Articles tagués : Manifestation

Manifestation dimanche 18 décembre : Ensemble pour les droits et la dignité des migrants

Dimanche 18 décembre – 15h – Métro Belleville

Appel unitaire :

Nous sommes des organisations participant sous différentes formes aux luttes des immigré.e.s et aux actions concrètes de soutien. Si la situation en France pour les migrant.e.s et réfugié.e.s s’est considérablement durcie ces dernières années, tant la solidarité autour des élèves et parents d’élèves avec le Réseau Education Sans Frontières (RESF) que, depuis 2008, les grèves de travailleuses et travailleurs sans papiers ont permis de modifier le regard de la population en leur direction Nous entrons dans une phase de débats électoraux où nous souhaitons faire entendre la voix de la solidarité, de l’hospitalité et de la fraternité. Nous répondons donc à l’appel lancé par le Forum mondial migration de Quito d’octobre 2010 et par le Forum social mondial de Dakar de février 2011 en nous engageant à faire connaître dans notre presse et sur nos listes de diffusion l’appel à ce que, dans le plus grand nombre d’endroits possibles en France, se tiennent autour du 18 décembre des initiatives exigeant une politique de solidarité réelle, juste et généreuse. Nous appelons également à la ratification par la France de la Convention des Nations unies « pour les droits des travailleurs immigrés et des membres de leurs familles ». Nous souhaitons que nos structures locales, nos adhérent.e.s se rencontrent et construisent ensemble ces initiatives, qui feront, par delà nos différences, de cette Journée Globale Migration un moment fort de débat.

Journée Internationale de solidarité avec les migrants

Rassemblement « Liberté, égalité, fraternité… Retrouver la République »: le 14 juillet à 11h00, place de la Bastille

Pour le 222e anniversaire du 14 juillet, célébrons les valeurs de la République !

Rassemblement « Liberté, égalité, fraternité… Retrouver la République »

Tract à télécharger.

Depuis bientôt un an, les plus hautes autorités de l’Etat s’acharnent à dresser les citoyens les uns contre les autres. Nous avons manifesté le 4 septembre 2010, dans toute la France, contre ce dévoiement de la République. Aujourd’hui, chacun mesure la terrible responsabilité de ceux qui ont donné un label de respectabilité aux idées d’extrême droite, à la xénophobie, à la haine et au rejet de l’autre.

Parce que nous sommes attachés aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, nous refusons cette République défigurée. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel au rassemblement de toutes et tous, à la mobilisation des consciences.

Le 14 juillet 2011 est le dernier avant l’échéance présidentielle de 2012. Sachons nous en saisir, nous rassembler pour fêter la République de la meilleure manière qui soit : en appelant nos concitoyennes et concitoyens à faire respecter ses valeurs, aujourd’hui et demain.

Le 14 juillet à Paris et dans d’autres villes de France, reprenons la Bastille !

Réunions et manifestations parisiennes semaine du 23 mai 2011

La semaine du 23 au 29 mai :

– Le mardi 24 mai à 19h00 : Réunion du groupe de travail « Extrême droite » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

. Audition de Jean-Yves CAMUS, politologue sur les extrêmes droite en Europe

. Questions d’actualité : les manifestations des 1er et 8 mai

. Répartition des thèmes de travail :

· suivi de l’extrême droite en province – en lien avec les sections

· les extrêmes droites en Europe

· les réseaux internationaux

· Le Front national (structures, discours)

· Les groupes activistes (notamment Bloc Identitaire/ Renouveau français,

Troisième Voie)

· Les groupes monarchistes et contre-révolutionnaires

· Les réseaux catholiques traditionnalistes

· les sites internet.

– Le samedi 28 mai à 14h00 : Manifestation « Contre le racisme, contre la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans papiers » à l’appel du Collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici » de Barbès en direction de République.

Communiqué de la LDH : Refuser la xénophobie et la chasse aux étrangers

La LDH a décidé de s’associer aux manifestations prévues le 28 mai à l’initiative du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici ».Le gouvernement continue à faire des étrangers des boucs émissaires, agitant par exemple le spectre de l’invasion, alors que c’est la Tunisie qui accueille les réfugiés fuyant la Libye. Et pendant ce temps, enfermé dans une politique sécuritaire massive et aveuglé par de dangereux calculs électoraux, le gouvernement organise la chasse aux quelques milliers de Tunisiens venus en Europe, tout en prétendant apporter son aide à la révolution tunisienne.En agissant ainsi, les autorités françaises font de la xénophobie le maître-mot de leur politique et montrent qu’elles sont devenues le challenger du Front national.Parce que cette politique est mortifère pour les droits, la LDH appelle ses militant(e)s à se joindre aux manifestations prévues le 28 mai 2011. Collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici ».Suite à l’appel à mobilisation plusieurs centaines d’organisations associatives, syndicales, politiques et des milliers de citoyens préparent, partout en France, diverses manifestations qui se clôtureront par la journée nationale du 28 mai contre les idées racistes et xénophobes qui envahissent la société, contre les politiques publiques, les personnes et les organisations qui les propulsent.L’Appel :Au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007 était créé, pour la première fois dans l’histoire de la République, un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement. Depuis, des dizaines de milliers d’étrangers en situation irrégulière, hommes, femmes, enfants, sont traqués, arrêtés et expulsés, y compris dans un pays en guerre comme l’Afghanistan. Voulue par le chef de l’Etat, mise en œuvre par ses gouvernements successifs, le ministère de l’Intérieur aujourd’hui, et soutenue par l’UMP et ses alliés à l’Assemblée, cette politique est inacceptable car elle viole des principes humanitaires élémentaires et des dispositions internationales ratifiées par la France. A cela se sont ajoutés les effets désastreux du pseudo-débat sur l’identité nationale puis la chasse aux Roms.Pour que cesse cette situation qui porte atteinte à des droits fondamentaux, menace gravement le droit d’asile et ruine l’existence des personnes étrangères visées, nous appelons à une manifestation nationale et unitaire au mois de mai 2011, à la date anniversaire de la création du ministère de l’Immigration qui perdure aujourd’hui sous une autre forme.Nous exigeons sa suppression, l’arrêt immédiat de cette politique et la régularisation des sans-papiers.

– Le samedi 28 mai à 14h30 : Commémoration du 140ème anniversaire des combats de la Commune de Paris 1871.

RDV à l’entrée du Père Lachaise, rue des Rondeaux 75020 Paris (métro : Place Gambetta) pour se diriger en cortège jusqu’au mur des fédérés où il y aura des prises de paroles et des chansons.

Venez avec badges et vos drapeaux nous rejoindre derrière la banderole de la Fédération.

Le thème de cette année sera : « Ils ont sauvé la république et fait vivre la démocratie. Réhabilitons les communards ».

« L’histoire finira par voir clair et dira que nous avons sauvé la République ». Ces paroles d’Eugène Varlin, prononcées la veille de sa mort, le 28 mai 1871 raisonneront à nos oreilles 140 ans plus tard, ce prochain 28 mai, quand nous effectuerons la «Montée au Mur ». En tête de leurs écrits, les communards affirmaient les principes qui motivaient toute leur action : Liberté,Egalité, Fraternité, la devise de la République française pour laquelle ils luttaient.La glorieuse épopée de la Commune inspire les combattants d’aujourd’hui pour la démocratie, la paix, le progrès social, les droits au travail, à un logement décent, à la santé, à une vie et une vieillesse heureuses, des services publics accessibles à tous, la laïcité, la culture, un enseignement de qualité pour tous les enfants et adolescents, et aussi pour les adultes qui enont été privés. Ces droits, nous les revendiquons pour toutes celles et ceux qui vivent dans notre pays, quelles que soient leurs origines, leur sexe, leur nationalité, la couleur de leur peau, leurs opinions philosophiques ou religieuses.Lors de ces luttes d’aujourd’hui, nous avons en mémoire l’œuvre et les idéaux toujours vivants de la Commune de 1871, sa modernité et son actualité.Il y a 140 ans, au printemps de 1871, le peuple de Paris prenait le pouvoir. Pour les représenter, les Parisiens choisissaient, parmi leurs voisins et compagnons de travail, les hommes qui avaient lutté les années précédentes contre le régime policier et guerrier du Second Empire, contre la féroce exploitation dont ils étaient victimes, pour de meilleures conditions de vie et de travail.Un tiers de ces élus du peuple étaient des ouvriers, un taux qui n’a jamais été atteint dans aucune assemblée élue depuis cette époque mémorable. Les femmes et les étrangers ont participé formidablement à la Commune.En soixante douze jours, les élus de la Commune et la population parisienne ont réalisé une œuvre démocratique, sociale, culturelle, humaniste, considérable qui a inspiré l’ensemble du mouvement ouvrier et démocratique du XXe siècle et nous interpelle encore aujourd’hui.Cette année 2011, du 140e anniversaire de la Commune, est marquée par une multitude d’initiatives des associations, syndicats, partis de gauche, municipalités qui organisent des expositions, colloques, débats pour rendre hommage aux communards, perpétuer leur œuvre et leurs idéaux.Nous avons une pensée pour celles et ceux qui, par milliers, ont été fusillés, emprisonnés, déportés, exilés. Les communards qui ont survécu aux massacres, aux épreuves de la prison et du bagne, ont été amnistiés en 1880 et ont pu revenir en France.Mais il reste à réhabiliter toutes les victimes de la répression versaillaise, à leur restituer leur dignité pour qu’ils retrouvent toute leur place dans la mémoire nationale.Engageons-nous à le faire pour le 140e anniversaire de la Commune.Les premiers signataires de l’appel commun pour la montée au mur des fédérés : Association Action, CNT Région Parisienne, Parti radical de Gauche,, Institut d’histoire sociale CGT PTT, Union syndicale Solidaires, Parti socialiste, Info’Com CGT, Résistance sociale (RESO), CER SNCF Normandie, Institut d’histoire sociale CGT, Syndicat de la magistrature, Rouges vifs Île de France, Fédération de Paris de la LDH, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), CGT construction, Section Paris 11 du Parti socialiste, Section Paris 20 du Parti socialiste, Section Paris 19 du Parti Communiste français, Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Paris 20, Institut de recherches FSU, Union régionale CGT de l’Île de France, Les Garibaldiens, Association Louise Michel, Section Paris 20 du Parti communiste français, Association des libres penseurs de France, Rassemblement des Cercles communistes, Cercle communiste de la région parisienne, Section CGT des bureaux gares et ambulants, Association des Amis des combattants en Espagne républicaine (ACER), Parti communiste français (PCF), Comité national des chômeurs CGT, Syndicat national des enseignements de second degré (SNES), Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), Le mouvement des Jeunes Communistes de France, Section Paris 11 du Parti Communiste Français, Les Verts – Paris Ecologie, Comité Valmy, Les Verts de Paris 20e, Fédération de Paris du Parti Communiste Français, Association André Léo, Chorale populaire de Paris


Merci de noter :

– Le lundi 30 mai à 18h30 : Réunion du groupe de travail «  Economie, travail et droits de l’Homme » au siège de la LDH- 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Thème : La politique fiscale du gouvernement

– Le lundi 6 juin à 19h45 : Réunion de la Fédération de Paris au 40, rue de Malte 75011 Paris (métro : République ou Oberkampf).

Je vous rappelle que cette réunion est ouverte à toutes et tous les adhérents parisiens (même si seul(e)s les délégué(e)s des sections peuvent prendre part aux votes éventuels.

– Le lundi 6 juin de 18h00 à 20h00 : Rencontre publique de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE), « Les initiatives locales d’observation des lieux d’enfermement des étrangers, échanges, outils et perspectives » au siège de la LDH- 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Comme certains d’entre vous le savent déjà, nous souhaitons organiser une campagne d’observation dans les centres de rétention de la région parisienne.

La nouvelle réforme législative du CESEDA donne, en effet, une place croissante aux mesures visant au « retour » des étrangers tout en amoindrissant les garanties de droit et, dans ce dispositif, la rétention gagne en importance. Notre objectif est donc de porter le regard de la société civile sur ces lieux clos, en marge du droit, et d’en témoigner

La réunion du 6 juin organisée par l’OEE sera l’occasion de présenter les objectifs de cette campagne d’observation, ses outils et de la lancer.

Nous espérons vivement que vous serez nombreux à pouvoir y participer.

Très amicalement

Catherine TEULE

Depuis quelques années, alors que la détention administrative des étrangers s’accroît et se banalise, des membres d’associations ou de simples citoyens ont pris l’initiative de créer des collectifs de vigilance autour des lieux d’enfermement tels que les centres de rétention administrative. Des visites aux retenu(e)s et des observations d’audiences du juge des libertés et de la détention sont organisées, des contacts avec les retenu(e)s et leurs familles sont établis. Cette présence citoyenne, témoignage de solidarité avec les étrangers, permet également d’exercer un contrôle indépendant sur ces camps qui échappent encore au regard de la société civile. En mars 2010, des associations* se sont réunies pour créer un « Observatoire national de l’enfermement des étrangers ». Il a pour objectif de recueillir des informations concernant les étranger(e)s privé(e)s de liberté, de témoigner de violations de leurs droits et des conséquences de cet enfermement. Son but est également de soutenir les initiatives locales pour la défense des étrangers enfermés (voir charte en PJ).

La rencontre du 6 juin 2011 vise dans un premier temps à échanger sur la nature et les objectifs des diverses initiatives lancées en différents points du territoire, ainsi que sur les modalités d’action et d’observation mises en œuvre. Dans un deuxième temps, nous examinerons les outils constitués par les uns et les autres, et réfléchirons à l’intérêt et aux moyens de les mutualiser afin de dessiner de possibles perspectives de travail.

Intervenants : Mylène Stambouli (ADDE), Brigitte Espuche (Anafé) : Outils et guides d’observation, Militant local : Présentation de l’Observatoire de Marseille (sous réserve)Catherine Teule (LDH) : Projet de campagne en région parisienne

La participation du plus grand nombre possible de réseaux et collectifs locaux rendra cette rencontre d’autant plus fructueuse. Mais si vous ne pouviez être présents, nous vous invitons à envoyer un courrier de présentation de votre collectif et de vos activités, ainsi qu’à proposer des initiatives. Un compte rendu de la réunion vous sera envoyé.

Nous espérons vivement vous voir à cette occasion, et vous remercions par avance de bien vouloir nous confirmer votre présence.

Contacts : Konstantinos Papantoniou : konpapas@laposte.net

Brigitte Espuche : brigitte.espuche@anafe.org

L’OEE EST COMPOSÉ DES ORGANISATIONS SUIVANTES : ACAT-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Emmaüs France, Fasti, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’homme, MRAP, revue Pratiques, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG), Secours Catholique.

– Le lundi 6 juin à 19h15 : Réunion du groupe de travail « Contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme » au siège de la LDH- 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour à suivre.

– Le mardi 7 juin à 19h30 : Conférence débat « Immigration : mythes et réalités » à l’invitation des Amis du Monde diplomatique avec Emmanuel Terray (Philosophe et anthropologue à EHESS, membre de la LDH), Claire Rodier(juriste et membre du GISTI), et un représentant de l’Association Trajectoires à la Mairie du 14ème arrondissement – 2, Place Ferdinand Brunot 75014 Paris (métro : Mouton Duvernet)

– Les samedi 11, dimanche 12 et lundi 13 juin : 86ème congrès de la LDH à Reims. Pour tous les renseignements pratiques reportez-vous au numéro 207 (supplément de LDH Info de février) et surtout pensez à vous inscrire !

Je vous rappelle que tout ligueur à jour de ses cotisations peut participer au congrès même si seuls les délégués titulaires (ou suppléants le cas échéant) que vous aurez élus dans vos sections peuvent participer aux votes.

Les délais pour les sections :

. avant le 20 mai : réception au siège des noms des délégués des sections au congrès

. le 27 mai : dernier délai pour tenir la réunion de section portant sur le vote des candidatures au Comité central

. avant le 3 juin : réception au siège des propositions d’amendements aux projets de résolutions

. avant le 10 juin : dernier délai pour la réception au siège des votes individuels sur les candidatures au Comité Central

APPEL A LA SOLIDARITE AVEC LES JEUNES TUNISIENS

Jeudi 5 mai 2011 à 18h30 – Place de la Madeleine (Métro Madeleine ligne 8 et 12) – Rassemblement devant le ministère de l’Intérieur

Pour exiger la libération de tous les arrêtés du 51 avenue Simon Bolivar

Pour la régularisation de tous les migrants tunisiens de Lampedusa

Pour soutenir les jeunes des révolutions démocratiques arabes

Nous appelons à un rassemblement devant le ministère de l’Intérieur à Paris

ATMF – AMF – ADTF – FTCR – UTIT – LDH ….

La déclaration de Dominique Guibert, secrétaire général de la LDH, lue lors du rassemblement de solidarité avec les jeunes tunisiens, le 5 mai 2011, devant le ministère de l’Intérieur :

Solidarité avec les Tunisiens

Que se passe-t- il donc en France ? Pourquoi sonne-t-on le tocsin ? Une invasion d’ennemis ? Des hordes d’immigrés aux portes, dit-on… Ce sont des phantasmes, certes, mais ils servent de justification à une politique de force, de chasse à l’homme et de stigmatisation de l’étranger.

Souvenons-nous. La Tunisie, ses palmiers, ses oasis, son désert et ses bas coûts de travail… C’était avant, avant que le peuple tunisien ne fasse le ménage. Le temps n’est plus où le gouvernement Sarkozy louait le dictateur. La Tunisie est devenu moins belle depuis que son peuple est fort du retour à la démocratie.

Aujourd’hui, au rebours des gestes de solidarité, se développent politique de la peur, gesticulation aux frontières et chasse aux Tunisiens en Ile-de-France. C’est une démonstration politique que Sarkozy et Berlusconi préféraient Ben Ali !

Il est profondément indécent que le président de la République française et le Premier ministre italien s’entendent pour limiter la liberté de circulation en Europe au prétexte de l’arrivée de vingt-cinq mille ressortissants tunisiens en Italie.

Evoquer les risques d’une invasion relève de la volonté politique d’attiser la peur et la xénophobie, en Italie comme en France. Que devraient dire les ONG et bénévoles tunisiens qui, avec des moyens réduits, accueillent à la frontière tuniso-libyenne les centaines de milliers de personnes qui fuient les exactions du régime Kadhafi ?

Après avoir soutenu presque jusqu’au dernier jour le régime de Ben Ali, Nicolas Sarkozy s’en prend à ceux qui se sont révoltés contre cette dictature. Accueillir dignement en France et en Italie vingt-cinq mille personnes qui cherchent une respiration au milieu des bouleversements inévitables qu’entraîne une révolution relève du devoir élémentaire d’humanité, mais aussi de l’intérêt politique de tous les pays de la région.

Il ne suffit pas de proclamer un soutien aussi tardif qu’irrésolu à la démocratie tunisienne et d’annoncer une contribution financière qui n’est en fait qu’un prêt. Il faut aussi tout faire pour que la démocratie l’emporte en Tunisie. C’est l’intérêt des Tunisiens, c’est l’intérêt des pays de la région, c’est l’intérêt de l’Europe.

Au regard de ces enjeux, le traitement infligé aux Tunisiens qui sont arrivés en Europe, refoulés à Vintimille, traqués dans les rues à Paris et en banlieue, est non seulement indigne, participant de cette xénophobie d’Etat dans laquelle s’enfonce le gouvernement français, mais aussi profondément stupide et dangereux pour notre avenir commun.

La LDH appelle tous les militants, tous les citoyens et leurs associations, syndicats et partis à se mobiliser pour porter aide et assistance à ces personnes.

Le gouvernement nous tend un piège : c’est « Moi et ma police » ou « Vous et votre chaos », c’est « la porte fermée aux étrangers » ou « l’invasion des immigrés ». Nous ne devons pas tomber dans ce piège et croire qu’il n’y a pas d’autres politiques possibles. A cet égard, la LDH regrette la précipitation de la Mairie de Paris dans la gestion d’une occupation dont elle aurait pu prendre la mesure dans une conjoncture spécifique. Nous critiquons cette acceptation d’une politique de force au lieu de poursuivre un dialogue qu’elle semblait pourtant avoir commencé.

Au contraire, la LDH attend de tous un respect de nos principes envers les personnes, humanité, accueil et solidarité ; et une orientation claire de soutien à la révolution tunisienne.

Réunions et manifestations parisiennes de la semaine du 4 avril 2011

Vous pouvez téléchargez ici l’annonce des manifestations et réunions parisiennes à venir, copiée ci-dessous.

Réunions et manifestations parisiennes 3 avril 2011

Tout particulièrement :

Les archives de la LDH et les vôtres

Un groupe de travail s’est constitué en 2008 afin de réunir tous les documents quel que soit leur support ou format (photo, cassette audio, film, CD, DVD, etc.) sur la LDH. Une base de données a été créée et regroupe les documents dont le siège dispose. Cette base est insuffisante. Afin de la compléter, nous faisons appel à tous les ligueurs qui disposent de films, d’enregistrements, de photos, etc. relatant des actions de la LDH. Merci d’envoyer vos documents  ou une copie au service communication de la LDH, 138 rue Marcadet 75018 Paris. Cela permettra de compléter cette banque de données et pourra être utile à tous les ligueurs !!!

Soyons à l’avenir plus vigilants… Faisons en sorte qu’enregistrer les passages radios ou télé (via internet et le podcast) devienne un reflexe. A défaut, n’hésitez pas à informer le service communication de passages (médias, titre, jour, heure), nous nous occuperons des enregistrements (communication@ldh-france.org).

Enfin, sachez que si vous souhaitez faire partie de ce groupe de travail, si vous avez des connaissances en matière d’archivage (publications papier ou audiovisuel), vous pouvez prendre contact avec Virginie Péron au service communication de la LDH : 01 56 55 51 07 – communication@ldh-france.org.

Anne Tardieu

Fédération de Paris

fedeparis@ldh-france.org

www.ldh-paris.org

________________________________________________________________________________

La semaine du 4 au 10 avril :

– Le lundi 4 avril à 18h30 : Projection débat autour du film « Illégal » organisée dans le cadre du Festival Étudiant Contre le Racisme par RUSF Paris 1, en association avec l’UNEF et la LDH Paris Sorbonne à l’Université Paris-1 Tolbiac, Centre Pierre Mendes-France (PMF) Amphi L – 90, rue de Tolbiac 75013 Paris (Métro Olympiades ou Tolbiac)

Cette projection sera suivie d’un débat sur la rétention et le racisme au quotidien.

Film : « Illégal »

Tania et Ivan son fils de 13 ans sont russes et vivent clandestinement en Belgique depuis huit ans. Sans cesse sur le qui-vive, Tania redoute les contrôles de police jusqu’au jour où elle est arrêtée. La mère et le fils sont séparés. Tania est placée dans un centre de rétention. Elle fera tout pour retrouver son fils mais n’échappera pas pour autant aux menaces d’expulsion.

– Le lundi 4 avril de 18h00 à 20h00 : Rencontre de l’OEE (Observatoire de l’enfermement des étrangers) « Pratique médicale et question de santé dans les centres de rétention administratives au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Le projet de loi sur l’Immigration actuellement débattu au parlement s’attaque aux droits fondamentaux des personnes de nationalité étrangère, et notamment au droit au séjour et à la protection contre l’éloignement des étrangers atteints d’une maladie grave et résidant en France.

Après les restrictions d’accès à l’aide médicale d’Etat entrées en vigueur depuis le 1er mars, quelles seront les conséquences sur l’état de santé des étrangers placés en centre de rétention administrative ? Comment les médecins et les associations de défense des

étrangers pourront-ils favoriser à l’avenir la continuité des soins pour les personnes atteintes de maladie grave et menacées de mort, faute de soins, en cas d’éloignement vers leur pays d’origine ?

Ces questions seront abordées lors de la prochaine rencontre de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers, avec les interventions du Dr Pascale Beaupère, médecin au CRA de Lyon-Saint-Exupéry, du Dr Patrick Spiess, médecin au CRA de Strasbourg- Geispolsheim, et la projection du film « Scènes de sorties, chroniques d’un centre de rétention » réalisé par AnnKo et Patrick Spiess, avec le concours de la Ville de Strasbourg et Action Sida Ville.

L’OEE EST COMPOSÉ DES ORGANISATIONS SUIVANTES :

ACAT-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Emmaüs France, Fasti, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’homme, MRAP, revue Pratiques, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG), Secours Catholique.

– Le lundi 4 avril à 19h30 : Réunion du groupe de travail « Contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

. La Halde : quel bilan, quelles perspectives avec la création du défenseur des droits : début de réflexion avec Antoine Math du Gisti ;

. Le tableau : état des lieux, avancement ;

. COPEC, pôle anti-discrimination : enquête, propositions ;

. Agenda ;

. Questions diverses.

– le mardi 5 avril à 17h00 : Conférence « Le projet Besson de réforme du droit des étrangers : une manifestation d’une forme de racisme d’état ? » organisée dans le cadre du Festival Étudiant Contre le Racisme par RUSF Paris 1, en association avec l’UNEF et la LDH Paris Sorbonne à l’Université Paris-1 Tolbiac, Centre Pierre Mendes-France (PMF) Amphi L – 90, rue de Tolbiac 75013 Paris (Métro Olympiades ou Tolbiac)

2003, 2006, 2007, et maintenant 2011: les lois sur l’immigration votées ces 8 dernières années se suivent et ne se ressemblent pas, si ce n’est qu’elles marquent toutes une restriction sans précédent des droits des étrangers à mener une vie convenable en France.

C’est dans ce contexte politique qu’est votée la loi Besson, passée le 8 mars au Sénat en dernière lecture.

Sous le faux prétexte de transposition d’une directive européenne, le gouvernement français apporte des restrictions inédites et injustifiées aux droits des étrangers ;  droit à la santé bafoué, bannissement des étrangers interdits du territoire français, atteintes au droit d’asile, neutralisation des pouvoirs du juge, enfermement croissant des étrangers  …

Pourtant, cette évolution nombreux sont les associatif et politiques à refuser ces évolutions et à tracer ainsi les contours d’une société solidaire et ouverte aux différences.

Intervenants : Jerome Valluy, maitre de conférences à Paris 1, Créateur du Réseau TERRA,ex juge à la CNDA, qui parlera de l’ arrière fond politique et sociologique du projet (Montée des racismes, politiques de fermeture des frontières…), Christophe Pouly, Gisti, Avocat au barreau de Paris, qui parlera de l’enfermement des étrangers et de la démarche du législateur visant à revenir sur les acquis obtenus par les combats juridictionnels, Brigitte Espuche, de MIGREUROP qui parlera de la politique migratoire européenne et des directives que le gouvernement prétend « Transposer », Benjamin Demagny, Gisti, COMEDE, qui parlera de la réforme de la santé des étrangers dans le projet, Jean Alzamora, Gisti, ex VP du T.A de Versailles, qui parlera des réformes de l’éloignement des étrangers dans le projet.

– Le mardi 5 avril à 19h00 : Réunion du groupe de travail « Police et citoyenneté » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

. Actualités après le vote de la loi LOPPSI 2

. Finalisation du document sur le STIC

. Questions diverses

– le mardi 5 avril à 19h30 : Café citoyen « L’état de la presse reflet de l’état de la démocratie » à l’initiative de la section Paris 5/13 avec Laurent Mauduit, journaliste à Médiapart au Café Latin St Germain – 92, Boulevard St Germain 75005 Paris (métro Cluny).

De quel poids pèse le pouvoir sur la presse ? Peut-on parler d’une presse libre ? Peut-on dire qu’elle sert d’aiguillon à la démocratie ? Et à quelle démocratie ?

– le mercredi 6 avril de 15h00 à 17h00 : Rassemblement contre les expulsions d’étudiants étrangers et pour des conditions d’accueil dignes devant le centre de réception des étrangers – 92 boulevard Ney 75018 Paris (métro : Porte de Clignancourt) à l’initiative de RUSF Paris-Sorbonne et la section LDH Paris Sorbonne.

Mise en place d’une action Flashmob « zone d’expulsion » : Installation d’une « zone de rétention » en pleine nature, puis lâcher de ballons portant le nom de sans-papiers expulsés par la préfecture. Dépôt d’une gerbe en la mémoire du droit à l’éducation devant la préfecture.

Revendications et mots d’ordre :

Non aux expulsions d’étudiants étrangers !

Les étudiants et étrangers scolarisés ont droit à étudier de manière sereine en France. Les préfectures ne sont pas habilitées à juger du « sérieux » des études des étudiants étrangers, une carte d’étudiant = une carte de séjour.

Pour des conditions d’accueil dignes à la préfecture !

Certaines pratiques, telles l’attente trop longue avant l’obtention d’un premier titre, ou la non délivrance de récépissés, placent les étrangers dans une situation de précarité insoutenable. Ces pratiques doivent cesser.

– le samedi 9 avril de 14h30 à 17h00 : Conférence – débat organisée par le groupe de travail logement « Habitat, sureté urbaine, comportement sociaux, ont été au cœur d’une réhabilitation d’un quartier du 19ème arrondissement de Paris, le site des Chaufourniers. François Guillotte, l’architecte qui a travaillé sur cette zone nous présentera ‘comment on peut dans un projet de territoire sur un quartier défavorisé, faire que ceux qui y habitent s’emparent du projet, et d’habitants qui subissent, deviennent des citoyens qui construisent collectivement « le vivre ensemble » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).



Merci de noter :

– Le vendredi 29 avril de 14h30 à 17h30 : Séminaire n°2 sur les minorités en Europe « La politique des minorités en Allemagne et en Grande Bretagne » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85). Voir pour le séminaire n° 3 à la date du 19 mai…

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

L’Allemagne et la Grande Bretagne mènent des politiques spécifiques en direction des minorités. Contrairement aux idées reçues, elles sont assez différentes, tout en étant fondées sur des politiques de reconnaissance de la légitimité des dites minorités. Il existe dans les deux pays des statuts juridiques assez différents. Mais, toujours dans les deux pays, le caractère multiculturel des sociétés civiles est remis en cause au plus haut niveau. Quels sont ces statuts ? Comment sont-ils vécus ? Comment se déroule le débat médiatique et politique sur la question ?

Intervenants :

Gérard Gaber, sociologue, spécialiste de l’Allemagne. Ses travaux sont publiés par l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Olivier Esteves, maître de conférences. A notamment publié « Politiques de la diversité » avec Denis Lacorne aux Presses de Sciences-Po.

– Le lundi 2 mai à 19h45 : Réunion de la Fédération de Paris au 40, rue de Malte 75011 Paris.

Je vous rappelle que cette réunion est ouverte à toutes et tous les adhérents parisiens (même si seul(e)s les délégué(e)s des sections peuvent prendre part aux votes éventuels.

– du samedi 7 au mercredi 11 mai : Séries d’événements « Mes données c’est personnel ! » consacrés à la protection des données personnelles organisés par la section Paris 10/11 de la LDH avec le soutien de la Mairie du 11ème, de l’AGECA et de la Maison des associations du 11ème.

Nous naviguons, achetons, communiquons sur Internet, nous bénéficions de “miles”, on nous propose de gérer nos données ou bien on nous l’impose… Derrière ces services, que deviennent nos données, recueillies avec ou sans notre consentement ? A quoi sont-elles utilisées ? Quelles garanties pour leur sécurité et notre liberté ? Que faire pour nous protéger ?

Plus d’informations : www.mairie11.paris.fr et www.ldh-paris-10-11.com

– le samedi 7 mai de 14h00 à 18h00 : « Mes données c’est personnel ! » Rencontres avec des spécialistes à l’initiative de la section Paris 10/11 à la Maison des associations du 11ème – 8, rue du Général Renault 75011 Paris (métro : St Ambroise, St Maur ou Voltaire).

Des informaticiens, des juristes, des spécialistes de la consommation et d’internet, des représentants d’associations… répondent  à vos questions et animent des tables rondes : fichage commercial et bancaire, le paiement en ligne ; les réseaux sociaux ; la gestion des emails ; les fichiers de santé ; les fichiers scolaires ; la gestion des données par les associations.

– le lundi 9 mai de 18h30 à 20h30 : « Mes données c’est personnel ! » Séances de formation « Mes données, mes droits » à l’initiative de la section Paris 10/11 à l’AGECA – 177, rue de Charonne 75011 Paris (métro : Alexandre Dumas).

Quels sont vos droits ? Comment les faire appliquer ? Régler les paramètres de confidentialité sur un réseau social.

Nombre de places limitées : inscriptions : paris10.11@ldh-france.org

– Le mardi 10 mai à 19h30 : « Mes données c’est personnel ! » Projection débat autour du film « total contrôle » de Etienne Labroue à l’initiative de la section Paris 10/11 et suivi d’un débat animé par Maryse Artiguelong, secrétaire générale adjointe de la LDH à l’AGECA – 177, rue de Charonne 75011 Paris (métro : Alexandre Dumas).

– Le mercredi 11 mai à 19h00 : « Mes données c’est personnel ! » Conférence débat à l’initiative de la section Paris 10/11 à la Mairie du 11ème arrondissement – salle des mariages – 12, place Léon Blum 75011 Paris (métro : Voltaire)

Achats en ligne, dossier médical, Internet… Nouvelles facilités ? Nouveaux espaces de liberté ? Aujourd’hui, on enregistre nos données. Quels risques pour demain ? Comment les éviter ?

Avec : Isabelle Falque-Pierrotin, vice-présidente de la CNIL, Jean-Gabriel Ganascia, Professeur à l’université Pierre et Marie Curie, informaticien et philosophe, Jean-Marc Manach, journaliste à InternetActu.net et OWNI.fr, blogueur (BugBrother) pour LeMonde.fr, co-fondateur des Big Brother Awards, Jean-Claude Vitran, responsable du groupe de travail Libertés et Technologies de l’Information et de la Communication de la Ligue des droits de l’Homme

Modérateur : Noé le Blanc, journaliste spécialisé

– du lundi 16 au dimanche 22 mai : Semaine de votation citoyenne à travers toute la France et à Paris.

– Le jeudi 19 mai de 14h30 à 17h30 : Séminaire n°3 sur les minorités en Europe « La minorité musulmane en France » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

Les personnes de culture musulmane, de nationalité française ou étrangère, sont environ cinq millions. Au-delà de l’aspect démographique, indéniable, peut-on parler de minorités dans un pays réticent à reconnaître la diversité culturelle en son sein ? Comment peut-on décrire la diversité interne, d’origine nationale, de pratiques différentes, de la dite communauté ? Comment peut-on faire apparaître sa légitimité à l’image de celle tous les groupes religieux ? Quelle réflexion les musulmans de France développent-ils devant cette situation inédite ? Quels en sont les aspects sociologiques et théologiques ?

Tarek Oubrou, théologien, président de l’Association des imams de France, dernier ouvrage paru « Profession Imam » (Editions Albin Michel)

Fouad Imarraine, membre du Collectif des musulmans de France (CMF)

– Le samedi 28 mai à 14h30 : Commémoration des combats de la Commune de Paris 1871.

RDV à l’entrée du Père Lachaise, rue des Rondeaux 75020 Paris (métro : Place Gambetta) pour se diriger en cortège  jusqu’au mur des fédérés où il y aura des prises de paroles et des chansons.

Venez avec badges et vos drapeaux nous rejoindre derrière la banderole de la Fédération.

Le thème de cette année sera : Ils ont sauvé la république et fait vivre la démocratie « Réhabilitons les communards »

– Les samedi 11, dimanche 12 et lundi 13 juin : 86ème congrès de la LDH à Reims. Pour tous les renseignements pratiques reportez-vous au numéro 207 (supplément de LDH Info de février) et surtout pensez à vous inscrire !

Je vous rappelle que tout ligueur à jour de ses cotisations peut participer au congrès même si seuls les délégués titulaires (ou suppléants le cas échéant) que vous aurez élus dans vos sections peuvent participer aux votes.

NB : Il est essentiel de penser à réserver au plus vite votre hébergement, si ce n’est déjà fait.

Reims célèbre cette année le huitième centenaire de la Cathédrale Notre Dame. A l’occasion de cet événement, la ville organise des festivités qui se dérouleront du 6 mai au 23 octobre, durant lesquelles de nombreux visiteurs sont attendus. C’est pourquoi nous vous invitons à réserver votre hébergement dès à présent, en vous référant aux pages 9 et 10 du LDH Info spécial congrès « Guide pratique ». Vous y trouverez une liste indicative d’hôtels établie à partir des informations figurant sur le site internet de l’office de tourisme de Reims.

Vous devez effectuer individuellement votre réservation directement auprès des hôtels ou de tout autre. Pour plus de détails concernant l’hébergement et les informations touristiques, contactez directement l’office de tourisme de Reims (2, rue Guillaume de Machault 51100 Reims, tél. 0892 701 351 (0,34 € / min), site internet : www.reims-tourisme.com).

Réunions et manifestations parisiennes à venir, semaine du 28 mars 2011

Vous pouvez téléchargez ici l’annonce des manifestations et réunions parisiennes à venir, copiée ci-dessous.

Tout particulièrement :

– Le samedi 2 avril à 14h15 RDV Place de Bastille devant les marches de l’Opéra pour le rassemblement et la manifestation à l’occasion de la journée nationale pour sauvegarder et promouvoir la santé publique. Venez nombreuses et nombreux avec vos badges et vos drapeaux !

– Vous trouverez en pièce jointe la note rédigée par Evelyne Sire-Marin, magistrate et membre du Comité central de la LDH « Que reste-t-il de la loi LOPPSI 2 du 14 mars 2011 après la censure du Conseil Constitutionnel. Bonne lecture !

La semaine du 28 mars au 3 avril :

– Le lundi 28 mars à 19h30 : Réunion du groupe de travail « Europe » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Alors que l’Union Européenne se construit essentiellement sur son volet économique, que les entreprises sont largement mondialisées, le social reste de la compétence des États. Cependant, les politiques européennes ont des conséquences au niveau social dans tous les pays de l’UE.

La  Confédération Européenne des Syndicats (CES), regroupe les fédérations professionnelles européennes et l’essentiel des grands syndicats nationaux. Elle participe au dialogue social au niveau de l’UE. Elle organise des journées d’action syndicale pour des enjeux apparaissant de niveau de mobilisation européen.

Par rapport aux politiques actuellement discutées (« pacte de compétitivité », crise de la dette dans des pays de la zone euro, droit du travail et libre circulation des travailleurs, dimensions sociales des droits fondamentaux inclus dans le traité de Lisbonne,…) quels sont donc les objectifs et les moyens d’intervention syndicaux au niveau de l’UE ?

Jean-Marie Pernot, chercheur à l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), spécialiste du syndicalisme en Europe, a accepté notre invitation pour présenter et discuter avec nous des enjeux européens pour les syndicats.

La réunion est ouverte à toutes et tous ligueurs.

Philippe Jesover et Jan Robert Suesser

– Le mardi 29 mars à partir de 19h00 : Le groupe de travail « Extrême droite » reprend ses activités. Vous êtes toutes et tous conviés à sa 1ère réunion au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Délégué du groupe de travail : Philippe Lamy

– Le mardi 29 mars à 20h00 : Projection du film « Sou Hami la crainte de la nuit » de Anne-Laure de Franssu à l’initiative du RESF au cinéma « La Clef »21, rue de la Clef 75005 Paris (métro : Censier Daubanton ou Place Monge, bus : 47).

Ce film était initialement programmé à la Cité de l’Histoire de l’Immigration, alors en pleine occupation par les travailleurs  et travailleuses sans-papiers en grève. Aléas de luttes, ça n’a pas pu se faire… RESF relève le défi d’amener le même public, et les « 1000 de Cachan » dispersés, dans la petite salle de La Clef… *

Mory Coulibaly part au MALI avec le film qu’il a tourné à Cachan « Regardez chers parents ». L’équipe installe tous les soirs un cinéma en plein air dans les villes et villages de la région de KAYES. Anne-Laure de Franssu filme le voyage, et les discussions avec les jeunes, les instituteurs, les anciens, les émig rés revenus au pays en vacances, ceux qui ne sont jamais partis, ceux qui ont été expulsés et qui sont suivis par l’Association Malienne des Expulsés …

Merci de signaler votre venue à films@resf.info

– Le jeudi 31 mars à 19h15 : Débat « La République défigurée ? » l’urgence d’un pacte pour les droits et la citoyenneté à l’initiative de Julien Molesin ligueur parisien (Paris 19) et étudiant à l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) de Paris Amphithéâtre Albert Sorel et Anatole Leroy-Beaulieu – 27, rue St Guillaume 75007 Paris (métro : Sèvres Babylone ou rue du Bac).

Débat avec Laurent Bonelli (Maître de conférence à l’Université de Nanterre, auteur de « L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse », Christian Chevalier, secrétaire général SE-UNSA, Jean-Pierre Dubois, Président de la LDH et professeur de droit public à Paris XI, Frédéric Pierru, chargé de recherche au CNRS.

Il est impératif de vous inscrire pour pouvoir assister au débat auprès de Julien Molesin :

Julien.molesin@wanadoo.fr

– Le vendredi 1er avril de 14h30 à 17h00 : Séminaire n°1 sur les minorités en Europe « Quelle place pour les minorités en Europe » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris(métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85). Voir pour les séminaires n° 2 et n°3 aux dates du 29 avril et 19 mai…

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

Quelle place pour les minorités en Europe ?

Comment peut-on définir une minorité ? Faut-il privilégier l’autodéfinition ? Quelles est la politique menée par l’Union Européenne en direction des minorités ? Comment la politique française est-elle vue à Bruxelles ? Comment, et par quels Etats, la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales promue par le Conseil de l’Europe est-elle mise en œuvre ? Quel regard les sociétés européennes portent-elles sur les minorités ? Quelle sont les aspirations des minorités ?

Intervenant(e)s :

Inès Wouters, Avocate au barreau de Bruxelles, spécialisée en droit des minorités religieuses http://ines-wouters-avocat.skynetblogs.be/

Yves Plasseraud, président du Groupement pour les droits des minorités (GDM)

http://gdm.eurominority.org/www/gdm/

– Le samedi 2 avril 9h30/12h30 ou 14h30/17h30 : Formation à l’utilisation du « kit section » d’un site LDH à l’initiative du Comité régional Ile de France avec Pierre Déjean à l’Espace Multimedia – 167, rue de Crimée 75019 Paris (métro : Crimée).

Enfin le site de votre section a été livré! Vous avez l’adresse du site (URL), l’accès à l’interface d’administration, l’identifiant et le mot de passe. Il ne vous reste qu’à mettre les informations : articles, photos, contacts, permanences, ….

Euh… Oui, mais comment fait-on?

Cette formation est destinée à vous apprendre tout ça !

Il n’est pas nécessaire d’être un informaticien chevronné. C’est même totalement inutile !

Il faut juste un peu de bonne volonté et … un peu de travail.

Une partie sera consacrée à « l’administration » du site, l’autre à la publication des informations.

Les travaux pratiques se feront sur un site réel.

Pour démarrer, vous seront nécessaires uniquement : une adresse mail et une clé USB.

Afin d’optimiser les travaux pratiques, nous vous conseillons d’apporter sur votre clé USB des articles rédigés (peu importe le sujet, ils ne seront pas conservés), des photos ou illustrations, …

Merci de nous faire part également de vos questions ou cas pratiques afin de répondre au mieux à vos besoins.

Organisation :

deux sessions se dérouleront le samedi 2 avril : le matin de de 9h30 à 12h30 ou l’après-midi de 14h30 à 17h30

– chaque session accueillera 10 personnes, un PC sera mis à disposition de chaque stagiaire

– le nombre de postes par session étant limité, il est préférable de s’inscrire avant le 26 mars au moyen du bulletin ci-joint. Passé ce délai, nous vous conseillons de vous assurer de la possibilité de votre inscription en appelant au 06 23 49 58 85 (une nouvelle journée de formation, soit 2 sessions, pourra être organisée à Paris en fonction des demandes)

– une formation décentralisée est prévue à Conflans (78) pour les sections du 78 nord et du 95 (probablement le 30 avril, date à confirmer).

Attention, le nombre de places étant limité,  il est préférable de s’inscrire avant le 26 mars au moyen du bulletin ci-joint à renvoyer par mail à l’adresse suivante: ldhidf@ldh-france.org

– Le samedi 2 avril à 14h30 : Rassemblement manifestation à l’occasion de la journée nationale  de mobilisation pour sauvegarder et promouvoir la santé publique à Paris Place de la Bastille (métro : Bastille).

14h15 : RDV des ligueuses et des ligueurs derrière la banderole « Urgence pour les libertés et les droits » devant les marches de l’Opéra Bastille.

La mise en œuvre par le gouvernement de la loi HPST-Bachelot-Sarkozy frappe de plein fouet nos hôpitaux, nos maternités, nos centres d’IVG… C’est tout notre service public de santé qui se détériore, tant pour celles et ceux qui en ont besoin que pour celles et ceux qui y travaillent.

Les franchises médicales, les déremboursements, les dépassements d’honoraires, les restructurations hospitalières, les privatisations, le démantèlement de la sécurité sociale, la réforme de la dépendance, la mise à mal de la psychiatrie publique… remettent en cause l’accès aux soins pour des millions de nos concitoyens.

IL est temps de réagir ensemble, organisations associatives, syndicales et politiques nationales représentant usagers, personnels et élus !

La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés.Arrêtons la casse de la santé !Après des années d’une politique de réduction des moyens et de réformes successives, la mise en place par la loi Hôpital Patient Santé Territoire (loi BACHELOT) des Agences Régionales de Santé (ARS) accélère la privatisation de notre système de santé. Pour le service public cela se traduit par des fermetures de services, fusions d’hôpitaux et réductions de personnels…Cela aboutit à de véritables déserts médicaux, dans les secteurs urbains comme à la campagne. La permanence des soins est menacée. Pour les malades et leurs proches, les distances augmentent, avec tous les risques et les coûts supplémentaires que cela comporte.Les directeurs des ARS, nommés par le gouvernement, sont des superpréfets sanitaires régionaux. Ils détiennent tous les pouvoirs pour organiser la santé dans son ensemble, en appliquant les directives gouvernementales. La représentation des usagere- s, des salarié-e-s, des personnels et des élu-e-s est réduite. Planifiant la désorganisation et la réduction des soins publics, les ARS favorisent le transfert vers le privé lucratif des soins les plus rentables pour le plus grand profit des groupes financiers de la santé et de leurs actionnaires.Le nombre de centres de santé, de services de PMI diminue, la médecine scolaire est en voie de disparition, la médecine du travail risque d’être totalement sous le contrôle du patronat…Les maternités de proximité ferment les unes après les autres, et sont remplacées par des usines à bébés.Pour l’IVG, les objectifs sont aussi de concentrer leur pratique dans quelques centres, et le développement abusif de l’IVG médicamenteuse.La psychiatrie peu à peu privée de ses moyens de soin devient un instrument de contrôle social s’appuyant sur le tout sécuritaire.La sécurité sociale financée par les cotisations en fonction des revenus doit permettre à chacun de bénéficier des soins selon ses besoins : c’est un principe solidaire.Arrêtons la casse de la sécu !De nombreuses mesures ont fait reculer ce principe solidaire : forfaits, franchises, dépassements d’honoraires, pénalités, déremboursements… Ce qui reste à la charge des foyers ne cesse d’augmenter.Tout cela pousse vers l’assurance privée individuelle celles et ceux qui en ont encore les moyens et c’est par millions aujourd’hui que des gens diffèrent ou renoncent aux soins.Le gouvernement veut privatiser la protection sociale en favorisant la création d’un marché pour les assurances privées. Chaque annonce d’exonération de cotisation pour une entreprise ou un emploi, met à mal le financement solidaire de la sécurité sociale.Le projet sur la dépendance prévoit l’obligation de souscrire une assurance individuelle privée dès l’âge de cinquante ans ce qui remet en cause le principe fondamental de solidarité.

  • Pour sauvegarder et promouvoir la santé publique
  • Pour la sécurité sociale universelle et solidaire

Accès aux soins partout, pour toutes et tous : C’est un droit ! Défendons-le !


Merci de noter :

– Le lundi 4 avril de 18h00 à 20h00 : Rencontre de l’OEE (Observatoire de l’enfermement des étrangers) « Pratique médicale et question de santé dans les centres de rétention administratives au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Le projet de loi sur l’Immigration actuellement débattu au parlement s’attaque aux droits fondamentaux des personnes de nationalité étrangère, et notamment au droit au séjour et à la protection contre l’éloignement des étrangers atteints d’une maladie grave et résidant en France.

Après les restrictions d’accès à l’aide médicale d’Etat entrées en vigueur depuis le 1er mars, quelles seront lesconséquences sur l’état de santé des étrangers placés en centre de rétention administrative ? Comment les médecins et les associations de défense des

étrangers pourront-ils favoriser à l’avenir la continuité des soins pour les personnes atteintes de maladie grave et menacées de mort, faute de soins, en cas d’éloignement vers leur pays d’origine ?

Ces questions seront abordées lors de la prochaine rencontre de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers, avec les interventions du Dr Pascale Beaupère, médecin au

CRA de Lyon-Saint-Exupéry, du Dr Patrick Spiess, médecin au CRA de Strasbourg-

Geispolsheim, et la projection du film « Scènes de sorties, chroniques d’un centre de rétention » réalisé par AnnKo et Patrick Spiess, avec le concours de la Ville de Strasbourg et Action Sida Ville.

L’OEE EST COMPOSÉ DES ORGANISATIONS SUIVANTES :

ACAT-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Emmaüs France, Fasti, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’homme, MRAP, revue Pratiques, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Syndicat de la médecine générale (SMG), Secours Catholique.

– Le mardi 5 avril à 19h00 : Réunion du groupe de travail « Police et citoyenneté » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

. Actualités après le vote de la loi LOPPSI 2

. Finalisation du document sur le STIC

. Questions diverses

– le mardi 5 avril à 19h30 : Café citoyen « L’état de la presse reflet de l’état de la démocratie » à l’initiative de la section Paris 5/13 avec Laurent Mauduit, journaliste à Médiapart au Café Latin St Germain – 92, Boulevard St Germain 75005 Paris (métro Cluny).

De quel poids pèse le pouvoir sur la presse ? Peut-on parler d’une presse libre ? Peut-on dire qu’elle sert d’aiguillon à la démocratie ? Et à quelle démocratie ?

– le samedi 9 avril de 14h30 à 17h00 : Conférence – débat organisée par le groupe de travail logement« Habitat, sureté urbaine, comportement sociaux, ont été au cœur d’une réhabilitation d’un quartier du 19èmearrondissement de Paris, le site des Chaufourniers. François Guillotte, l’architecte qui a travaillé sur cette zone nous présentera ‘comment on peut dans un projet de territoire sur un quartier défavorisé, faire que ceux qui y habitent s’emparent du projet, et d’habitants qui subissent, deviennent des citoyens qui construisent collectivement « le vivre ensemble » au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

– Le vendredi 29 avril de 14h30 à 17h30 : Séminaire n°2 sur les minorités en Europe « La politique des minorités en Allemagne et en Grande Bretagne » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85). Voir pour le séminaire n° 3 à la date du 19 mai…

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

L’Allemagne et la Grande Bretagne mènent des politiques spécifiques en direction des minorités. Contrairement aux idées reçues, elles sont assez différentes, tout en étant fondées sur des politiques de reconnaissance de la légitimité des dites minorités. Il existe dans les deux pays des statuts juridiques assez différents. Mais, toujours dans les deux pays, le caractère multiculturel des sociétés civiles est remis en cause au plus haut niveau. Quels sont ces statuts ? Comment sont-ils vécus ? Comment se déroule le débat médiatique et politique sur la question ?

Intervenants :

Gérard Gaber, sociologue, spécialiste de l’Allemagne. Ses travaux sont publiés par l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Olivier Esteves, maître de conférences. A notamment publié « Politiques de la diversité » avec Denis Lacorne aux Presses de Sciences-Po.

– Le lundi 2 mai à 19h45 : Réunion de la Fédération de Paris au 40, rue de Malte 75011 Paris.

Je vous rappelle que cette réunion est ouverte à toutes et tous les adhérents parisiens (même si seul(e)s les délégué(e)s des sections peuvent prendre part aux votes éventuels.

– du lundi 16 au dimanche 22 mai : Semaine de votation citoyenne à travers toute la France et à Paris.

– Le jeudi 19 mai de 14h30 à 17h30 : Séminaire n°3 sur les minorités en Europe « La minorité musulmane en France » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

Les personnes de culture musulmane, de nationalité française ou étrangère, sont environ cinq millions. Au-delà de l’aspect démographique, indéniable, peut-on parler de minorités dans un pays réticent à reconnaître la diversité culturelle en son sein ? Comment peut-on décrire la diversité interne, d’origine nationale, de pratiques différentes, de la dite communauté ? Comment peut-on faire apparaître sa légitimité à l’image de celle tous les groupes religieux ? Quelle réflexion les musulmans de France développent-ils devant cette situation inédite ? Quels en sont les aspects sociologiques et théologiques ?

Tarek Oubrou, théologien, président de l’Association des imams de France, dernier ouvrage paru « Profession Imam » (Editions Albin Michel)

Fouad Imarraine, membre du Collectif des musulmans de France (CMF)

– Les samedi 11, dimanche 12 et lundi 13 juin : 86ème congrès de la LDH à Reims. Pour tous les renseignements pratiques reportez-vous au numéro 207 (supplément de LDH Info de février) et surtout pensez à vous inscrire !

Je vous rappelle que tout ligueur à jour de ses cotisations peut participer au congrès même si seuls les délégués titulaires (ou suppléants le cas échéant) que vous aurez élus dans vos sections peuvent participer aux votes.

NB : Il est essentiel de penser à réserver au plus vite votre hébergement, si ce n’est déjà fait.

Reims célèbre cette année le huitième centenaire de la Cathédrale Notre Dame. A l’occasion de cet événement, la ville organise des festivités qui se dérouleront du 6 mai au 23 octobre, durant lesquelles de nombreux visiteurs sont attendus. C’est pourquoi nous vous invitons à réserver votre hébergement dès à présent, en vous référant aux pages 9 et 10 du LDH Info spécial congrès « Guide pratique ». Vous y trouverez une liste indicative d’hôtels établie à partir des informations figurant sur le site internet de l’office de tourisme de Reims.

Vous devez effectuer individuellement votre réservation directement auprès des hôtels ou de tout autre. Pour plus de détails concernant l’hébergement et les informations touristiques, contactez directement l’office de tourisme de Reims (2, rue Guillaume de Machault 51100 Reims, tél. 0892 701 351 (0,34 € / min), site internet : www.reims-tourisme.com).

________________________________________________________________________________

Les émissions sur Radio Libertaire

Afin de diffuser le plus largement les infos sur les émissions sur radio libertaire, merci de nous faire savoir à l’avance sur quel thème vous comptez intervenir Dès que l’info sera connue, elle sera diffusée et suscitera sans doute des auditeurs supplémentaires.

N’hésitez pas à nous contacter pour la mise à disposition du matériel ou à nous faire part de vos difficultés de façon à ce que nous ne laissions pas passer notre tour. Merci d’avance.

Coordination pour la Fédération de Paris : Danièle Krassilchik (Paris 14/6)

daniele.krassilchik@wanadoo.fr

LES EMISSIONS SUR RADIO LIBERTAIRE 89.4 FM (Le vendredi de 19h00 à 21h00)

– 1er avril : Paris 18 La loi LOPPSI 2 (Loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure)

Avec le peuple libyen, samedi 26 mars

Samedi 26 mars 2011, à 15h, Place de la République : Marche de solidarité avec le peuple libyen en lutte pour les libertés, l’Etat de droit et l’intégrité du pays.

Marche de république à Nation.

– Protection des populations civiles – quel qu’en soit le lieu –, ainsi que des résidents étrangers et des migrants
– Vigilance sur l’escalade de guerre, et sur tous les dévoiements possibles de la résolution 1573 votée par le Conseil de sécurité de l’ONU
– Vigilance sur la duplicité des gouvernements occidentaux et de la Ligue arabe
– Arrêt des livraisons d’armes au dictateur, et sanctions contre les Etats qui s’y livreraient
– Reconnaissance du Conseil national de transition intérimaire, seul représentant légitime du peuple libyen
– Justice exemplaire contre les crimes de Kadhafi
– Solidarité avec le peuple libyen en lutte pour les libertés et la démocratie
– Soutien aux révolutions et luttes des peuples du monde arabe

Premiers signataires
– Collectif libyen du 17 février, Collectif tunisien Sidi-Bouzid, Comité marocain de suivi du 20 février, Collectif d’Algérien(ne)s de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie
– ASDHOM, ATF, ATMF, ATTAC, CFDA, CRLDHT, Etoile nord-africaine, FTCR, LDH, Manifeste des libertés, MRAP, Sortir du colonialisme, Union syndicale Solidaires
– Europe Ecologie-les Verts, NPA, PCF, PG, PIR
– PCOT-France (Tunisie), PPDS-France (Syrie)

Logement : Manifestation le 12 mars 2011

Manifestation samedi 12 mars 2011, 14h30 place de la République :

Cette année encore, le 15 mars sonne la fin de la trêve hivernale, la reprise des expulsions sans relogement, l’angoisse pour des dizaines de milliers de familles. Les locataires et les accédant-e-s modestes sont accablé-e-s par la flambée des loyers, des charges, de l’énergie, de l’immobilier et du foncier, qui n’ont jamais été aussi chers dans notre pays. C’est un véritable racket : de plus en plus de jeunes, de salarié-e-s, de précaires, de mères isolées… doivent y consacrer plus de la moitié de leur salaire. Le gouvernement soutient la rente locative, les profits tirés de la spéculation immobilière et foncière au détriment du droit au logement.

Aujourd’hui l’exclusion par le mal logement peut toucher vos proches, vos voisins, vos enfants, il faut réagir, il faut que la politique du logement soit refondée.

Dans l’immédiat  nous vous appelons à manifester  et nous exigerons ensemble :

  • Un moratoire sur les expulsions locatives ;
  • La baisse et la régulation des loyers dans le parc privé, des charges et de l’énergie ;
  • Le gel des loyers HLM et un soutien financier de l’Etat aux bailleurs sociaux ;
  • La revalorisation des aides au logement (APL, AL) ;
  • La taxation de la spéculation immobilière et foncière, pour rendre le logement accessible
  • Des financements pour produire massivement des logements sociaux (PLUS, PLAI) et la mise aux normes de qualité environnementales et énergétiques, le maintien de la ressource du livret A et la suppression de toutes les mesures de défiscalisation dans l’immobilier
  • L’obligation d’accueil digne et adapté de toute personne sans logis jusqu’à son relogement
  • Le respect de la loi DALO et l’application immédiate de la loi de réquisition
    L’abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social (CUS, ventes, démolition, privatisation des bailleurs sociaux…) et de toutes celles qui précarisent les habitant-e-s (loi Boutin, loi LOPPSI2, loi de finances 2011 …)

Solidarité avec le peuple égyptien

Samedi 29 janvier à 14h, à proximité de l’ambassade d’Egypte, place de l’Uruguay : En Egypte, depuis plusieurs jours, des manifestations contre le régime autoritaire et arbitraire de Moubarak et pour la démocratie, qui s’inspirent du soulèvement du peuple tunisien, sont violemment réprimées. Au Caire et dans de nombreuses autres villes, cette répression a déjà fait au moins six morts, des centaines de blessés et des centaines d’arrestations.

Comme en Tunisie, ces manifestations du peuple et de la jeunesse mettent en cause la corruption d’un gouvernement qui fait régner le népotisme au détriment des aspirations de la population au bien-être et à la liberté.

La Ligue des droits de l’Homme soutient l’appel à manifestation lancé sur Facebook par un groupe d’Egyptiens à Paris, samedi 29 janvier à 14h, à proximité de l’ambassade d’Egypte, place de l’Uruguay (16e arrondissement, métro Kléber).

Manifestations du 6 novembre 2010 : pour la défense du droit à l’avortement, pour la défense des retraites

Samedi 6 novembre :

  • Mobilisation nationale et manifestation au départ de la Place d’Italie pour la défense du droit à l’avortement à l’initiative de l’ANCIC (Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception), de la CADAC (Coordination des associations pour le droit à la contraception et à l’avortement) et du Planning Familial.
  • Nouvelle journée de mobilisation et de manifestations pour la défense des retraites – Parcours : départ 14h30 de République vers Bastille puis Nation

Le rendez-vous des ligueurs et les ligueuses est proposé à 13h30 Place d’Italie (sur l’Esplanade de la mairie du 13ème) derrière la banderole de la fédération pour rejoindre le cortège syndical à Bastille.

« Mourir à Charonne, pourquoi ? »(2009), un film de Daniel Kupferstein

Vendredi 1er octobre à 20h30 – Ciné Léon – MJC Mercoeur – Centre d’animation Mercoeur – 4. rue Mercoeur – 75011  Paris

Le Centre d’animation Mercoeur et Ciné Léon organisent cette projection suivie d’un débat en présence du réalisateur.

Le 8 février 1962, au moment de la dispersion d’une manifestation contre des attentats de l’OAS, la police parisienne charge violemment les manifestants devant le métro Charonne. Il y aura 9 morts. Aujourd’hui, 48 ans après, comme pour la répression de la manifestation des Algériens, le 17 octobre 1961, la vérité sur ces massacres n’a jamais été reconnue.
Projection et débat en présence du réalisateur.

Et comme toujours pour clore la soirée l’auberge espagnole ouvrira ses portes.

Entrée libreLe Ciné Léon est organisé en partenariat avec la Bande à Léon

Appel à manifester pour un système de retraite juste

Mardi 7 septembre – 14h, Place de la République

L’annonce par le gouvernement de son projet de loi sur la réforme des retraites suscite émotions et inquiétudes. La Ligue des droits de l’Homme constate qu’une fois encore, les « réformes » annoncées n’ont été précédées d’aucune négociation et que la stratégie de battage médiatique est substituée au débat républicain afin de laisser à penser que tout serait, d’ores et déjà, joué.

La LDH appelle les citoyens à manifester massivement le 4 septembre aux cotés des organisations syndicales

Tous ensemble, faisons revivre les valeurs de la République !

AfficheSamedi 4 septembre, 14h – Appel à mobilisation – tous ensemble, faisons revivre les valeurs de la République ! A l’occasion du 140ème anniversaire de la proclamation de la République par Gambetta.

En réaction aux déclarations intolérables au regard des droits de l’Homme et dont certaines sont en violation de l’esprit et du texte de la Constitution de la République, la Ligue des droits de l’Homme a aussitôt pris l’initiative d’organiser la riposte, avec une cinquantaine d’associations, syndicats et partis politiques :
– une journée de mobilisation, dont Jean-Pierre Dubois, président de la LDH, appelle à faire: « un rassemblement sans précédent depuis longtemps,  un outil efficace pour faire basculer l’opinion publique face au cap vers l’extrême droite pris par le Président de la République pour la fin de son mandat, une mobilisation spectaculaire, coup d’envoi d’une riposte populaire aux régressions des droits ». Rendez-vous Place de la République à 14h.
– la mise en ligne d’une pétition: http://nonalapolitiquedupilori.org/