2009, congrès du Creusot : un temps fort pour la LDH !

Communiqué de la LDH

Le 85eme congrès fut un temps fort à la fois pour la démocratie interne de la LDH, pour son expression et son positionnement politique, et enfin pour la réaffirmation de la nécessité de s’engager pour défendre les droits de l’Homme. Voici le résultat des élections et les textes adoptés.Un temps fort pour la démocratie interne de la LDH puisque les ligueurs délégués par leurs sections ont adopté très largement le rapport moral, le rapport du secrétariat général et le rapport financier et ont procédé à l’élection du Comité central (1). Ce dernier a, ensuite, élu en son sein le Bureau national (2).

Le Comité central est composé désormais de : Elisabeth Allès, Jean-Claude Aparicio, Maryse Artiguelong, Pierre Barge, Hamida Ben Sadia, Daniel Boitier, Alain Bondeelle, Bernadette Bourdat, Saïd Bouziri, Henri Braun, Catherine Choquet, Jean Danet, Pierre Daniel Lamazière, Jean-Michel Delarbre, Nadia Doghramadjian, Jean-Marc Dousse, Jean-Pierre Dubois, Françoise Dumont, Pierre Gaillard, Dominique Guibert, Khaled Hamida, Jean-Paul Hébert, Pierre-Adrien Hingray, Tiphaine Inglebert, Philippe Jesover, Philippe Legrand, Gilles Manceron, Jean-François Mignard, Ghislaine Millet, Gérard Minet, Dominique Noguères, André Paccou, Philippe Pineau, Christophe Pomez, Vincent Rebérioux, Charles Roederer, Malik Salemkour, Michel Savy, Nicole Savy, Evelyne Sire-Marin, Mylène Stambouli, Jan-Robert Suesser, Pierre Tartakowsky, Catherine Teule, Roseline Tiset, Agnès Tricoire, Jeadette Vaillant et Jean-Claude Vitran.

– Jean-Pierre Dubois a été réélu en tant que président de la LDH.

– Henri Leclerc, Françoise Seligmann, Michel Tubiana partagent le titre de président(e) d’honneur.

– Dominique Noguères, Malik Salemkour et Pierre Tartakowsky ont été rejoints à la vice-présidence par Françoise Dumont et Gilles Manceron.

– Dominique Guibert devient secrétaire général ; Maryse Artiguelong et Pierre-Adrien Hingray demeurent secrétaires généraux adjoints et collaborent désormais avec Nadia Doghramadjian.

– Saïd Bouziri est réélu comme trésorier national.

– Philippe Pineau demeure membre du Bureau national, accompagné désormais de Hamida Ben Sadia, Tiphaine Inglebert et Jean-François Mignard.

Un temps fort d’expression et de positionnement politique puisque la LDH a adopté :

– Une résolution « Société de surveillance, vie privée et libertés » par laquelle la LDH entend contribuer activement au développement d’une prise de conscience et d’interventions citoyennes pour refuser que des avancées scientifiques soient détournées par les tenants du contrôle social, du conditionnement des consommateurs ou de l’idéologie sécuritaire.

– Une résolution d’urgence « Face aux dérives de la xénophobie d’Etat, imposons le respect des droits » pour lutter contre la politique menée par le ministre de l’Immigration et réaffirmer la nécessité d’en finir avec le délit de solidarité comme avec toutes les mesures qui tendent à priver les associations de leur liberté et de leurs moyens d’action.

– Une résolution d’urgence sur la « Laïcité » pour dénoncer l’accord reconnaissant la validité des grades et diplômes et appeler à agir vigoureusement contre le démantèlement systématique de la laïcité.

– Le congrès a également fourni au Comité central des axes de travail particuliers en adoptant un certain nombre de vœux.

Un temps fort pour se rassembler et réaffirmer la nécessité de s’engager sur tous les fronts pour défendre et promouvoir les droits de l’Homme.

– Il ne s’agit pas d’une conception auxiliaire de la politique, d’une occupation pour désœuvré(e)s. C’est un impératif catégorique, le point de vue central à partir duquel nous apprécions une situation, combattons une injustice, dénonçons une iniquité.

– Ce combat pour les droits de l’Homme est celui que nous menons souvent en collaboration avec un nombre considérable de partenaires associatifs, syndicaux et politiques. Ils étaient invités au congrès, ils sont venus et les ligueuses et les ligueurs délégué(e)s les ont accueillis par leurs acclamations.

– Au-delà des discussions et de la confrontation des points de vue, le congrès a été l’occasion de montrer que ce qui nous divise est beaucoup moins important que ce qui nous rassemble : proclamer l’indivisibilité et l’universalité des droits de l’Homme, agir pour leur effectivité.

Notes

(1) Le Comité central est l’organe qui s’exprime au nom de la LDH entre chaque congrès et qui définit les positions de la LDH. Il est composé de 48 membres, élus au suffrage universel direct par les adhérents, et d’un représentant de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), auxquels se rajoutent à titre consultatif les délégués régionaux, représentants élus par toutes les sections d’une région. Les délégués des groupes de travail thématiques sont également invités.

(2) Le Bureau national est élu par le Comité central. Organe exécutif de la LDH, il a en charge la mise en œuvre de la politique décidée par le congrès et le Comité central. Il assure également la responsabilité du siège de la LDH situé à Paris et de l’administration de l’ensemble de l’association.

Paris, le 3 juin 2009

Pour lire la résolution « Société de surveillance, vie privée et libertés », cliquez ici !

Pour lire la résolution d’urgence « Face aux dérives de la xénophobie d’Etat, imposons le respect des droits », cliquez ici !

Pour lire la résolution d’urgence « Laïcité », cliquez ici !

LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris – ldh@ldh-france.org

TEL : (33) 01 56 55 51 00 – FAX : (33) 01 42 55 51 21

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
Résolution d’urgence immigration
Résolution d’urgence laïcité
Résolution société de surveillance

Share This