Interpellons les banques liées à la colonisation israélienne

Action collective, dont la LDH

Alors que l’année 2017 marque les 50 ans de la colonisation israélienne en territoires palestiniens occupé, la politique de colonisation du gouvernement israélien s’est accélérée de façon drastique. Malgré son caractère illégal, malgré ses conséquences sur la population palestinienne, 5 banques et assurances françaises continuent de soutenir financièrement des banques et entreprises directement impliquées dans la colonisation israélienne.

 

Des entreprises essentielles à la colonisation israélienne

La colonisation en territoire palestinien occupé ne pourrait se faire sans le système bancaire israélien et les entreprises. Prêts et services financiers aux entreprises et aux particuliers, agences locales, accès à l’électricité, services de télécommunication… ces entreprises contribuent directement au maintien et au développement de la colonisation israélienne.

Une colonisation illégale

La colonisation israélienne en territoire palestinien occupé est en violation avec le droit international et constitue l’obstacle majeur à la paix et à la construction d’un Etat palestinien. Elle s’accompagne par ailleurs de nombreuses restrictions imposées aux populations palestiniennes, restrictions qui violent leurs droits les plus fondamentaux et les privent de conditions de vie décente.
Les plus grandes institutions financières françaises, complices volontaires

BNP Paribas, BPCE-Natixis, Crédit Agricole, Société Générale et AXA ont, aujourd’hui encore, des liens financiers avec ces banques et entreprises israéliennes. Alors que nombre d’institutions financières européennes et américaines ont mis fin à leurs soutiens, en raison de l’implication de ces entreprises dans la colonisation israélienne, les institutions financières françaises n’ont toujours pas exprimé leur volonté de se désengager.

Il est temps qu’elles s’engagent !

Les banques françaises ne peuvent plus se rendre complices, indirectement mais volontairement, de la colonisation israélienne. Elles doivent mettre publiquement fin à l’ensemble de leurs soutiens aux banques et entreprises qui sont directement impliquées dans la colonisation.

A vous de le leur dire !

Remplissez le formulaire disponible sur le site de Fair Finance pour envoyer à BNP Paribas, Natixis, Crédit Agricole, Société Générale et Axa le message suivant :

Madame, Monsieur,

Suite aux informations fournies dans le rapport « Les liaisons dangereuses de banques françaises avec la colonisation israélienne », j’ai appris que votre groupe soutient financièrement des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies en territoire palestinien occupé.

Avant tout, la colonisation israélienne viole le droit international. Elle perpétue l’occupation, entrave tout développement économique du territoire palestinien et bloque toute solution de paix juste et durable. Elle s’accompagne de nombreuses restrictions imposées aux populations palestiniennes, restrictions qui violent leurs droits les plus fondamentaux et les privent de conditions de vie décente.

Certaines banques et entreprises israéliennes que vous financez sont des acteurs clés de la colonisation. Les premières accordent des prêts aux entreprises présentes dans les colonies ou y financent des programmes de construction de logement. Les secondes y fournissent les télécommunications, l’électricité ou autres services essentiels, sans lesquels la colonisation israélienne ne serait possible.

En les soutenant, votre groupe contribue indirectement au maintien de cette situation illégale au regard du droit international.

Je vous demande de vous engager publiquement à ce que votre groupe cesse tout lien avec les banques et entreprises israéliennes impliquées dans la colonisation.

Je resterai informé-e, via les organisations signataires de ce rapport, de votre réponse et des mesures qui seront engagées par votre groupe.

Cordialement,

 

Lire le rapport : Les liaisons dangereuses de banques francaises avec la colonisation israelienne mars 2017

Share This