Agir, parler et contribuer

En 1898, des citoyens, révoltés par l’injustice dont était victime le Capitaine Dreyfus, décidaient de créer la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen. Ils s’engageaient alors à porter aide et assistance « à toute personne dont la liberté serait menacée ou dont le droit serait violé ». Cet engagement est toujours le nôtre. C’est avec la même exigence d’une lutte contre « toutes les formes d’intolérance et d’arbitraire » que nous voulons construire le mouvement civique de demain.

la ldh à nantes et au pays nantais

derniers communiqués

9 mai 2016
Forum de l’Accès au Droit pour Tous

La Section Nantes et du Pays nantais participera à ce Forum organisé par le Conseil Départemental de l’accès au droit de Loire-Atlantique et la Ville de Nantes, le samedi 28 mai 2016 de 9h à 17 H Place du Commerce.

4 mai 2016
La liberté d’expression des idées est inaliénable

La nouvelle majorité du Conseil régional a décidé de supprimer cette année la subvention accordée au centre LGBT (lesbien, gay, bi et trans) de Nantes et au cinéma Katorza pour la 13ème  édition du festival annuel Cinépride.

29 avril 2016
Notre Chronique du mois d’avril 2016 sur Jet FM

Comme promis, voici le lien avec l’enregistrement de notre chronique mensuelle d’avril 2016. Cette fois nos deux militants évoquent la situation des Roms dans l’agglomération nantaise. Retrouvez-les à l’adresse : http://urlz.fr/3tFD

la ldh avec les collectifs locaux

derniers communiqués communs

25 mai 2016
Interdire les manifestations n’est pas une solution

Le jeudi 19 mai, un nuage de lacrymogène a touché l’école du Chêne d’Aron au moment de la récréation. Plus gravement, l’espace de jeux pour enfants de la place Canclaux  a été traversé par des policiers équipés pour les affrontements alors qu’une trentaine de parents et d’enfants s’y trouvaient et, à proximité, plusieurs grenades lacrymogènes sont tombées dans la cour de l’école maternelle Lamoricière. L’une d’elles a atterri au pied d’une élève de trois ans (Presse-Océan 20 mai et 21 mai)

18 mai 2016
Le droit de manifester doit être effectivement respecté

Le ministre de l’Intérieur vient de prendre une décision nouvelle, celle d’interdire à des personnes d’être présentes aux manifestations sur la loi Travail et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence. Ces interdictions à la liberté d’aller et venir et à celle de manifester s’appuient sur les dispositions de la loi sur l’état d’urgence. Il n’est pas tolérable que ce dernier soit utilisé à des fins qui n’ont rien à voir avec la lutte contre le terrorisme

13 mai 2016
L’observatoire des Libertés dans l’état d’urgence poursuit sa vigilance sur le droit de manifester

Pouvoir contester collectivement ce que l’on estime injuste, c’est exercer une liberté publique fondamentale. Manifester publiquement est une des nombreuses formes d’expression de la citoyenneté, de la démocratie et de son apprentissage. Elle ne doit donc pas mener à une mise en danger.