17 octobre 2006 – Journée d’hommage à Pierre Vidal-Naquet

Jean-Noël Jeanneney, président dela Bibliothèque nationale de France
Danièle Hervieu-Léger, présidente de l’EHESS
François Gèze, P-DG des Éditions La Découverte
Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des droits de l’Homme
et le collectif « trop, c’est trop ! »
 
En partenariat avec l’Association Castoriadis, la BDIC, Esprit, France-Culture, Le Monde diplomatique, les Éditions Albin Michel, les Éditions de Minuit et Les Belles Lettres
vous invitent à une journée d’hommage à Pierre Vidal-Naquet
PIERRE VIDAL-NAQUET, UN HISTORIEN DANS LA CITÉ
Le vendredi 10 novembre 2006, de 9 h 30 à 19 h 30
 
Bibliothèque nationale de France
Site François Mitterrand
Grand auditorium, Hall Est
Quai François Mauriac, 75013 Paris
Entrée Est (côté Métro Bibliothèque François-Mitterrand, rue de Tolbiac)

 

« Pierre Vidal-Naquet, un historien dans la cité »

 

La mort de Pierre Vidal-Naquet, le 29 juillet 2006, laisse un grand vide. Pour lui rendre hommage et témoigner de l’importance de ses engagements comme de celle de son œuvre d’historien, ses amis organisent une journée de témoignages, le vendredi 10 novembre (de 9 h 30 à 19 h 30) au grand auditorium de la Bibliothèque nationale de France, entrée Est (entrée libre).

 

Organisée conjointement par la BNF, la Ligue des droits de l’homme, l’EHESS, les Éditions La Découverte et le collectif «Trop, c’est trop !» (avec le soutien de : Association Castoriadis, BDIC, revue Esprit, France-Culture, Le Monde diplomatique, Éditions Albin Michel, Éditions de Minuit, Les Belles Lettres), cette journée évoquera la mémoire de ce grand historien qui a marqué les esprits par son approche novatrice de la Grèce antique, son engagement d’intellectuel dreyfusard et sa vision critique des questions contemporaines.

La journée sera organisée en cinq « séquences » thématiques de 1 h 30. Lors de chacune d’elle, cinq à sept intervenants (de France et d’ailleurs) donneront leur témoignage, des extraits d’émissions radios et de films seront diffusés, des textes de Pierre Vidal-Naquet seront lus par des comédiens et des photos seront projetées. On trouvera ci-après le déroulement de ces séquences et les intervenants prévus (dont la liste est susceptible de modifications).

 

PROGRAMME DE LA JOURNEE

 

9 h 30/9 h 45Ouverture de la journée par Jean-Noël Jeanneney (président de la BNF) et François Gèze (P-DG de La Découverte).

 

9 h 45/11 h 15L’enfance et la famille

Animation : Florence Fabre.

Intervenants :

Claude Mossé, Un descendant des Juifs du pape,

Jacques Brunschwig, Avant la brisure,

François Vidal-Naquet, 1944,

Robert Bonnaud, Avec Pierre au lycée,

Nadine Heftler, Le grand voyage,

Charles Malamoud, La découverte de Paris,

Maud Sissung, L’écriture de Pierre Vidal-Naquet, une expérience de plus de quarante ans.

 

11 h 15/11 h 30 : pause

 

11 h 30/13 h 00La guerre d’Algérie et ses suites

Animation : Gilles Manceron (Ligue des droits de l’Homme).

Intervenants :

Josette Audin, Mes échanges avec Pierre Vidal-Naquet après l’arrestation de mon mari, Irène Lindon, Jérôme Lindon et l’édition de L’Affaire Audin, Mohammed Harbi, Ce qu’a représenté Pierre Vidal-Naquet pour les combattants de l’indépendance algérienne, Noël Favrelière, Le soutien aux insoumis, Paul Thibaud, La publication de Vérité-Liberté, Sylvie Thénault, Un historien dans et de la guerre d’Algérie, Hocine Aït-Ahmed, La défense des droits de l’Homme en Algérie après l’indépendance.

 

13 h 00/14 h 30 : pause déjeuner

 

14 h 30/16 h 00Grèce ancienne et Grèce moderne, démocratie antique et démocratie moderne

Animation : François Hartog (EHESS)

Intervenants :

Manolis Papathomopoulos, La dictature des colonels : ma formation de citoyen,Oswyn Murray, Pierre Vidal-Naquet et le monde anglo-saxon, Pierre Pachet, Comment le sens de l’histoire peut atténuer la passion structurale, Hervé Duchêne, La Grèce, textes à l’appui, Pauline Schmitt, La transmission d’une passion, l’histoire, Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, un frère.

 

16 h 00/16 h 15 : pause.

 

16 h 15/17 h 45Israël et Palestine, d’hier à aujourd’hui – de Massada à Ramallah

Animation : Abraham Ségal («Trop, c’est trop !»).

Intervenants :

Shlomo Sand, Du bon usage de la fidélité,

Richard Marienstras, Une conscience juive diasporique,

Esther Benbassa, Pierre Vidal-Naquet, « traître » et bâtisseur,

Elias Sanbar, Autour d’une amitié,

Dominique Vidal, L’histoire, sa négation et la loi

Leïla Shahid, Une promesse à Pierre : construire un avenir commun.

 

17 h 45/18 h 00 : pause

 

18 h 00/19 h 30L’intellectuel dreyfusard

Animation : Vincent Rebérioux (Ligue des droits de l’Homme).

Intervenants :

Pierre Sorlin, La mémoire de l’affaire Dreyfus dans l’engagement de Pierre Vidal-Naquet,

Alain Schnapp, L’intelligence de l’action : mai 1968,

François Gèze, L’édition et le combat contre les négationnistes,

Stéphane Hessel, Les sans-papiers et le collège des médiateurs,

Jean-Jacques de Felice, Les engagements après la guerre d’Algérie,

Gilles Manceron, Pierre Vidal-Naquet et la Ligue des droits de l’Homme.

 

Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, quai François Mauriac, Paris XIIIe

Grand auditorium (Hall Est), entrée libre (renseignements : 01 53 79 59 59)

Précisions et autres informations http://www.pierre-vidal-naquet.netLa HALDE reconnaît le caractère discriminatoire de l’exigence de la citoyenneté européenne ou d’une ancienne colonie.

 

Par délibération du 18 septembre 2006, la HALDE a constaté le caractère discriminatoire de l’article 44 d’une loi budgétaire du 22 mars 1924 qui réserve le bénéfice de la carte « famille nombreuse » et des avantages sociaux et commerciaux qui y sont liés aux seuls « citoyens français et aux originaires des colonies françaises ou des pays de protectorat » ainsi que, par extension, aux ressortissants européens. Pour la HALDE, cette exigence contrevient aux engagements internationaux de la France.

 

La HALDE s’était autosaisie de ce dossier suite à la diffusion d’un communiqué du Gisti du 26 juin 2006 dénonçant cette exigence alors même que le gouvernement venait d’annoncer la « modernisation » de la carte famille nombreuse, et, parallèlement, d’une réclamation conjointe du Gisti, de la LDH et du MRAP.

Dans la mesure où la carte famille nombreuse « vise à aider financièrement les familles dans l’éducation de leurs enfants », la HALDE estime que la « condition de nationalité ne saurait correspondre à un critère objectif et raisonnable au regard de l’objet de la prestation, le coût de l’éducation des enfants étant le même (…) quelle que soit la nationalité ». Une telle exigence discriminatoire est contraire à la Convention européenne des droits de l’Homme.

 

La HALDE fonde en outre sa recommandation  – c’est une première – sur l’article 11 de la directive 2003/109/CE du 25 novembre 2003 relative au statut des ressortissants de pays tiers résidents de longue durée qui pose un principe d’égalité de traitement à l’égard de ceux-ci en matière d’avantages sociaux.

 

Il est dommage que la HALDE n’ait pas aussi constaté la violation de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale qui prohibe toute discrimination en fonction de l’origine nationale – ce qui est manifestement le cas ici pour une exigence de possession de la citoyenneté française, européenne ou d’une ancienne colonie ou protectorat français.

 

On peut par ailleurs regretter que la HALDE n’aille pas jusqu’au bout de son raisonnement, en demandant directement l’abrogation d’une disposition discriminatoire, qui pénalise en outre de nombreuses familles étrangères dans leur vie quotidienne.

 

Sauf à continuer à enfreindre le principe d’égalité et les textes internationaux, le gouvernement doit faire abroger au plus vite l’article 44 de la loi budgétaire de 1924.

 

Paris, le 19 octobre 2006