Palestine : 60 ans d’injustice, 40 ans d’occupation, de colonisation et de mépris du droit

Communiqué LDH

Il y a 60 ans, le conflit israélo-palestinien est né de ce qui fut en même temps la création de l’Etat d’Israël et la Nakba, la catastrophe, l’exil forcé pour des centaines de milliers de Palestiniens chassés de leur terre au nom de crimes commis par d’autres, en d’autres lieux et en d’autres temps.Le petit tiers restant de la Palestine mandataire, occupé par Israël en 1967, n’a cessé depuis lors d’être grignoté par une colonisation rampante que tous les gouvernements israéliens successifs ont refusé de remettre en cause. La bande de Gaza, finalement évacuée, est soumise depuis des mois à un blocus qui constitue une punition collective illégale et inacceptable, au point que la situation humanitaire y est la pire depuis 1967. Travailler, se soigner, se nourrir y sont une gageure pour plus d’un million de personnes. Les bombardements israéliens n’y épargnent même pas les cliniques, et les « exécutions ciblées » y tuent chaque semaine des civils, y compris des enfants, dont le plus grand nombre n’ont aucun lien avec les attentats – non moins injustifiables ? auxquels prétendent répondre ces opérations illégales.

Si le tir de roquettes sur les populations civiles israéliennes est incontestablement un crime de guerre, le recours à une violence disproportionnée qui se moque totalement des pertes et des destructions civiles en est un autre. Et nul ne peut ignorer la source de cette violence, qui est l’occupation israélienne et la colonisation.

Quant à la Cisjordanie, elle est chaque jour davantage morcelée par les check points, par les routes de contournement desservant les colonies et par le mur non moins illégal qui l’ampute encore d’une part de son territoire transformé en peau de léopard. L’humiliation quotidienne s’y ajoute à la destruction méthodique de toute base concrète d’édification d’un Etat palestinien.

Aucune paix, aucune sécurité pour les populations civiles ne sera jamais atteinte dans ce mépris du droit international et humanitaire. Au contraire, la fermeture de tout espoir de solution acceptable pour le peuple palestinien contribue depuis des années à donner une prime effroyable à la violence.

Il est de la responsabilité des Etats démocratiques, et au premier chef de l’Union européenne, de cesser de pratiquer le « deux poids, deux mesures » en tolérant des autorités israéliennes ce qui suscite ailleurs des interventions autrement plus musclées et en fermant les yeux sur une injustice de plus en plus insoutenable.

Partie prenante de la campagne « Paix comme Palestine, 60 ans après : la Paix par le droit », la LDH appelle à participer au rassemblement organisé le 17 mai de 16 heures à 23 heures au Parc des expositions de la Porte de Versailles. En solidarité avec le peuple palestinien privé de ses droits les plus élémentaires. Et pour exiger la création de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967, conformément à tant de résolution des Nations unies et à tant de promesses non tenues.

Paris, le 16 mai 2008

Share This