19 mai 2005 – Hommage Hommage à André Lemarchand

Déclaration de Michel Tubiana, Président de la LDH

André nous a quitté. Pour tous les membres de la LDH, c’est un moment d’histoire de la LDH qui s’en va. C’est aussi une vie faite de fraternité humaine et de fidélité à nos principes qui s’éteint. André Lemarchand a siégé pendant de longues années au Comité central de la LDH dont il était membre honoraire. André y a apporté, je peux en témoigner personnellement, sa réflexion mais aussi sa volonté de combattre au quotidien toutes les atteintes aux droits de l’Homme. Il a accompagné la Ligue à un moment où ses adhérents se raréfiaient. Il n’a jamais cessé ce combat et n’a jamais désespéré. La Ligue lui doit d’autant plus qu’il a su transmettre le flambeau et créer les conditions qui ont permis à nos rangs de se renforcer à Clermont-Ferrand, et d’en faire une des sections les plus vivantes de notre organisation.

Je me souviens de ce congrès tenu à Clermont-Ferrand qui était, en quelque sorte, la concrétisation de ses efforts. Réunir en sa ville, dans sa région, l’ensemble des ligueurs fut pour lui, je le sais, un immense bonheur et une reconnaissance de son travail opiniâtre.

Je partageais avec André Lemarchand, au-delà de notre appartenance commune à la LDH, la même démarche philosophique, le même regard sur l’Humanité. Elle est commune à tous ceux et à toutes celles qui ont comme postulat la dignité de chacun et l’adhésion à nos principes de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est ce combat, son combat, le nôtre, que nous devons poursuivre.

Je sais que la perte de sa femme, qui était aussi une militante, a représenté un immense déchirement pour André. Je sais aussi qu’il a été entouré par sa famille comme par les militants de la LDH. À sa famille, à ses amis, aux militants de la LDH de Clermont-Ferrand, je veux dire ici, au nom de la LDH et en mon nom personnel, mon amitié, ma sympathie et m’associer à leur peine.

Merci André de tout ce que tu as fait, merci d’avoir tant donné. Tu resteras présent dans nos mémoires et dans notre affection.

Michel Tubiana

Président de la LDH

Paris, le 19 mai

Share This