Articles tagués : démocratie

VOTEZ ! Informations sur le vote par procuration

Informations à télécharger ici.

25 avril-13 mai 2012 – Spectacle « coup de poing » à la Maison des Métallos

Du 25 avril au 13 mai, représentations de N.A.Z à la Maison des métallos spectacle « coup de poing » :

Cette pièce de théâtre politique (un débat est systématiquement intégré au spectacle, dans la foulée) s’inspire d’une immersion dans les réseaux extrémistes d’inspiration néo nazi qui prennent une ampleur grandissante dans le Nord Pas de Calais et qui fascinent notamment de plus en plus de lycéens.

A la maison des métallos, 94, rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11e

Tel 01 47 00 25 20    reservation@maisondesmetallos.org
NAZ
Compagnie Sens Ascensionnels
NAZ vous propose d’entrer pendant une heure spectaculaire, bruyante et imagée dans l’intimité d’un jeune Naz afin de comprendre de l’intérieur ce qui s’est passé, ce qu’on – la république, l’école, la famille – a raté. Ce projet trouve son origine dans un article de presse faisant état du développement inquiétant de mouvances extrémistes dans la région Nord-Pas-de-Calais dont le terreau est la précarisation et le manque de repères dans une société en crise.
Culture Commune, Scène nationale du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, et l’association Colères du présent commandent alors à Ricardo Montserrat un texte, qu’il écrira à partir des paroles de jeunes fréquentant ces mouvances. Ils sont parfois bons élèves, bons potes, sportifs, sympas même, mais ils se rasent le crâne, ou pas, et dégueulent des slogans haineux sur des musiques lourdes, dans des stades, ou ailleurs. Ils ont peur de l’avenir, n’ont pas de présent et rêvassent à un passé qu’ils idéalisent.
Chaque soir après le spectacle, un débat avec l’équipe artistique et ses invités propose de faire le tri, et, ensemble, d’imaginer comment chacun pourrait réparer, raconter, relier, relever, libérer ces enfants perdus.
texte Ricardo Montserrat
adaptation et mise en scène Christophe Moyer
avec Henri Botte
vidéo Jérémie Bernaert
régie Yann Hendrickx
coproduction Culture Commune – Scène nationale du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Colères du présent, Ville de Grenay (Espace culturel Ronny Coutteure), Ville de Carvin, L’Escapade d’Hénin-Beaumont
avec le concours de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des chances (ACSÉ) pour l’accompagnement du volet débat
diffusion Compagnie Sens Ascensionnels

Maison des Métallos

25 avril > 13 mai

du mercredi au vendredi > 20h
samedi > 19h
dimanche > 16h

durée 1h25 débat inclus
tarif spectacle

Invitation à débattre : DETTE….RIGUEUR….MAIS DE QUEL DROIT ?

Samedi 3 mars 2012, de 9.30 à 12.30 et de 14 à 18 heures, à la Bourse du Travail, Boulevard du Temple, à l’invitation de DROIT-SOLIDARITE (Association adhérente à l’Association Internationale des Juristes Démocrates) :

DETTE….RIGUEUR….MAIS DE QUEL DROIT ?

On parle toujours de la dette publique ou souveraine, de la rigueur qu’il faut consentir pour la payer, mais jamais des créanciers : Mais quelle dette payer à qui et pourquoi ?

La fonction de l’Etat est-elle de consacrer les ressources communes à satisfaire les besoins communs ou les intérêts de quelques-uns ?

La détermination des ressources publiques, de leur emploi, de leur gestion ne ramène-t-elle pas à la question du pouvoir de qui sur quoi et comment ?

Et donc, au vu des textes fondamentaux, à celle de l’illégalité de la dette et de la rigueur et de la légalité des solutions qui en découlent ?

L’heure est au mot d’ordre : « Débiteurs de tous les pays, unissez- vous ! »

Appel à soutien : SOS Tunisie : les libertés menacées !

La section Paris 10/11 soutient l’appel « SOS Tunisie : les libertés menacées ! » lancé ce 26 janvier suite à des évènements alarmants qui se sont déroulés en Tunisie ces derniers temps.

http://www.petitions24.net/sos_tunisie_les_libertes_menacees

Une centaine de Tunisiennes et Tunisiens à l’étranger, notamment en France, des universitaires, des chercheurs, acteurs de la société civile et citoyens ont lancé cet Appel pour défendre les libertés menacées dans le pays. Les signataires s’alarment « de la dégradation des libertés acquises par la Révolution tunisienne » et demandent notamment « aux autorités publiques de mettre tout en œuvre pour rechercher les auteurs (des) violences, de les traduire devant les tribunaux et d’assurer sans délai la sécurité des personnes menacées ».

Vous pouvez soutenir cet appel en signant la pétition « SOS Tunisie : les libertés menacées ! » http://www.petitions24.net/sos_tunisie_les_libertes_menacees

Projection débat du Film « Help ou visibilité ».

Mercredi 7 décembre à 20h – projection débat du Film « Help ou visibilité ».

Le 7 décembre à 20h, la mairie du 10e vous propose une projection débat du Film « Help ou visibilité ». Documentaire écrit et réalisé par Sarah Franco-Ferrer. Pour l’occasion, la réalisatrice et Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des Droits de l’Homme, mèneront le débat.

Extrait d’un article de Nicole Savy paru dans le numéro 155 du magazine Hommes &Libertés édité par la Ligue des Droits de l’Homme :

Sarah Franco-Ferrer a réalisé un film très ambitieux, une réflexion sur le monde, la civilisation, l’environnement, l’argent, les droits et les libertés, pour lesquels elle a réussi à obtenir la parole d’un ensemble ébouriffant d’intervenants. […] Elle les interviewe successivement, en contrepoint d’images très travaillées, selon un montage raffiné : des manifestations de rues – CRS et jeunes en capuchons, banderoles, syndicats et sans-papiers, lances à eau et violences, des fauves magnifiques enfermés dans un zoo et des courses de chevaux, bref, des images de la domination humaine, de la cruauté et de la résistance. […] Une grande place est donnée à la parole des sages, ceux qui détiennent le savoir et l’intelligence : à l’opposé des micros-trottoirs complaisants dont on nous abreuve, confondant la parole du peuple et le café du commerce »

Lancement de l’audit citoyen de la dette publique

Aujourd’hui 26 octobre, le Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique publie son appel constitutif. Il invite tous les citoyens à signer cet appel et à s’engager dans la démarche de l’audit citoyen pour que la dette publique fasse enfin l’objet d’un vrai débat démocratique, au plan local, national et européen. Le Collectif pour un audit citoyen est composé d’une vingtaine d’organisations syndicales et associatives, et soutenu par plusieurs formations politiques. Il tiendra une conférence de presse à Nice, le 2 novembre à 12h, lors de l’alter-forum qui précèdera et contestera le G20.

Pour signer l’appel : http://www.audit-citoyen.org/

Appel pour un audit citoyen de la dette publique
Écoles, hôpitaux, hébergement d’urgence… Retraites, chômage, culture, environnement… nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. Maintenant « il faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe. Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 20 ans ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été tout entière contractée dans l’intérêt général, ou bien peut-elle être considérée en partie comme illégitime ? Qui détient ses titres et profite de l’austérité ? Pourquoi les États sont-il obligés de s’endetter auprès des marchés financiers et des banques, alors que celles-ci peuvent emprunter directement et pour moins cher à la Banque centrale européenne ?

Nous refusons que ces questions soient évacuées ou traitées dans notre dos par les experts officiels sous influence des lobbies économiques et financiers. Nous voulons y répondre nous-mêmes dans le cadre d’un vaste débat démocratique qui décidera de notre avenir commun.

En fin de compte, ne sommes-nous plus que des jouets entre les mains des actionnaires, des spéculateurs et des créanciers, ou bien encore des citoyens, capables de délibérer ensemble de notre avenir ?

Nous nous mobilisons dans nos villes, nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail, en lançant un vaste audit citoyen de la dette publique. Nous créons au plan national et local des collectifs pour un audit citoyen, avec nos syndicats et associations, avec des experts indépendants, avec nos collègues, nos voisins et concitoyens. Nous allons prendre en main nos affaires, pour que revive la démocratie.

Premiers signataires :
Marie-Laurence Bertrand (CGT), Jean-Claude Chailley (Résistance sociale), Annick Coupé (Union syndicale Solidaires), Thomas Coutrot (Attac), Pascal Franchet (CADTM), Laurent Gathier (Union SNUI-Sud Trésor Solidaires), Bernadette Groison (FSU), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Jean-François Largillière (Sud BPCE), Philippe Légé (Économistes atterrés), Alain Marcu (Agir contre le Chômage !), Gus Massiah (Aitec), Franck Pupunat (Utopia), Michel Rousseau (Marches européennes), Maya Surduts (Collectif national pour les droits des femmes), Pierre Tartakowsky (Ligue des droits de l’Homme), Patricia Tejas (Fédération des Finances CGT), Bernard Teper (Réseau Education Populaire), Patrick Viveret (Collectif Richesse)

et Philippe Askénazy (économiste), Geneviève Azam (économiste), Étienne Balibar (philosophe), Frédéric Boccara (économiste), Alain Caillé (sociologue), François Chesnais (économiste), Benjamin Coriat (économiste), Cédric Durand (économiste), David Flacher (économiste), Susan George (écrivain), Jean-Marie Harribey (économiste), Michel Husson (économiste), Stéphane Hessel (écrivain), Esther Jeffers (économiste), Jean-Louis Laville (sociologue), Frédéric Lordon (économiste), Marc Mangenot (économiste), Dominique Méda (sociologue), Ariane Mnouchkine (artiste), André Orléan (économiste), Dominique Plihon (économiste), Christophe Ramaux (économiste), Denis Sieffert (journaliste), Henri Sterdyniak (économiste)…

Pour signer l’appel : http://www.audit-citoyen.org/

Yallah Film Festival

Mercredi 19 octobre à 19h30, à l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris :

Yallah Film Festival

Le Yallah Film Festival est un événement « non-profit » dédié à la créativité des jeunes réalisateurs témoins du « Printemps Arabe ». Des réalisateurs tunisiens, égyptiens, marocains, libanais, jordanien, etc., professionnels du cinéma ou simples amateurs nous ont fait parvenir de courtes vidéos.  27 ont été retenues pour la sélection officielle qui est déjà en ligne et sera présentée sur grand écran lors de la cérémonie de remise de prix.

Cette cérémonie aura lieu à l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris, le mercredi 19 octobre à 19h30 en présence des membres du jurycomposé de cinéastes, journalistes et personnalités du secteur culturel comme Merzak Allouache, Lubna Azabal, Darina Aljundi, Hicham Ayouch, Micha Khalil, Ramzi Malouki, Mohamed Metalsi, Menem Richa. Cet événement est gratuit et un simple email de confirmation permettra à chacun d’y assister. Il suffit d’envoyer son nom et prénom àinvit@yallahfilmfestival.com .

Internet, outil mondial de la contestation démocratique ?

Le 27 septembre 2011, à partir de 19h, au café « Le Haut Paris » (20e) :

Projection-débat « Internet, outil mondial de la contestation démocratique ? »

Documentaire « Monde arabe : l’onde de choc », de Sofia Amara, produit par Magnéto Presse.

Ce reportage nous plonge dans la réalité des révolutions arabes qui ont marqué l’actualité du début de l’année 2011 : en Egypte, mais aussi en Algérie, en Syrie et au Yémen, la jeunesse réclame plus de justice et de démocratie. Ses armes : la non-violence et les réseaux sociaux d’Internet…

suivie d’un échange avec :
Benjamin Ball, un indigné de la Bastille
et Jean Claude Vitran, responsable du groupe de travail « Libertés et technologies de l’information et de la communication » de la Ligue des droits de l’homme.

http://paris.reelledemocratie.fr/
http://www.ldh-france.org/

> 21h, concert : Alee, le p’tit beur breton

Passé du rap à la chanson, Alee est un poète du bitume qui raconte aussi bien les rêves de gamin et la découverte de l’autre que les injustices qui l’entourent. Entre phrasé hip hop et chanson, seul avec sa guitare, Alee promet des instants d’émotion mêlant humour, combats pacifiques et mélancolie teintée d’espoir.
www.myspace.com/aleeleptitbeurbreton

Café Le Haut Paris – 1 rue des Envierges – Paris 20e
en haut du parc de Belleville / métro Belleville ou Pyrénées

Entrée gratuite et possibilité de restauration sur place ! »

Réunion de la section Paris 10/11 lundi 26 septembre : la montée de l’extrême droite

Lundi 26 septembre 2011, à 19h30 : réunion de la section Paris 10/11, ouverte aux sympathisants. Thème : la montée de l’extrême droite en France et en Europe. L’extrême droite en France et en Europe : comment l’expliquer ? Que faire ?

Quelle est la nature spécifique des idées d’extrême droite actuelles ? Comment expliquer leur développement simultanément en France et dans de nombreux pays en Europe ? Quelles sont les particularités du phénomène en France ? Quels sont concrètement les dangers que la diffusion de ces idées et leur application font courir aux libertés ? Quel rôle pour les défenseurs des droits de l’Homme ?

Avec : Philippe Lamy, responsable du groupe de travail « Extrême droite » de la Ligue des droits de l’Homme, présentation suivie d’un débat.

Rassemblement « Liberté, égalité, fraternité… Retrouver la République »: le 14 juillet à 11h00, place de la Bastille

Pour le 222e anniversaire du 14 juillet, célébrons les valeurs de la République !

Rassemblement « Liberté, égalité, fraternité… Retrouver la République »

Tract à télécharger.

Depuis bientôt un an, les plus hautes autorités de l’Etat s’acharnent à dresser les citoyens les uns contre les autres. Nous avons manifesté le 4 septembre 2010, dans toute la France, contre ce dévoiement de la République. Aujourd’hui, chacun mesure la terrible responsabilité de ceux qui ont donné un label de respectabilité aux idées d’extrême droite, à la xénophobie, à la haine et au rejet de l’autre.

Parce que nous sommes attachés aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, nous refusons cette République défigurée. C’est pourquoi nous lançons un appel solennel au rassemblement de toutes et tous, à la mobilisation des consciences.

Le 14 juillet 2011 est le dernier avant l’échéance présidentielle de 2012. Sachons nous en saisir, nous rassembler pour fêter la République de la meilleure manière qui soit : en appelant nos concitoyennes et concitoyens à faire respecter ses valeurs, aujourd’hui et demain.

Le 14 juillet à Paris et dans d’autres villes de France, reprenons la Bastille !

Oligarchie ? Démocratie ? Rencontre avec Hervé Kempf, lundi 27 juin 2011

Lundi 27 juin, 19h30, à l’AGECA :

Oligarchie ? Démocratie ? À quelles conditions pourrons-nous respecter les droits de l’Homme et notre environnement ?

Rencontre avec Hervé Kempf, journaliste au Monde et auteur de « L’ oligarchie, ça suffit, vive la démocratie » (Seuil, 2011) lors de la réunion de section.

L’oligarchie est une forme de gouvernement imaginée par les Grecs. A côté de la dictature, pouvoir d’un seul, et de la démocratie, pouvoir du peuple pour le peuple, le système oligarchique est le pouvoir exercé par un petit nombre de gens qui décident de tout pour les autres, une forme de caste, en somme. Actuellement, tous les pays occidentaux sont touchés. La démocratie y est très dégradée et on peut se demander si on n’est pas déjà passé sous un régime oligarchique. L’oligarchie s’exprime par le contrôle du pouvoir financier. Les banques ont un pouvoir démesuré qui s’impose aux états. De plus, la crise écologique est la question politique majeure de notre temps. Pour maintenir leur pouvoir et leurs privilèges, les oligarchies poursuivent un modèle économique de surproduction qui a un impact néfaste sur l’environnement. Pour parler de cette crise écologique, il faut revenir à la démocratie avec une information plus ouverte sur tous les sujets et une réduction drastique des inégalités.

Hervé Kempf est journaliste au Monde. Il a publié chez Seuil trois essais autour du thème de l’écologie politique : « Comment les riches détruisent la planète », « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » et enfin, « L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie », dans lequel il analyse la crise de la démocratie au regard de la crise écologique et sociale.
« Si nous voulons répondre aux défis du XXIe siècle, il faut revenir en démocratie: cela suppose de reconnaître l’oligarchie pour ce qu’elle est, un régime qui vise à maintenir les privilèges des riches au mépris des urgences sociales et écologiques. »

Démocratie !

Vendredi 6 mai à 20h – Centre d’animation de la Place des fêtes

En Tunisie, en Égypte, en Libye, au Maroc, en Algérie, en Syrie, partout des foules ont bravé la peur et la répression au nom de la liberté et de la démocratie.

Liberté de presse et d’opinion, indépendance de la justice, appel pour des élections libres, condamnation des violences et des spoliations économiques, ces peuples, nos voisins de la rive Sud de la méditerranée, se battent depuis plus de 4 mois pour un monde plus libre, plus juste.

Nous vous invitons à rencontrer des hommes et des femmes

qui sont engagés dans ce formidable mouvement pour la Liberté.

Venez débattre avec la Ligue des droits de l’Homme

En présence de :

Abel Ben Youssef, Maître de conférences à l’Université Paris Sud

Sanhadja Akrouf, membre de l’association Appel

Tarek Ben Hiba, FTCR : Fédération Tunisienne pour une Citoyenneté des deux Rives

Tewfik Allel , syndicaliste – Manifeste des Liberté

Haytham Manna , médecin, porte parole de la Commission arabe des droits de l’Homme

Débat animé par Nesroulah Yous et Alain Esmery, Ligue des Droits de l’Homme

La République défigurée – Etat des droits de l’Homme en France Edition 2011

La République défigurée

La LDH publie aux éditions La Découverte l’édition 2011 de son Etat des droits de l’Homme en France sous le titre « La République défigurée ».
L’été 2010 a marqué un tournant dans le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Lien martelé entre immigration et insécurité, remise en cause des naturalisations de « Français d’origine étrangère », présomption de délinquance pour les jeunes nés en France de parents étrangers, etc. Cette avalanche salit l’image de la France et défigure la République. Il s’agit là d’une tentative, d’ailleurs ratée, de récupération de l’électorat d’extrême droite après l’échec des régionales de mars 2010, mais aussi d’une diversion face au rejet d’une politique ouvertement favorable aux plus hauts revenus en pleine crise sociale.

Ce qui est défiguré, c’est ce qui fait de la République bien plus qu’une simple étiquette constitutionnelle, c’est la République « laïque, démocratique et sociale » qu’institue l’article 1er de la Constitution. Celle qui permet le respect égal de tous les citoyens.

Ce qui défigure la République, c’est, de lois antiétrangers en chasse aux sans-papiers, la dérive vers une véritable xénophobie d’Etat. C’est l’ethnicisation croissante du politique, le président de la République lui-même se défaussant sur des groupes ethniques responsables de l’insécurité qu’il met en scène. C’est le démantèlement des droits sociaux qui accentue la précarité, la fragmentation sociale et l’accroissement des inégalités. C’est, enfin, l’exacerbation d’un système monarchique qui étouffe les débats politiques réellement contradictoires et mine la séparation des pouvoirs.

Si la LDH a signé avec cinquante organisations associatives et syndicales un « Pacte pour les droits et la citoyenneté », c’est qu’il est plus que temps d’interpeller les forces politiques, les élus et les candidats pour en finir avec ces politiques de la peur, de la discrimination et de la régression sociale. Pour reconstruire, par l’exercice actif de la citoyenneté, une République dont chacun puisse se sentir fier d’être le citoyen.

Commander « La République défigurée – Etat des droits de l’Homme en France Edition  2011 » (12 Euros)

Avec le peuple libyen, samedi 26 mars

Samedi 26 mars 2011, à 15h, Place de la République : Marche de solidarité avec le peuple libyen en lutte pour les libertés, l’Etat de droit et l’intégrité du pays.

Marche de république à Nation.

– Protection des populations civiles – quel qu’en soit le lieu –, ainsi que des résidents étrangers et des migrants
– Vigilance sur l’escalade de guerre, et sur tous les dévoiements possibles de la résolution 1573 votée par le Conseil de sécurité de l’ONU
– Vigilance sur la duplicité des gouvernements occidentaux et de la Ligue arabe
– Arrêt des livraisons d’armes au dictateur, et sanctions contre les Etats qui s’y livreraient
– Reconnaissance du Conseil national de transition intérimaire, seul représentant légitime du peuple libyen
– Justice exemplaire contre les crimes de Kadhafi
– Solidarité avec le peuple libyen en lutte pour les libertés et la démocratie
– Soutien aux révolutions et luttes des peuples du monde arabe

Premiers signataires
– Collectif libyen du 17 février, Collectif tunisien Sidi-Bouzid, Comité marocain de suivi du 20 février, Collectif d’Algérien(ne)s de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie
– ASDHOM, ATF, ATMF, ATTAC, CFDA, CRLDHT, Etoile nord-africaine, FTCR, LDH, Manifeste des libertés, MRAP, Sortir du colonialisme, Union syndicale Solidaires
– Europe Ecologie-les Verts, NPA, PCF, PG, PIR
– PCOT-France (Tunisie), PPDS-France (Syrie)

Solidarité avec le peuple égyptien

Samedi 29 janvier à 14h, à proximité de l’ambassade d’Egypte, place de l’Uruguay : En Egypte, depuis plusieurs jours, des manifestations contre le régime autoritaire et arbitraire de Moubarak et pour la démocratie, qui s’inspirent du soulèvement du peuple tunisien, sont violemment réprimées. Au Caire et dans de nombreuses autres villes, cette répression a déjà fait au moins six morts, des centaines de blessés et des centaines d’arrestations.

Comme en Tunisie, ces manifestations du peuple et de la jeunesse mettent en cause la corruption d’un gouvernement qui fait régner le népotisme au détriment des aspirations de la population au bien-être et à la liberté.

La Ligue des droits de l’Homme soutient l’appel à manifestation lancé sur Facebook par un groupe d’Egyptiens à Paris, samedi 29 janvier à 14h, à proximité de l’ambassade d’Egypte, place de l’Uruguay (16e arrondissement, métro Kléber).