Articles tagués : élection

Longue réponse de Monsieur Louis Guédon à notre questionnaire

Réponse de Monsieur Louis Guédon

Monsieur le Président,

J’ai bien reçu le questionnaire que vous avez bien voulu me faire parvenir le 1er mai 2012 auquel je vais apporter les réponses adéquates.

En préambule tout d’abord il faut rappeler que nous voudrions donner à nos concitoyens le maximum de bien être et de qualité de vie, toutefois il faut rappeler également que la générosité désirée, se heurte aux limites économiques disponibles et à la notion de devoir qui équilibre la notion de droit dans la vie de chaque citoyen.

Concernant la santé : son financement a été établi par le Général De Gaulle selon l’axiome, les “Bien-Portants payent pour les malades“. À l’époque l’espérance de vie était de 50 ans, elle est à ce jour de 80 ans – tous les actifs cotisaient mais à ce jour 3.000.000 de chômeurs ne peuvent cotiser et les jeunes rentrent désormais à 25 ans dans la vie active – En 1945 ils rentraient à 14 ans et cotisaient déjà – L’équilibre financier est rompu alors que les soins sont beaucoup plus onéreux :nouvelles technologies, IRM, opérations, réanimations, plan cancer, etc … Il faut donc trouver l’équilibre le meilleur possible.

Concernant le logement : Il faut poursuivre l’augmentation de la construction de logements sociaux ( X 4 de puis 2002, 120 000 par an aujourd’hui) – Appliquer les lois SRU = 20% de logements sociaux dans tout programme – Le contrôle des loyers est en partie réalisé car ils sont indexés à l’indice des prix et non à celui de la construction – Attention à l’échec en 1948 de l’encadrement “à la surface corrigée“.

Concernant la Poste : Elle a conservé sa mission de service public mais elle connaît une grande chute de l’activité Courrier. Par contre la nouvelle Banque Postale est un succès.

Concernant les Services publics : Ils doivent être judicieusement répartis en fonction de la desserte du territoire et des limites des pertes financières acceptables.

Concernant la fiscalité : L’égalité devant l’impôt ne peut être atteinte car 52% des Français ne payent pas d’impôt sur le revenu- La France est le seul pays d’Europe assujetti à l’impôt sur la fortune. Toute fiscalité nécessaire ne doit pas tuer l’investissement. Dans ces conditions la progressivité est souhaitable.

Concernant le droit au travail : Il est impératif de l’atteindre. Mais nous ne pouvons créer des emplois indéfiniment, qui ne participent pas à l’Esprit d’Entreprise. Le plein emploi est le but à atteindre mais les emplois attendus se doivent à la croissance du pays et non aggraver les dettes de la France (1 800 milliards d’€)

Par contre il faut augmenter les bas salaires et calquer le temps de travail et l’âge de la retraite sur les modèles des pays voisins en particulier sur ceux qui maîtrisent leur endettement.

Concernant l’éducation : oui l’école doit être un facteur d’émancipation de qualité.

Concernant les institutions : Oui à l’interdiction du cumul des mandats (limité à deux à ce jour) leur renouvellement est de la décision du peuple qui est l’électeur., l’augmentation des pouvoirs du Parlement, la décision pluraliste des membres des autorités indépendantes sont des mesures adoptées lors de la dernière réforme de la Constitution.

Non au droit de vote des étrangers, car s’ils aiment la France ils peuvent demander notre nationalité et prendre part au vote en qualité de citoyen.

Concernant le droit syndical : Il est prioritaire mais les syndicats devraient s’épanouir e se rapprochant du statut de leurs homologues allemands ou anglo-saxons – et s’épanouir sans crainte de discrimination –au service des salariés dans le contexte de l’économie ambiante.

Concernant les médias : leur liberté et leur indépendance dans le traitement de l’information sont une situation actuellement acquise.

Concernant l’égalité et les discriminations : oui à l’égalité de tous devant les lois, ou l’obligation pour tous de les respecter

Oui à la lutte contre le racisme, le sexisme et aux discriminations.

Oui au développement de la loi sur le handicap (accessibilité, accès à l’emploi, scolarisation des jeunes, valorisation de l’Allocation.

Oui à l’Égalité de tous quel que soit le sexe à savoir égalité homme femme.

Oui à la maîtrise de l’immigration afin de répondre à l’intégration indispensable et s’opposer à la naissance du communautarisme.

Concernant les libertés, justice, police :

–                    nous devons assumer le devoir régalien de L’État, c’est à dire “la sécurité des biens et des personnes“

–                    En 2012 la délinquance des mineurs n’est pas comparable aux incivilités de 1945 qui avaient justifié l’ordonnance de prévention de1945

–                    Les peines de réparation que la société et les victimes sont en droit d’attendre de la justice quand elles sont victimes de délinquances graves doivent respecter le droit des victimes qui doit prévaloir le droit des criminels et les peines prévues par la loi doivent s’appliquer intégralement.

–                    La société veut être protégée

Concernant la mondialisation, l’Europe et les solidarités internationales :

Oui à l’interdiction des mécanismes spéculatifs les plus dangereux, à l’instauration des contrôles sur les mouvements de capitaux.

Oui à la séparation des banques de dépôt et d’investissement

Oui à l’accès des États au crédit de la banque centrale européenne et des banques centrales nationales

Concernant la dette publique :

Oui il est nécessaire que les services de l’État informent clairement la société sur la dette publique.

Pour la rendre publique, il est nécessaire de nommer une commission parlementaire avec mission de faire la lumière sur la dette publique

Oui il faut étendre le sujet aux collectivités locales dans un souci de transparence.
Oui il est primordial de lutter contre les paradis fiscaux, et la lutte contre la spéculation et l’évasion fiscale devra se construire au travers de mesures et de règlementations internationales s’appuyant sur une fiscalité spécifique aux capitaux placés à l’étranger.

Pour restaurer les capacités budgétaires des États s il faut tout d’abord maîtriser et rembourser la dette du pays endetté.

Concernant les ressources alimentaires et le pillage des ressources mondiales

Il est nécessaire de contrôler les intermédiaires qui se trouvent entre le producteur et le consommateur du tiers monde pour éviter les profits illicites(nous avons des offices développement.

Le pillage des pays sous développés est inadmissible mais il existe depuis des décennies. L’arrêt de cette situation est de la compétence de l’ONU car c’est une moralisation mondiale.

Concernant la sur consommation et la course à la croissance

Il nous appartient de développer les énergies renouvelables et la bio diversité en s’appuyant sur le Grenelle et les mesures de protection de l’environnement.

 

Je vous prie de croire en mes sentiments dévoués et les meilleurs.