doit également s’exercer sur le lieu de travail et il faut mettre fin à la répression syndicale.

Pour approfondir la citoyenneté et les libertés, il faut aussi s’assurer que les institutions ne sont pas un frein à leur développement.

La LDH réaffirme sa volonté de modifier les institutions de la Vème République qui ne permettent pas l’exercice plein et entier de la démocratie et notamment des responsabilités parlementaires. Elle estime nécessaire d’assurer le développement de la démocratie locale et de la participation de tous les habitants à la gestion de leurs affaires ;

Etre citoyen, c’est aussi disposer d’une information affranchie de certaines pratiques médiatiques et de l’argent. Il ne suffit pas de reconnaître le droit à l’information, il faut lui donner les moyens d’être mis en œuvre.

La ligue s’attachera également à promouvoir une approche de la laïcité émancipatrice, respectueuse des diversités et source de règles communes ; ans le respect de la loi de 1905.

La LDH est ce lieu d’ouverture et de confrontation où se retrouvent des militants de diverses sensibilités qui veulent agir ensemble en particulier pour de nouvelles citoyennetés.

Share This