Articles tagués : Actualité politique

AGORA-CAFE

A la suite des manifestations du 11 janvier, les sections de l’Est parisien de la Ligue des droits de l’Homme ont décidé de proposer aux citoyen(ne)s une série de rencontres-débat sur les questions qui divisent la société. Notre objectif : mettre en oeuvre des pistes d’action pour contribuer au mieux vivre ensemble.

Des journalistes et des créateurs seront présents. Venez échanger, débattre, participer !

Le premier se tient jeudi 19 mars 2015, de 19h à 20h30, au Café de la Marie – 61, rue de Bretagne – Paris 3ème (plan dans notre calendrier)

Lancement de l’audit citoyen de la dette publique

Aujourd’hui 26 octobre, le Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique publie son appel constitutif. Il invite tous les citoyens à signer cet appel et à s’engager dans la démarche de l’audit citoyen pour que la dette publique fasse enfin l’objet d’un vrai débat démocratique, au plan local, national et européen. Le Collectif pour un audit citoyen est composé d’une vingtaine d’organisations syndicales et associatives, et soutenu par plusieurs formations politiques. Il tiendra une conférence de presse à Nice, le 2 novembre à 12h, lors de l’alter-forum qui précèdera et contestera le G20.

Pour signer l’appel : http://www.audit-citoyen.org/

Appel pour un audit citoyen de la dette publique
Écoles, hôpitaux, hébergement d’urgence… Retraites, chômage, culture, environnement… nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. Maintenant « il faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe. Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 20 ans ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été tout entière contractée dans l’intérêt général, ou bien peut-elle être considérée en partie comme illégitime ? Qui détient ses titres et profite de l’austérité ? Pourquoi les États sont-il obligés de s’endetter auprès des marchés financiers et des banques, alors que celles-ci peuvent emprunter directement et pour moins cher à la Banque centrale européenne ?

Nous refusons que ces questions soient évacuées ou traitées dans notre dos par les experts officiels sous influence des lobbies économiques et financiers. Nous voulons y répondre nous-mêmes dans le cadre d’un vaste débat démocratique qui décidera de notre avenir commun.

En fin de compte, ne sommes-nous plus que des jouets entre les mains des actionnaires, des spéculateurs et des créanciers, ou bien encore des citoyens, capables de délibérer ensemble de notre avenir ?

Nous nous mobilisons dans nos villes, nos quartiers, nos villages, nos lieux de travail, en lançant un vaste audit citoyen de la dette publique. Nous créons au plan national et local des collectifs pour un audit citoyen, avec nos syndicats et associations, avec des experts indépendants, avec nos collègues, nos voisins et concitoyens. Nous allons prendre en main nos affaires, pour que revive la démocratie.

Premiers signataires :
Marie-Laurence Bertrand (CGT), Jean-Claude Chailley (Résistance sociale), Annick Coupé (Union syndicale Solidaires), Thomas Coutrot (Attac), Pascal Franchet (CADTM), Laurent Gathier (Union SNUI-Sud Trésor Solidaires), Bernadette Groison (FSU), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Jean-François Largillière (Sud BPCE), Philippe Légé (Économistes atterrés), Alain Marcu (Agir contre le Chômage !), Gus Massiah (Aitec), Franck Pupunat (Utopia), Michel Rousseau (Marches européennes), Maya Surduts (Collectif national pour les droits des femmes), Pierre Tartakowsky (Ligue des droits de l’Homme), Patricia Tejas (Fédération des Finances CGT), Bernard Teper (Réseau Education Populaire), Patrick Viveret (Collectif Richesse)

et Philippe Askénazy (économiste), Geneviève Azam (économiste), Étienne Balibar (philosophe), Frédéric Boccara (économiste), Alain Caillé (sociologue), François Chesnais (économiste), Benjamin Coriat (économiste), Cédric Durand (économiste), David Flacher (économiste), Susan George (écrivain), Jean-Marie Harribey (économiste), Michel Husson (économiste), Stéphane Hessel (écrivain), Esther Jeffers (économiste), Jean-Louis Laville (sociologue), Frédéric Lordon (économiste), Marc Mangenot (économiste), Dominique Méda (sociologue), Ariane Mnouchkine (artiste), André Orléan (économiste), Dominique Plihon (économiste), Christophe Ramaux (économiste), Denis Sieffert (journaliste), Henri Sterdyniak (économiste)…

Pour signer l’appel : http://www.audit-citoyen.org/

Internet, outil mondial de la contestation démocratique ?

Le 27 septembre 2011, à partir de 19h, au café « Le Haut Paris » (20e) :

Projection-débat « Internet, outil mondial de la contestation démocratique ? »

Documentaire « Monde arabe : l’onde de choc », de Sofia Amara, produit par Magnéto Presse.

Ce reportage nous plonge dans la réalité des révolutions arabes qui ont marqué l’actualité du début de l’année 2011 : en Egypte, mais aussi en Algérie, en Syrie et au Yémen, la jeunesse réclame plus de justice et de démocratie. Ses armes : la non-violence et les réseaux sociaux d’Internet…

suivie d’un échange avec :
Benjamin Ball, un indigné de la Bastille
et Jean Claude Vitran, responsable du groupe de travail « Libertés et technologies de l’information et de la communication » de la Ligue des droits de l’homme.

http://paris.reelledemocratie.fr/
http://www.ldh-france.org/

> 21h, concert : Alee, le p’tit beur breton

Passé du rap à la chanson, Alee est un poète du bitume qui raconte aussi bien les rêves de gamin et la découverte de l’autre que les injustices qui l’entourent. Entre phrasé hip hop et chanson, seul avec sa guitare, Alee promet des instants d’émotion mêlant humour, combats pacifiques et mélancolie teintée d’espoir.
www.myspace.com/aleeleptitbeurbreton

Café Le Haut Paris – 1 rue des Envierges – Paris 20e
en haut du parc de Belleville / métro Belleville ou Pyrénées

Entrée gratuite et possibilité de restauration sur place ! »

Réunion de la section Paris 10/11 lundi 26 septembre : la montée de l’extrême droite

Lundi 26 septembre 2011, à 19h30 : réunion de la section Paris 10/11, ouverte aux sympathisants. Thème : la montée de l’extrême droite en France et en Europe. L’extrême droite en France et en Europe : comment l’expliquer ? Que faire ?

Quelle est la nature spécifique des idées d’extrême droite actuelles ? Comment expliquer leur développement simultanément en France et dans de nombreux pays en Europe ? Quelles sont les particularités du phénomène en France ? Quels sont concrètement les dangers que la diffusion de ces idées et leur application font courir aux libertés ? Quel rôle pour les défenseurs des droits de l’Homme ?

Avec : Philippe Lamy, responsable du groupe de travail « Extrême droite » de la Ligue des droits de l’Homme, présentation suivie d’un débat.

9èmes VENDÉMIAIRES – le 25 juin dans le 11ème

SAMEDI 25 JUIN 2011, de 10h00 à 17h00Résistance Sociale et la Convergence Nationale sont heureuses de vous inviter aux

9èmes VENDÉMIAIRES

(Pour vous inscrire, cliquez ici)

École primaire Keller – 10, rue Keller, 11ème arr. Metro Ledru-Rollin ou Voltaire

Hier les privatisations des services publics, la baisse du pouvoir d’achat, le bouclier fiscal, l’attaque de nos retraites… aujourd’hui la privatisation de la Sécurité Sociale !

QUE FAIRE ?

Avec la participation comme chaque année de personnalités syndicales, politiques et associatives :

Anicet Le PorsGérard Filoche (BN du PS), Bernard Defaix (Convergence des SP), Evelyne Van der Hem(Commission Santé â€“ PCF), Charlotte Brun (SN Santé du PS), Nasser Mansouri (Conseiller confédéral CGT aux questions économiques), Jean Brafman (FASE), Alain Gély, (MRC, statisticien, économiste), Elisabeth Labaye(responsable des questions protection sociale à la FSU), Jean Vignes (Secrétaire fédéral â€“ SUD Santé-sociaux) et des représentants de la fédération CGT-Santé, du SNUI et de la Coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité …

1ère table ronde : résister à la destruction des mécanismes de solidarité :

► l’exemple de la privatisation de la sécurité sociale par la « réforme de la dépendance »

► le débat pour éviter les pièges et les confusions (nouveau risque, nouvelle branche, financement,…)

2ème table ronde : mieux répartir les richesses, augmenter le pouvoir d’achat.

► le pouvoir d’achat replacé au centre des préoccupations

► la dégradation du rapport capital / travail ; la revalorisation du travail

► le pouvoir d’achat indirect : les services publics.

Entrée libre. Pour ceux qui le souhaitent  un repas rapide sur place sera prévu pour  5 euros

Pour des raisons d’organisation, merci de nous avertir de votre participation en cliquant ici ou en téléphonant au 06 33 82 05 15.

Nos sites : www. resistancesociale.fr http://www.convergence-sp.org

Pour Retrouver le site de Résistance sociale Cliquez  ici

Pour retrouver le site de la convergence Nationale, Cliquez ici

Les migrants tunisiens occupent le gymnase rue de la Fontaine au Roi – Appel a soutien

Samedi 7 mai, des migrants tunisiens, contraints au nomadisme, ont investi le gymnase de la rue Fontaine-au-Roi.

Journal du samedi 7 mai 2011 :
16h35
Les sans papiers Tunisiens occupent un gymnase rue de la Fontaine au Roi et ils appellent a les rejoindre.
Gymnase de la Fontaine-au-Roi, 100 rue de la Fontaine-au-Roi, Paris 11e, Metro Couronnes ou Belleville.
Merci de prevenir par un sms tou-t-es celles/ceux susceptibles de venir et de faire venir du monde
Rassemblement a 18h sur place.
17h09
Il y a un attroupement devant le gymnase ou se tient un tournoi de tennis jusqu’a 18h30. Les frappeurs de baballe ont declare, dans leur grande mansuetude (!), que l’occupation ne leur posait pas de probleme et qu’ils laissaient la place des qu’ils avaient termine...
Une banderole est deployee avec un texte en arabe et en francais: "ni policiers, ni charite, un lieu pour s’organiser".
Quatre agents de la securite de la mairie de Paris sont sur les lieux.

17h31
La banderole est deployee.
Ce gymnase est situe dans un quartier populaire et de nombreux passants s’arretent et soutiennent les occupants.De nombreux soutiens sont devant le batiment.
Le responsable du gymnase a dit aux policiers que tout se passait bien. Ceux-ci ont repondu qu’ils avaient prevenu la mairie. Un de ses responsables est attendu bientot. Les occupants auront particulierement besoin de soutien a ce moment-la.


Réunions et manifestations parisiennes la semaine du 2 mai 2011

La semaine du 2 au 8 mai :

– Le lundi 2 mai à 19h45 : Réunion de la Fédération de Paris au 40, rue de Malte 75011 Paris.

Ordre du jour:

1° Une intervention de Gérard Aschieri (Président de l’Institut de recherche de la FSU et ancien secrétaire général de la FSU, membre de la LDH) sur « Les enjeux concrets de la défense des services publics. Perspectives pour les mois à venir ».

3° L’organisation de la semaine de votation citoyenne du 16 au 22 mai

4° Démocratie locale : échanges sur le fonctionnement des conseils de quartiers à travers les arrondissements.

5° Préparation du congrès

6° Divers : vie des sections…

Je vous rappelle que cette réunion est ouverte à toutes et tous les adhérents parisiens (même si seul(e)s les délégué(e)s des sections peuvent prendre part aux votes éventuels.

– Le mardi 3 mai à 18h30 : Débat sur la santé mentale à l’invitation des groupes de travail « Santé et bioéthique » « Abolition de la torture et de la peine de mort » et « Justice » avec Jean Vignes (Sud Santé), Jean-Pierre Martin(Union nationale de la psychiatrie), Claude Louzoun (Collectif –Mais c’est un Homme -) au siège de la LDH- 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

– le jeudi 5 mai à 19h00 : Réunion publique « Palestine : une résistance populaire non violente » à l’invitation de l’association France Palestine Solidarité Paris 14 et avec le soutien de la section Paris 14 de la LDH à la Mairie du 14ème – Salle des fêtes – 12, rue Durouchoux 75014 Paris (métro : Mouton Duvernet ou Denfert Rochereau).

Avec la révolution des peuples arabes pour la démocratie,  quelles conséquences les Palestiniens vont-ils en tirer pour leur propre lutte ?

L’État d’Israël pourra-t-il poursuivre la même politique à l’égard des Palestiniens ? Quel impact dans l’opinion mondiale pour le futur État palestinien ?

Ouverture par M. Pascal CHERKI Maire du 14ème arrondissement

Table-ronde animée par Mme Bassma KODMANI, Directrice de l’Initiative Arabe de Réforme

et avec la participation de M. Abdallah ABOU RAHMA Coordinateur du comité populaire de Bil’in contre le mur et les colonies, M. Saleh ABDELJAWAD Historien, Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Bir Zeit en Cisjordanie, M. Michael SFARD (sous réserve) Avocat israélien.

– le vendredi 6 mai à 20h00 : Réunion publique « Démocratie ! » à l’invitation des sections Paris 19 et Paris 20 avec Abdane Ben Youssef, Représentant du PDP (Parti démocrate progressiste tunisien) à Paris, Sanhadja Akrouf, Présidente de « Algérie plurielle », Tarek Ben Hiba, Président de la FTCR : Fédération Tunisienne pour une Citoyenneté des deux Rives, Tewfik Allel , Manifeste des Liberté, débat animé par Nesroulah Yous et Alain Esmery, Ligue des Droits de l’Homme au Centre d’animation de la Place des fêtes – 2/4, rue des Lilas 75019 Paris (métro : Place des fêtes, bus : 48, 60).

En Tunisie, en Égypte, en Libye, au Maroc, en Algérie, en Syrie, partout des foules ont bravé la peur et la répression au nom de la liberté et de la démocratie.

Liberté de presse et d’opinion, indépendance de la justice, appel pour des élections libres, condamnation des violences et des spoliations économiques, ces peuples, nos voisins de la rive Sud de la méditerranée, se battent depuis plus de 4 mois pour un monde plus libre, plus juste.

Nous vous invitons à rencontrer des hommes et des femmes qui sont engagés dans ce formidable mouvement pour la liberté.

– Le vendredi 6 mai à 18h00 : Réunion du groupe de travail « Environnement et développement durable » au siège de la LDH -138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

La réunion sera consacrée aux gaz de schistes, compte tenu de l’importance du sujet, de l’engagement de nombreux ligueurs sur ce sujet, et du cas d’école qu’il représentait compte tenu du manque de transparence et de débat démocratique qui ont entouré la modification du code minier et les trois autorisations de forages, enfin de la catastrophe de Fukushima, et les légitimes questionnements de la population française sur notre dépendance à l’énergie nucléaire.

La publication aujourd’hui du rapport d’étape demandé par les Ministères de l’Industrie et celui du Développement Durable montre que la mobilisation ne doit pas faiblir, à la lecture d’une phrase comme celle-ci : « D’un point de vue technique et économique, la probabilité que l’accès à ces gisements permette à notre pays, à un horizon temporel à préciser, de réduire très sensiblement ses importations d’hydrocarbures et de limiter d’autant le déficit de sa balance commerciale n’apparaît pas négligeable. »

Deux questions seront abordées non pas sur les aspects spécifiques et/ou techniques, mais sur ce que ces deux problèmes ont de commun.

– la réintégration de l’activité scientifique dans le jeu normal de la société (le politique), la transparence et le débat démocratique.

– le rôle des experts, le partage des savoirs, et l’émancipation progressive de la pensée unique qui veut que, sauf à vouloir « revenir à la bougie » et à « être des loosers », on ne saurait refuser les « évolutions scientifiques et technologiques inéluctables ».

Vous trouverez les éléments du rapport d’étape « gaz de schistes » :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Nathalie-KOSCIUSKO-MORIZET-et-Eric,

22415.html

– le vendredi 6 mai à 18h30 : Réunion du groupe de travail « Egalité femmes/hommes ; les droits des femmes » au siège de la LDH -138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

Nous parlerons de la réunion du groupe genre du Réseau Euro méditerranéen des droits de l’Homme, qui s’est tenue du 7 au 9 avril à Madrid. Nos amies tunisiennes et égyptiennes, très engagées dans le processus de construction démocratique, ont trouvé le temps de venir et nous avons lancé un texte d’appel au soutien aux droits des femmes dans les pays de la Méditerranée.

Françoise Brié de la FNSF (Fédération nationale Solidarité femmes), membre du réseau qui a participé à cette réunion, sera présente.

Merci de noter : Le groupe de travail se réunira pour un bilan et une discussion le samedi 11 juin à 18h30 au Congrès de la LDH à Reims, toutes les ligueuses et ligueurs intéressés sont bienvenus.

– Le vendredi 6 mai à 18h30 : Réunion du groupe de travail « Lutte contre la torture et abolition universelle de la peine de mort » au siège de la LDH -138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour :

. Etat des initiatives sur l’abolition de la peine de mort en France en 2011 ;

. Préparation de la réunion du groupe de travail du 11 juin 2011 pendant le congrès de Reims ;

. Bilan des réunions co organisées par le groupe de travail sur la réforme de la garde à vue (4 mars      voir article H&L n° 153 et l’enfermement psychiatrique (3 mai) ;

. Bilan des contacts pris avec les groupes de travail LDH « Chine », « Égalité hommes-femmes ; les

droits des femmes », « Santé et bioéthique », « Justice » ;

. Points divers.

– du samedi 7 au mercredi 11 mai : Séries d’événements « Mes données c’est personnel ! » consacrés à la protection des données personnelles organisés par la section Paris 10/11 de la LDH avec le soutien de la Mairie du 11ème, de l’AGECA et de la Maison des associations du 11ème.

Nous naviguons, achetons, communiquons sur Internet, nous bénéficions de “miles”, on nous propose de gérer nos données ou bien on nous l’impose… Derrière ces services, que deviennent nos données, recueillies avec ou sans notre consentement ? A quoi sont-elles utilisées ? Quelles garanties pour leur sécurité et notre liberté ? Que faire pour nous protéger ?Plus d’informations : www.mairie11.paris.fr et www.ldh-paris-10-11.com – le samedi 7 mai de 14h00 à 18h00 : « Mes données c’est personnel ! » Rencontres avec des spécialistes à l’initiative de la section Paris 10/11 à la Maison des associations du 11ème – 8, rue du Général Renault 75011 Paris (métro : St Ambroise, St Maur ou Voltaire).Des informaticiens, des juristes, des spécialistes de la consommation et d’internet, des représentants d’associations… répondent  à vos questions et animent des tables rondes : fichage commercial et bancaire, le paiement en ligne ; les réseaux sociaux ; la gestion des emails ; les fichiers de santé ; les fichiers scolaires ; la gestion des données par les associations.


Merci de noter :

– le lundi 9 mai de 18h30 à 20h30 : « Mes données c’est personnel ! » Séances de formation « Mes données, mes droits » à l’initiative de la section Paris 10/11 à l’AGECA – 177, rue de Charonne 75011 Paris (métro : Alexandre Dumas).Quels sont vos droits ? Comment les faire appliquer ? Régler les paramètres de confidentialité sur un réseau social.

Nombre de places limitées : inscriptions : paris10.11@ldh-france.org

– Le mardi 10 mai à 19h30 : « Mes données c’est personnel ! » Projection débat autour du film « total contrôle » de Etienne Labroue à l’initiative de la section Paris 10/11 et suivi d’un débat animé par Maryse Artiguelong, secrétaire générale adjointe de la LDH à l’AGECA – 177, rue de Charonne 75011 Paris (métro : Alexandre Dumas).

– Le mercredi 11 mai à 19h00 : « Mes données c’est personnel ! » Conférence débat à l’initiative de la section Paris 10/11 à la Mairie du 11ème arrondissement – salle des mariages – 12, place Léon Blum 75011 Paris (métro : Voltaire)

Achats en ligne, dossier médical, Internet… Nouvelles facilités ? Nouveaux espaces de liberté ? Aujourd’hui, on enregistre nos données. Quels risques pour demain ? Comment les éviter ? Avec : Isabelle Falque-Pierrotin, vice-présidente de la CNIL, Jean-Gabriel Ganascia, Professeur à l’université Pierre et Marie Curie, informaticien et philosophe, Jean-Marc Manach, journaliste à InternetActu.net et OWNI.fr, blogueur (BugBrother) pour LeMonde.fr, co-fondateur des Big Brother Awards, Jean-Claude Vitran, responsable du groupe de travail Libertés et Technologies de l’Information et de la Communication de la Ligue des droits de l’HommeModérateur : Noé le Blanc, journaliste spécialisé., – le mercredi 11 mai à 20h00 : Café citoyen « L’économie en question » à l’invitation de la section Paris 14/6 avec Philippe Askenazy, Directeur de recherche au CNRS, Professeur à l’Ecole d’économie de Paris, signataire du manifeste des économistes atterrés au café Daudet, 16 rue Alphonse Daudet 75014 Paris (Metro Alesia)Après la crise de 2008 « tout est redevenu comme avant, la crise est derrière nous » disent un certain nombre de spécialistes. Est-ce si évident ?

Venez débattre avec Philippe Askenazy qui analysera la situation actuelle à l’aune de 40 années de politiques qui nous ont conduit là où nous sommes. Il nous donnera également sa vision pour sortir de cette situation.

– Le samedi 14 mai de 9h00 à 17h00 : « Procès de l’enfermement des enfants étrangers » à l’Institut catholique – auditorium Paul Ricoeur – 21, rue d’Assas 75006 Paris (métro : Rennes).

Ce tribunal d’opinion est organisé par Assistance nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (ANAFE), Association pour la défense des mineurs isolés (ADMIE), la CIMADE, DEI – France (Défense des Enfants International), GISTI, Hors la rue, INFOMIE, Ligue des droits de l’Homme, RESF, SNPES PJJ (FSU), SNUIPP, Syndicat de la

Magistrature, avec le soutien de : l’Association d’accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France (APSR), l’Association pour la promotion de la citoyenneté et des jeunes (APCEJ), le CCFD-Terre Solidaire, l’Ecole de formation psycho-pédagogique (EFPP-Paris), le Secours Catholique, UNICEF France, le groupe des Verts du parlement européen.

La France respecte-t-elle ses engagements internationaux lorsqu’elle prive de liberté des enfants pour le seul fait de leur migration ?

En France, des enfants étrangers (de zéro à dix-huit ans) sont privés de liberté pour la

raison de migration « irrégulière » :

– dans les « zones d’attente » aux frontières lorsqu’ils débarquent « sans disposer des documents requis » qu’ils soient seuls ou accompagnés ou « le temps strictement nécessaire à l’examen du caractère manifestement infondé de leur demande d’asile » ;

– dans les « centres de rétention administrative » lorsqu’ils sont enfermés avec leur famille, voire seuls lorsqu’un examen radiologique prétend prouver qu’ils sont majeurs.

Et pourtant la convention européenne des droits de l’Homme et la convention internationale des droits de l’enfant imposent aux États parties de respecter le droit à la liberté de m’enfant et de ne pas lui infliger un traitement humiliant ou dégradant. La France respecte-elle les droits fondamentaux de l’enfant ? Accorde-t-elle aux enfants ainsi privés de liberté le droit de se défendre équitablement ? Ne privilégie-t-elle pas les règles de contrôle de l’immigration par rapport au devoir de protection ?

Le tribunal sera placé sous la présidence de Paulo Sérgio Pinheiro, ancien expert indépendant du secrétaire général de l’ONU pour l’étude sur la violence contre les enfants, membre de la commission interaméricaine des droits de l’Homme.

Les juges : Claire Brisset, ancienne défenseure des enfants, médiatrice à la Ville de Paris, Roland Kessous, avocat général honoraire à la cour de cassation.

Le procureur : Serge Portelli, vice-président au TGI de Paris et membre du Syndicat de la magistrature.

L’avocat de la défense : Claude Goasguen, avocat, député de Paris, maire du 16ème arrondissement de Paris (sous réserve).

Les avocats de parties civiles : Brigitte Jeannot, avocat à Nancy, Sylvain Laspalles avocat à Toulouse, Hélène Flautre, députée européenne.

Le tribunal entendra des témoins et des experts décrivant le vécu et la représentation que les enfants se font de l’enfermement.

L’entrée est gratuite, pour s’inscrire : tribunal.enfermement.enfants@gmail.com

– du lundi 16 au dimanche 22 mai : Semaine de votation citoyenne à travers toute la France et à Paris.

– Le jeudi 19 mai de 14h30 à 17h30 : Séminaire n°3 sur les minorités en Europe « La minorité musulmane en France » organisé par l’Association Islam et laïcité au siège de la LDH – 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt, bus : 60, 31, 80, 85).

Malgré les garanties juridiques auxquelles elles ont droit, les minorités sont de plus en plus mal traitées dans plusieurs Etats Européens, dont la France. L’Association Islam et Laïcité a mis sur pied trois séminaires destinés à faire le point sur leur situation et leurs droits.

Les personnes de culture musulmane, de nationalité française ou étrangère, sont environ cinq millions. Au-delà de l’aspect démographique, indéniable, peut-on parler de minorités dans un pays réticent à reconnaître la diversité culturelle en son sein ? Comment peut-on décrire la diversité interne, d’origine nationale, de pratiques différentes, de la dite communauté ? Comment peut-on faire apparaître sa légitimité à l’image de celle tous les groupes religieux ? Quelle réflexion les musulmans de France développent-ils devant cette situation inédite ? Quels en sont les aspects sociologiques et théologiques ?

Tarek Oubrou, théologien, président de l’Association des imams de France, dernier ouvrage paru « Profession Imam » (Editions Albin Michel)

Fouad Imarraine, membre du Collectif des musulmans de France (CMF)

– Le samedi 28 mai à 14h30 : Commémoration du 140ème anniversaire des combats de la Commune de Paris 1871.

RDV à l’entrée du Père Lachaise, rue des Rondeaux 75020 Paris (métro : Place Gambetta) pour se diriger en cortège jusqu’au mur des fédérés où il y aura des prises de paroles et des chansons.

Venez avec badges et vos drapeaux nous rejoindre derrière la banderole de la Fédération.

Le thème de cette année sera : Ils ont sauvé la république et fait vivre la démocratie « Réhabilitons les communards ».

– Le lundi 6 juin à 19h15 : réunion du groupe de travail « Contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme » au siège de la LDH- 138, rue Marcadet 75018 Paris (métro : Lamarck Caulaincourt bus : 60, 31, 80, 85).

Ordre du jour à suivre.

– Les samedi 11, dimanche 12 et lundi 13 juin : 86ème congrès de la LDH à Reims. Pour tous les renseignements pratiques reportez-vous au numéro 207 (supplément de LDH Info de février) et surtout pensez à vous inscrire !

Je vous rappelle que tout ligueur à jour de ses cotisations peut participer au congrès même si seuls les délégués titulaires (ou suppléants le cas échéant) que vous aurez élus dans vos sections peuvent participer aux votes.

Les délais pour les sections :

. avant le 5 mai : date limite de réception au siège des propositions de modifications de l’article 18-1 des statuts de la LDH présentée par le comité régional de Picardie.

. avant le 20 mai : réception au siège des noms des délégués des sections au congrès

. le 27 mai : dernier délai pour tenir la réunion de section portant sur le vote des candidatures au Comité central

. avant le 3 juin : réception au siège des propositions d’amendements aux projets de résolutions

. avant le 10 juin : dernier délai pour la réception au siège des votes individuels sur les candidatures au Comité Central

________________________________________________________________________________

Suivez l’actualité de la section sur facebook et sur twitter

FACEBOOK – Les événements de la section Paris 10/11 sont postés sur le groupe « Ligue des droits de l’Homme Paris 10/11« . Nous comptons sur vous pour faire circuler ces informations !

TWITTER – Suivez le fil LDHParis1011!

Les sciences sociales ont-elles un rôle à jouer dans « cette France-là »?

Mercredi 1er décembre 2010 , 17h 30 – 19 h 30, EHESS, 54 Bd Raspail, 6e, salle 524 (Mo Sèvres-Babylone): débat organisé par le Collectif de soutien aux sans papiers et aux migrant-es (LDH-EHESS).

Un débat autour de Cette France-là, volume 2 (Paris, 2010, diffusé par La Découverte)

avec des interventions de

Eric Fassin (sociologue, ENS et IRIS), Co-auteur de Cette France-là 2

Evelyne Perrin (politologue, Stop précarité), Auteure de Identité nationale, amer ministère: ce qu’en disent les jeunes Franciliens (Paris, L’Harmattan, 2009)

Antoine Decourcelle (collaborateur pour la région IDF à la CIMADE)

autour des enjeux  de la « Loi Besson » et des nouvelles mesures discriminatoires à l’égard des migrant-es

« La République ne tolèrera pas que la crise serve de prétexte au rejet, à la discrimination ou à la haine raciale. Le Gouvernement que je dirige condamne avec une entière fermeté toute démarche visant à faire des immigrés, légaux ou illégaux, les boucs émissaires de difficultés économiques dont ils sont si souvent les premières victimes. »

En réponse à l’envoi du premier volume de cette France-là, François Fillon se voulait rassurant dans un courrier reçu le 20 mars 2009. Le deuxième volume de ces annales de la politique d’immigration menée sous la présidence de Nicolas Sarkozy s’emploie à confronter l’engagement du premier ministre aux actes de son gouvernement. Or les résultats de l’enquête sont inquiétants. Car si le chef de l’État a d’abord tenté de faire face à la récession annoncée en promettant une moralisation du capitalisme financier et l’avènement d’une croissance « verte » qui n’oublierait pas l’emploi, son incapacité à tenir de telles promesses l’a bientôt convaincu de revenir sur ses terrains d’élection : la lutte contre l’immigration « subie » et le traitement des troubles identitaires censément éprouvés par les Français.

Deuxième ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, Éric Besson a sans doute soutenu que la maîtrise des flux migratoires et l’exaltation de l’identité nationale étaient les meilleurs remparts contre la xénophobie. Reste que son zèle a révélé l’absence de projet économique, social et écologique qu’il avait vocation à masquer. La défaite de la majorité présidentielle aux élections régionales annonce-t-elle un changement de cap ? À défaut d’alternative, elle risque plutôt de se traduire par une fuite en avant.

C’est à l’analyse de ce contexte qu’est consacré le deuxième volume de cette France-là. À nouveau, les auteurs de cet ouvrage collectif se fixent trois objectifs.

À travers une centaine de « récits » — portraits de sans-papiers d’un côté, de préfets de l’autre — il s’agit d’abord d’illustrer les effets produits par la politique française d’immigration tant sur les étrangers qui la subissent que sur les principaux responsables de sa mise en œuvre.

Ensuite, les « descriptions » qui composent la deuxième partie de l’ouvrage s’attachent d’une part à rendre compte du renforcement de la suspicion systématique qui entoure l’immigration familiale et les demandeurs d’asile, et d’autre part à rapporter le renouvellement des pratiques gouvernementales et de leurs justifications à la convergence croissante des politiques européennes en matière d’immigration.

Enfin, les « interrogations » sur lesquelles s’achève le deuxième volume de cette France-là portent d’abord sur les raisons qui ont amené les gouvernements européens à élever l’immigration au rang de problème prioritaire, et ensuite sur la manière dont ils sont parvenus à légitimer une politique dont le ressort est la constitution d’une minorité fragile en objet de préoccupation phobique.

Il convient aujourd’hui de prendre au sérieux la « culture du résultat » dont se réclame Nicolas Sarkozy, et de soumettre à l’évaluation la politique menée par le ministre qui était naguère chargé d’évaluer ses collègues du gouvernement. Avec son volume annuel, cette France-là entend poser la première pierre d’un audit de la politique d’immigration, impliquant des élus de la nation. Ce travail appelle en effet à s’interroger : le « problème », aujourd’hui, n’est-il pas, plutôt que l’immigration, la politique qui constitue celle-ci en problème ?

cette France-là, volume 2, 01/07/2008 – 30/06/2009, en librairie le 8 avril 2010.

432 pages, 18 euros. ISBN : 978-2-7071-6015-7. Tirage : 5000 exemplaires.

Édité par l’association Cette France-là, diffusion en librairies par La Découverte.

Ont réalisé cet ouvrage : Anne-Isabelle Barthélémy, Catherine Benoît, Vincent Berthe, Carolina Boe, Jérôme Boillat, Rémi Carayol, Julie Chansel, Emmanuelle Cosse, Grégory Curot, Estelle d’Halluin, Éric Fassin, Michel Feher, Christine Ferret, Valentin Hecker, Caroline Izambert, Sabrina Kassa, Gaëlle Krikorian, Pauline Langlois, Christophe Le Drean, Philippe Mangeot, Maja Neskovic, Michaël Neuman, Mathieu Potte-Bonneville, Marion Rousset, Isabelle Saint-Saëns, Manuela Salcedo, Antonin Sopena, Judith Soussan & Aurélie Windels.

Mobilisons-nous contre la loi Besson !

Novembre 2010 – Janvier 2011 : Le projet de loi Besson n’est pas encore adopté… manifestons pour obtenir son rejet par le Sénat !

En ces jours où le bruit des pas de millions de manifestants n’arrive pas jusqu’aux oreilles de nos parlementairesLa Cimade vous invite à participer à une manifestation virtuelle contre le projet de loi sur l’immigration, pour faire du bruit à travers le web !

Le projet de loi Besson a été adopté à l’Assemblée le 12 octobre dernier après des débats polémiques et précipités. Ce projet de loi, déjà effacé des mémoires médiatiques, réduit considérablement les droits des étrangers en France.

Mais il est encore temps d’agir ! Ce texte, aux relents xénophobes, doit encore être discuté au Sénat où, on l’espère, les élus sauront donner plus de dignité aux débats.

Pour faire part aux sénateurs de notre préoccupation et de notre vigilance, La Cimade organise donc une manifestation virtuelle de l’Assemblée nationale jusqu’au Sénat. De novembre à janvier, cette marche virtuelle empruntera le chemin des écoliers pour rencontrer ceux et celles qui verront leur vies bousculées par ce nouveau projet de loi : travailleurs sans papiers, étrangers malades, couples franco-étrangers, étrangers enfermés en centre de rétention, etc.

À chacune des six étapes, soit tous les quinze jours environ, vous serez invités à participer à une action pour sensibiliser vos voisins, vos collègues et bien sûr les sénateurs qui discuteront le texte.
En un clic, faites la différence !

> Cliquez-ici pour participer à la manifestation
Vous recevrez un email de confirmation avec toutes les informations nécessaires.

> En savoir plus sur le projet de loi Besson

> Parcours et dates de la manifestation virtuelle :

La liste des sénateurs indiqués par la Cimade et de Paris est :

fn.buffet@senat.fr, senateur.francoisnoel.buffet@wanadoo.fr, n.about@senat.fr, cab@montigny78.fr, p.adnot@senat.fr, d.assouline@senat.fr, a.boumediene-thiery@senat.fr,  jp.caffet@senat.fr, j.desessard@senat.fr, b.khiari@senat.fr, r.madec@senat.fr, n.borvo@senat.fr, ph.dominati@senat.fr, c.dumas@senat.fr, mt.hermange@senat.fr, r.romani@senat.fr, y.pozzodiborgo@senat.fr

Le droit d’asile en question

Vendredi 8 octobre 2010, 20h – Centre d’animation de la place des fêtes, Paris 19ème : Projection suivie d’un débat.

Après la circulaire du 5 août 2010 de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, qui a ordonné desmesures privatives de liberté à l’encontre de plusieurs milliers de personnes définies par leurorigine ou leur appartenance à la communauté des Roms, initiative justement condamnée par leParlement et l’exécutif européen, une nouvelle loi sur l’immigration – la 6ème depuis 2002 – sera endébat à l’Assemblée nationale fin septembre. Ce projet de loi marque un nouveau tournant dans lapolitique d’hostilité aux populations étrangères et attaque insidieusement le droit d’asile.En privant de liberté sans contrôle judiciaire, en créant des zones d’enfermement laissées au bonvouloir de l’administration, en repoussant l’intervention du juge des Libertés, le gouvernementinstaure de véritables régimes d’exception pour les étrangers et banalise leur enfermement.De multiples obstacles visent à réduire le droit d’asile en contradiction avec les textesinternationaux signés par la France. De nombreuses personnes persécutées en quête deprotection de notre pays verront leur demande examinée de manière expéditive.

20h : projection du film L’Asile de droit de Henry de Latour (2007 – 55 mn), suivie d’un débat avec
Michel Zumkir (coresponsable du groupe Etrangers / Immigrés de la LDH) et Fernanda Marrucchelli (FASTI – Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés)

Tous ensemble, faisons revivre les valeurs de la République !

AfficheSamedi 4 septembre, 14h – Appel à mobilisation – tous ensemble, faisons revivre les valeurs de la République ! A l’occasion du 140ème anniversaire de la proclamation de la République par Gambetta.

En réaction aux déclarations intolérables au regard des droits de l’Homme et dont certaines sont en violation de l’esprit et du texte de la Constitution de la République, la Ligue des droits de l’Homme a aussitôt pris l’initiative d’organiser la riposte, avec une cinquantaine d’associations, syndicats et partis politiques :
– une journée de mobilisation, dont Jean-Pierre Dubois, président de la LDH, appelle à faire: « un rassemblement sans précédent depuis longtemps,  un outil efficace pour faire basculer l’opinion publique face au cap vers l’extrême droite pris par le Président de la République pour la fin de son mandat, une mobilisation spectaculaire, coup d’envoi d’une riposte populaire aux régressions des droits ». Rendez-vous Place de la République à 14h.
– la mise en ligne d’une pétition: http://nonalapolitiquedupilori.org/