Genève : Déclaration finale de la Conférence d’examen de Durban

Communiqué de la FIDH : La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) salue l’adoption de la Déclaration finale de la Conférence d’examen de Durban.

« Ce texte est l’antithèse du discours d’Ahmadinejad », a déclaré Julie Gromellon, représentante de la FIDH auprès des Nations unies. « Il condamne l’antisémitisme, dénonce l’incitation à la haine, qui est contraire aux droits humains, rappelle l’Holocauste et ses victimes également ».« A tous ceux qui ont voulu diaboliser cette conférence, ce document est la meilleure réponse, un consensus international pour dénoncer le racisme sous toutes ces formes et appeler à la mise en œuvre des règles internationales, sans stigmatiser un Etat plus qu’un autre », a-t-elle ajouté.

La déclaration fournit également la première reconnaissance internationale, acceptée aussi bien par les Etats occidentaux que les Etats musulmans, des attaques et autres formes de discriminations constatées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, à l’encontre des populations musulmanes. Il écarte dans ce contexte, l’utilisation de la notion politique de « diffamation des religions », contraire aux droits de l’Homme en ce qu’elle empêcherait de critiquer une religion et validerait également le blasphème ou l’apostasie.

« La FIDH estime fondamental que ce texte ait été adopté à l’unanimité des participants à la Conférence, renforçant ainsi son poids et sa valeur politique, renforçant également l’isolement de l’Iran, dont la diatribe raciste n’aura pas réussi à prendre en otage la Conférence. »

« Nous regrettons l’absence de plusieurs Etats occidentaux. Ce texte mérite leur soutien. Ils peuvent toujours en reconnaître la valeur en y adhérant a posteriori. », a précisé Julie Gromellon.

La FIDH aurait souhaité la Conférence aille plus loin sur la question des réparations, celle de l’occupation étrangère, sur les Roms et les migrants, et reconnaisse les discriminations à l’encontre des castes ou en raison de l’orientation sexuelle. La FIDH poursuivra sa mobilisation pour que les droits humains soient garantis de manière universelle, sans discrimination.

Genève, Paris, le 22 avril 2009

– Voulez-vous télécharger la déclaration de la FIDH ? Cliquez ici

– Pour en savoir plus, la note de position de la FIDH. Ce texte est en anglais. Cliquez ici

– La FIDH et la LDDHI, Ligue pour la défense des droits de l’Homme en Iran, ont dénoncé le discours tenu par le président iranien à Genève, « une diatribe raciste et antisémite« . Pour lire le communiqué commun clliquez ici

La FIDH dans un rapport récent a fait le bilan des violations permanentes des droits de l’Homme en Iran. Elle déclare : « La situation des droits de l’homme dans ce pays est restée alarmante tout au long de l’année 2008 et les deux premiers mois de 2009, confirmant la persistance de violations graves et systématiques des droits de l’Homme dans ce pays. Ces violations, qui frappent plus particulièrement les défenseurs des droits de l’homme et autres militants pour la paix, se manifestent par la répression contre les minorités et l’application de la peine de mort. » Voulez-vous télécharger ce rapport ? Cliquez ici

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
FIDH conf examen Durban
FIDH note position Durban II
FIDH sur discours Ahmadinejad
Situation DH en Iran

Share This