12 mai 2004 : Lettre adressée au Président de SOS Racisme, au sujet de la manifestation du 16 mai 2004 que SOS Racisme a initiée

SOS RACISME

Dominique SOPO

Président

51, avenue de Flandre

75019 PARIS

 

 

Monsieur le Président,

 

Nous avons pris connaissance de votre appel à manifester le 16 mai 2004, que vous avez diffusé après avoir reçu l’invitation lancée par le MRAP à toutes les organisations politiques, syndicales et associatives, destinée à examiner les conditions dans lesquelles une initiative commune pouvait être prise pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme.

 

Comme vous, nous pensons que les actes antisémites survenus récemment mais aussi leur accroissement constant, rendent plus que jamais nécessaire de dire fortement notre condamnation absolue.

 

En Alsace, là où un cimetière juif a été profané, des mosquées ont subi le même sort. Plus généralement s’ancrent dans notre pays des discriminations grandissantes contre les populations issues de l’immigration et en particulier arabo-musulmane.

 

Les interdits contre le racisme et l’antisémitisme vacillent.

 

Nous n’ignorons pas que l’antisémitisme, comme les autres manifestations de racisme, a sa propre spécificité et une histoire particulière en France. Mais, reconnaître les chemins particuliers de cette haine n’enlève rien à ce que toutes les manifestations de racisme partagent les mêmes ressorts et provoquent les mêmes drames.

 

Nous pensons que c’est ensemble que nous devons répondre au racisme et à l’antisémitisme. Nous devons faire en sorte que chaque juif attaqué ou insulté, chaque discrimination qui frappe une personne à raison de son origine, chaque dégradation commise contre un lieu de culte, soient ressentis comme une agression contre tous les habitants de ce pays.

 

A défaut, ce serait le triomphe d’une conception communautaire où chacun défendrait les siens. On en arriverait à une détestable concurrence des victimes qui ne ferait, en définitive, que nuire à notre lutte commune.

 

C’est pourquoi, nous vous proposons de ne pas restreindre la manifestation dont vous avez pris l’initiative au seul antisémitisme et de l’étendre aux autres formes de racisme. Vous trouverez ci-joint le projet de texte d’appel, qui s’inspire largement de votre propre texte, et dont nous pouvons discuter bien évidemment les termes. Nous souhaitons pouvoir ainsi nous associer à votre initiative.

 

Compte tenu du peu de délai qui reste d’ici au 16 mai 2004, nous souhaiterions avoir votre sentiment avant jeudi midi. Afin de tenir informées l’ensemble des organisations intéressées par cette démarche, nous leur transmettons copie de ce courrier et du projet de texte.

 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

 

Michel Tubiana                           Mouloud Aounit

Président de la LDH                     Secrétaire général du MRAP

 

Paris, le 12 mai 2004

 

____________________________________________

 

TOUS ENSEMBLE

CONTRE LA BANALISATION DE L’ANTISÉMITISME ET DE TOUS LES RACISMES

 

 

Tombes profanées, synagogues taguées, individus agressés. La France vient de connaître ces derniers jours une nouvelle vague d’actes antisémites qui nous font horreur.

 

En Alsace, ce sont aussi des mosquées qui ont été l’objet de dégradations. Souvent les populations issues de l’immigration supportent des discriminations quotidiennes insupportables.

 

La banalisation de l’antisémitisme et du racisme entraîne la banalisation de toutes les formes d’exclusion.

 

Les interdits contre le racisme et l’antisémitisme vacillent. Notre vigilance a été prise en défaut.

 

L’antisémitisme n’est pas l’affaire des juifs pas plus que les autres manifestations de racisme ne sont l’affaire de ceux ou celles qui en sont victimes. Chaque acte raciste et antisémite est l’affaire de tous quelles que soient notre origine ou nos opinions philosophiques ou religieuses. C’est un fléau que nous devons combattre au nom de la liberté, de la démocratie et des valeurs de la République.

 

L’histoire a montré que la progression de l’antisémitisme, du racisme ou de la xénophobie a toujours été annonciatrice de terribles régressions politiques et sociales.

 

Nous refusons que les jeunes générations grandissent dans une société où ces actes, à force d’être répétés, laisseraient indifférents.

 

Nous n’acceptons pas la haine de l’Autre et les enfermements communautaires. La France que nous voulons c’est une République laïque, métissée et qui accueille, dans le respect de la règle commune mais aussi dans l’égalité des droits, la diversité de ceux et celles qui y vivent.

 

Nous devons nous réunir pour dire ensemble notre indignation et notre refus du racisme et de l’antisémitisme et de toute forme d’exclusion ou de discrimination.

 

Nous appelons nos concitoyens à manifester, sans équivoque, leur attachement aux valeurs de la République et à la volonté de vivre ensemble en nous rejoignant.

Share This