Droits des femmes

La LDH dénonce la persistance des violences, des inégalités et des discriminations qui touchent les femmes dans tous les domaines. Elle milite pour que la législation française, largement égalitaire, soit effectivement appliquée : remboursement complet de la contraception, développement des services hospitaliers pratiquant l’IVG, orientation des filles dans toutes les filières, formations pour l’accès à tous les métiers et niveaux de responsabilité, égalité des salaires, mixité réelle des candidatures aux élections.

Cedef : contre-rapports de la LDH et de la FIDH à propos des septième et huitième rapports périodiques de la France

Le 8 juillet prochain, le Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes examinera les septième et huitième rapports périodiques de la France. Le comité a pour mission de vérifier la bonne application de la Convention pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (Cedef/Cedaw) par les Etats qui l’ont signée et ratifiée.

La municipalité de Béziers prône la violence faite aux femmes

Communiqué LDH. La Ligue des droits de l’Homme découvre avec consternation la photographie figurant dans l’article du journal municipal de Béziers d’août 2015, qu’elle a cru devoir lui consacrer. Issue d’un film des années 1920, celle-ci montre un homme (Robert Ménard ?) commettant un acte de violence à l’égard d’une femme, à l’aide d’une chaussure.

Convention d’Istanbul en faveur de la protection des femmes et de l’égalité : un an déjà

Communiqué du REMDH. À l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention d’Istanbul, le REMDH exhorte les gouvernements des deux rives de la Méditerranée, en particulier les membres du Conseil de l’Europe, à ratifier sans tarder et à mettre en œuvre cet instrument international de prévention et de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

Quand Jacques Bompard prend la moitié de l’humanité pour ce qu’elle n’est pas

Communiqué LDH. Sous prétexte de rendre à l’avortement son « caractère exceptionnel », Jacques Bompard a déposé une proposition de loi obligeant les femmes à entendre les battements de cœur du fœtus avant de pratiquer une IVG. Cette proposition de loi prétend, de plus, imposer aux femmes un discours moralisateur et catholique sur la vie, la conception et la mort, et exonérer de toutes poursuites les organisations opposées à l’avortement, organisations dont on connaît les pratiques violentes.