La LDH soutient le film documentaire « Contre-pouvoirs », de Malek Bensmaïl

Affiche Contre-pouvoirs 40x60 DEF

Sortie le 27 janvier 2016

Paradoxe algérien, un système politique verrouillé et autoritaire a permis l’émergence d’une presse libre et indépendante dans les années 1990, même si celle-ci se heurte en permanence aux pressions du pouvoir militaire. Malek Bensmaïl pose sa caméra au sein de la rédaction du célèbre quotidien francophone El Watan, nécessaire contre-pouvoir à une démocratie vacillante, à l’heure où Bouteflika s’apprête à briguer un quatrième mandat (élections du 17 avril 2014). Il propose ainsi une rencontre avec celles et ceux qui font le journal, leurs doutes, leurs contradictions, leur souci permanent de faire, chaque jour, un journal libre et indépendant. Une réflexion sur le travail et la pensée journalistique et les combats que cela suppose. Le film est dédié aux cent vingts journalistes algériens assassinés durant la décennie noire.

Malek Bensmaïl a déjà réalisé de nombreux films documentaires passionnants sur la réalité algérienne. Au fil de son questionnement quasi obsessionnel sur la complexité de cette société, on retrouve dans ce nouveau film, sa « patte » : pas de voix off mais le choix du direct, l’intérêt pour l’humain, la pensée en action, le vécu des protagonistes ; on n’apprend pas comment se fait techniquement un journal, ni de quoi vit El Watan ; on saisit la campagne présidentielle telle qu’elle se vit, se pense, se dit, se révèle au sein de l’équipe des journalistes à travers leur travail. On prend le temps d’écouter et le siège du journal est comme la caisse de résonance de ce qui se passe à l’extérieur. A l’inverse, le film offre quelques échappées sur l’extérieur avec plusieurs visites du chantier des futurs locaux d’El Watan qui dominent la baie d’Alger, si belle, l’enquête d’un journaliste ou encore la visite du directeur d’El Watan à l’avocat qui défend le journal dans les procès intentés par le pouvoir politique, ce qui donne l’occasion d’une mise au point sur les menaces qui pèsent sur les journalistes. Sa manière c’est aussi d’introduire des images qui semblent n’avoir aucun rapport avec le sujet du film mais dont on comprend peu à peu le sens métaphorique. Ainsi en est-il de ce retour à quatre reprises sur les pieds puis le dos d’une personne qui court sur un tapis roulant dont on découvre qu’il s’agit du directeur, métaphore de ce sur-place d’un pays qui élit, pour un quatrième mandat, un président impotent. Cela renvoie à la une épouvantablement comique du journal au lendemain de l’élection : « Bouteflika élu dans un fauteuil », illustrée de la photo du président dans son fauteuil roulant !

Au-delà de l’intérêt d’un reportage en terre algérienne, terre à laquelle nous rattache un long passé commun que rappellent dans le film les images de photos géantes de la période de la guerre d’Algérie, le film nous parle plus généralement de la liberté de la presse, ce qui n’est pas indifférent à un moment où l’instauration de l’état d’urgence permet au pouvoir politique de notre pays de contrôler ce « contre-pouvoir » ; il évoque aussi notre responsabilité de citoyens et cela vaut des deux côtés de la Méditerranée !

 

Contre-pouvoirs
Documentaire Algérie-France, 2015
Durée :
1h37
Réalisation : Malek Bensmaïl
Production : Hikayet Films
Distribution : Zeugma Films

Visitez le site du film

Téléchargez le 4-pages

Consultez la programmation du film (régulièrement mise à jour)

Share This