12 juillet 2004 : Dans le RER D, deux violences intolérables : une agression antisémite et la lâcheté des témoins

Communiqué de la LDH.

L’agression antisémite dont a été victime une jeune femme et son bébé est abjecte et effrayante. Qu’elle n’ait entraîné aucune réaction des personnes présentes ne fait que la rendre encore plus insupportable. Bien entendu, les auteurs de ces actes doivent être identifiés et poursuivis.

L’indifférence dans laquelle ces faits ont pu se dérouler montre qu’il est plus que temps que, mettant de côté toutes polémiques, chacun fasse prévaloir la volonté de lutter ensemble contre l’antisémitisme et toutes les manifestations de racisme.

Il ne suffit plus que les condamnations succèdent aux condamnations. Il faut que se manifeste un refus unanime, de manière à ce que ce soit tous les habitants de ce pays qui disent leur condamnation de tels actes. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas laisser faire.

C’est la société toute entière qui doit se rebeller contre ceux qui sèment la haine. La LDH appelle à une démarche commune qui permette d’affirmer, au-delà des divergences, notre résolution collective face à l’antisémitisme et face à toutes les manifestations de racisme.

Paris, le 11 juillet 2004

Share This