La LDH soutient le film « TERRE DE ROSES », de Zaynê Akyol

Sortie le 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes

Prix du meilleur documentaire du Festival International de Locarno 2016.

 

« Dans les montagnes et le désert du Kurdistan, les combattantes kurdes nous dévoilent leur quotidien. Elles défendent le territoire kurde en Irak et en Syrie et luttent contre Daesh, tout en incarnant un idéal révolutionnaire axé sur l’émancipation des femmes. Le film nous livre les réflexions et aspirations de ces combattantes aguerries tout en nous invitant à partager leur intimité. La guerre menace à tout instant, mais elles continuent de rire, de vivre et d’être femmes, prenant soin d’elles comme de leurs armes.

À l’heure où la lutte contre Daesh s’intensifie au Moyen-Orient, ces femmes fières, courageuses et déterminées sont aux premières loges du combat contre la barbarie.

À travers Terre de roses, son premier long-métrage, la réalisatrice, Zaynê Akyol, nous offre un message d’amour et de paix, une fenêtre ouverte sur un monde méconnu au sein duquel se dessine le visage occulté de cette guerre médiatisée : le visage féminin et féministe d’un groupe révolutionnaire uni par une même vision de la liberté ».

Elles sont nombreuses à s’être engagées dans le PKK pour défendre leur peuple face à Daesh, à l’armée turque ou aux forces iraniennes. Terre de roses nous immerge dans l’univers de ces jeunes combattantes, entre les entraînements, les discussions enflammées et les moments de vigilance accrue. La guerre menace à tout instant, mais elles continuent de rire, de vivre et d’être femmes, prenant soin de leur chevelure comme de leurs armes. Zaynê Akyol nous donne un accès privilégié à l’intimité complice de ces guerrières qui n’ont rien à perdre et nous partagent généreusement leurs réflexions politiques, leur rage de liberté et leur féminisme farouche. La justesse de ces portraits passe par la précision avec laquelle la réalisatrice construit ses plans : les protagonistes sont toujours placés au centre du cadre et le montage, qui respecte leur souffle, rend aussi justice à la nécessité politique de la lutte qui est en train de se dérouler. Un film tendrement filmé qui nous fait aimer ces femmes et leur combat qui dépasse le territoire à conquérir, pour embrasser leurs idéaux et un projet politique révolutionnaire.

Toutefois, ce choix de réalisation qui se focalise sur le vécu des personnages, les héroïsant et héroïsant leur lutte, nous prive d’une réflexion éventuellement critique, et tout au moins d’une analyse de ce qui se joue dans cette partie du monde. Nous sommes embarqués sans nécessairement comprendre ce qui se joue. Quoi qu’il en soit, on adhère sans réserve à ce que représente leur émancipation dans cet univers patriarcal et on ne peut que s’extasier qu’elles y occupent une telle place en toute conscience ; en souhaitant qu’une fois la guerre terminée, elles ne se retrouvent pas, comme maintes combattantes en divers lieux du globe, reléguées dans un rôle social et politique subalterne.

 

Terre de roses

Canada, Allemagne, 2016,

Durée : 1h26

Réalisation : Zaynê Akyol

Production : Périphéria

 

Share This