Elections municipales : Notre affaire ! #VilleSolidaire

C’est dans le débat démocratique que se construit le “vivre ensemble”,
porter des propositions de démocratie et de progrès,
c’est bannir la haine du débat public.

La France connaît un accroissement spectaculaire des inégalités, particulièrement en matière de revenus.  Celles et ceux qui connaissent la précarité ou craignent l’exclusion sont aujourd’hui  de plus en plus nombreux et nombreuses. Il faut, à l’échelon national, une volonté politique forte en faveur de la justice fiscale et sociale, contre le chômage et les exclusions. Face à la crise sociale,  le maintien ou le développement des services publics est primordial.

Mais les choix politiques faits à l’échelon local sont aussi d’une importance capitale pour lutter contre les inégalités, améliorer le quotidien de chacun-e, retisser du lien social.
Cela passe par :

Un logement pour toutes et tous
Les municipalités doivent mener une politique foncière active et ambitieuse. Cela doit se traduire par la rénovation et l’amélioration de certains immeubles, par la construction d’HLM dont les  loyers sont accessibles à tous. Devenir  propriétaire doit être aussi à la portée des  plus modestes. La fiscalité locale doit être  revue pour éliminer les disparités entre  les communes et aboutir à ce que chacun-e contribue selon ses moyens.
- Comment et par quels moyens assurerez-vous, sur le ressort de votre commune, l’effectivité du droit au logement pour toutes et tous sans discrimination ?
- Où en êtes-vous concernant les quotas de logements sociaux accessibles financièrement aux plus démunis ?
- Prendrez- vous des arrêtés municipaux contre les expulsions locatives sans solution de relogement ?
- Que prévoyez-vous pour le maintien des personnes âgées à leur domicile ?
- Que prévoyez-vous pour rendre les logements sociaux plus accessibles aux personnes en situation de handicap ?
- Où en êtes-vous concernant les aires d’accueil pour les gens du voyage ? Quelles mesures prévoyez-vous pour favoriser la sédentarisation de ceux qui le souhaitent ?
- Concernant les gens à la rue, dans les bidonvilles et dans les logis précaires, même si ce n’est pas de votre compétence directe, comment comptez vous travailler avec la préfecture pour mettre fin à cette situation ?
- Comptez-vous utiliser la loi de réquisition des logements vides ?

Une prise en charge diversifiée de la jeunesse
La priorité doit être donnée à la petite enfance dans le cadre de structures collectives ou familiales, à la scolarisation dès 2 ans, à la mise en place d’un accueil périscolaire, au développement d’activités culturelles ou sportives ouvertes à toutes et tous, sans discriminations dues aux revenus ou aux origines réelles ou supposées.

L’accès aux soins garanti à toutes et tous
Nombre d’hommes et de femmes rencontrent aujourd’hui des difficultés pour se soigner, pour des raisons financières ou géographiques. Le travail de proximité des centres de santé municipaux est plus que jamais indispensable. Ils sont les garants de l’égalité territoriale des soins, notamment dans les zones urbaines sensibles. Les femmes doivent aussi pouvoir trouver un centre d’IVG proche de leur domicile.
- Que comptez-vous mettre en place pour garantir l’accès au soin des plus démunis ? Par exemple, contrats locaux de santé, développement d’une politique de prévention (équipes mobiles, maisons de santé communautaires, campagnes de vaccination et de dépistage organisées dans les quartiers isolés, les logis précaires ou les bidonvilles, domiciliation par les CCAS de tous ceux qui en ont besoin afin de garantir un accès et une continuité des soins) ;
- Comment concevez-vous votre rôle de membre de la commission de surveillance du CHU ?
- Pensez-vous pouvoir être un relais des doléances de la population auprès de l’ARS ?

Le soutien aux actions solidaires et à la vie associative
Les centres sociaux municipaux permettent de développer des projets participatifs et des actions solidaires ouvertes à toutes les générations. Les municipalités doivent soutenir les associations parce qu’elles constituent un maillon essentiel de la cohésion sociale et de la démocratie, et ce n’est pas un hasard si les idées d’extrême droite trouvent moins d’écho là où le tissu associatif est bien vivant.

La volonté de coopérer pour l’emploi
Les entreprises ne devraient plus envisager l’emploi et la production indépendamment les unes des autres. La responsabilité d’une collectivité locale est de développer une coopération entre elles, de manière à anticiper les crises, notamment dans le cadre de l’économie sociale et solidaire.

La nécessité de favoriser le développement durable
Il appartient aux municipalités d’agir pour un environnement sain, des transports en commun non polluants, des logements économes en énergie, des services de proximité, la collecte sélective et la valorisation des déchets.

Retrouvez (ici) toutes les propositions et questions portées
par la section de Nantes et du pays nantais
de la Ligue des droits de l’Homme.