18 août 2004 : Lettre adressée à Monsieur Jean-Michel Charpin, Directeur Général de l’INSEE, au sujet du recensement de la population de la Nouvelle Calédonie

Lettre signée de Michel Tubiana, président de la LDH.

Mr Jean-Michel Charpin

Directeur Général de l’INSEE

Monsieur le Directeur Général,

La Ligue des droits de l’Homme suit avec préoccupation la situation en Nouvelle Calédonie au regard du recensement dela population. Depuis notre communiqué de presse joint, nous avons pris connaissance de l’appel au boycott du recensement, le 17 août, par une organisation politique locale à quelques jours du 31 août, début de la collecte. A l’évidence, le recensement va être lancé dans un contexte marqué par les prises de position nombreuses pour le maintien de questions sur les origines dans lesquelles les personnes se reconnaissent.

Dans le cadre des problématiques retenues par les accords de Matignon et de Nouméa, la statistique publique joue un rôle essentiel pour fournir une information légitime et reconnue sur ce thème. Les taux de réponses à ces questions posées lors des précédents recensements (99% en 1989 et 96% en 1996) ont permis de fournir des données largement utilisées.

L’INSEE ayant la responsabilité de conduire les opérations de recensement en Nouvelle Calédonie, nous souhaitons savoir pourquoi les questions sur l’origine des personnes ont été retirées et comment la statistique publique fournira une information fortement demandée.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur Général, à l’assurance de mes sentiments distingués.

Michel Tubiana, président de la LDH.

PJ : communiqué de presse du 4 août 2004

Paris, le 18 août 2004

Share This