Catégorie : - Communiqués de la section -

La section Nantes et pays nantais de la LdH dans la période électorale

Communiqué de la Ligue des droits de l’Homme - Section de Nantes et du pays nantais - le 21 janvier 2017

La Ligue des droits de l’Homme pose des interrogations sur la base de ses analyses ; elle revendique le droit d’en débattre et de nourrir le débat public.

L’année 2017 est une année charnière marquée notamment par l’élection présidentielle et les élections législatives.

C’est pourquoi la LdH est en action autour d’un texte national : Agir pour vivre libre, en démocratie et faire société.

La section de Nantes et du pays nantais de la LdH va dans les semaines qui viennent :

- aller au-devant des citoyennes et des citoyens avec la tenue de stands sur les marchés et en ville ; afin de rendre les espaces attractifs et provoquer la parole citoyenne, la section va y tenir des initiatives artistiques ;
- organiser une réunion-débat proposée à nos partenaires en mars sur le thème Rendre effectif l’accès pour toutes et tous à tous les droits, agir avec les gens.

La section de la LdH vous invite à une conférence de presse le mercredi 25 janvier - 11h30 pour :

- se présenter et présenter son action de chaque jour à Nantes et autour de Nantes ;
- exposer les initiatives qu’elle prend dans les semaines qui viennent ;
- faire connaître aussi l’ouvrage national Le monde qui vient qu’elle a réalisé avec plusieurs acteurs de terrain et chercheurs…

Conférence de Presse Mercredi 25 janvier - 11h30

Maison des associations de la Manufacture des tabacs, 10bis bd de Stalingrad - Nantes (tram 1 arrêt Manufacture)
Contact : 06 07 08 79 33

Un message de notre présidente au Préfet, au Président du Département de Loire Atlantique et à la Maire de Nantes

Message de notre présidente Barbara Durot au Préfet, au Président du Département de Loire Atlantique et à la Maire de Nantes


Bonjour,

Le grand froid arrive à Nantes.

Ce samedi, le collectif de soutien aux migrants, dont notre association est partie prenante, a partagé un repas avec les migrants sans logement. Nous avons fait à nouveau le constat qui nous  avait conduit à lancer un appel pour un hébergement digne pour tous : des migrant-e-s seul-e-s ou en famille, des  mineurs non accompagné-e-s, dorment encore à la rue.

Suite à ce constat, et devant l’arrivée d’une vague de froid exceptionnelle, nous vous demandons d’ouvrir d’urgence des lieux d’hébergement, d’organiser des maraudes pour qu’aucune personne (famille, enfants, mineurs isolé-e-s) ne dorme à la rue et de veiller à ce que toute personne qui appelle le 115 dans les jours à venir reçoive une solution d’hébergement de manière inconditionnelle.

Merci d’avance pour votre intervention

La Présidente
Barbara DUROT

L’Etat condamné pour un tir de Lanceur de Balle de Défense au cours d’une manifestation

Communiqué commun du Syndicat des Avocats de France - Nantes et de la LdH section Nantes et pays nantais
En novembre 2007, au cours d’une manifestation à Nantes, un jeune âgé de 16 ans a été très gravement blessé à l’œil par le tir d’un policier avec un Lanceur de Balle de Défense - LBD, encore appelé Flashball. Le Tribunal administratif de Nantes a condamné l’Etat pour cet acte - Ouest-France, Presse-Océan, 20 Minutes du 1er décembre. Il apparaît que pour le tribunal, les responsabilités sont partagées du fait que le jeune ne s’est pas désolidarisé de l’attroupement et aurait dû s’éloigner. Le fait que la participation à une manifestation pourrait constituer une faute nous interroge au regard du droit de manifester.
Le LBD a blessé de nombreuses personnes en France au cours d’opérations de maintien de l’ordre, notamment lors de manifestations. Manifester publiquement est une des nombreuses formes de la citoyenneté, de la démocratie et de son apprentissage. Elle ne doit pas conduire à une mise en danger. En son temps, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) avait recommandé “de ne pas utiliser cette arme lors de manifestations sur la voie publique [estimant] qu’elle présente un degré de dangerosité totalement disproportionné”. En effet, le LBD est une arme de tir utilisée dans les opérations de police, comme l’arrestation d’un malfaiteur, sans avoir à utiliser une arme létale. Initialement, cette arme n’avait donc pas vocation à être utilisée pour les opérations de maintien de l’ordre.
C’est pourquoi, nous demandons l’interdiction du LBD et du Flashball dans les manifestations de rue. Nous souhaitons que ce jugement y contribue.

Appel à la mobilisation citoyenne en vue du procès en appel des LuxLeaks, le 12 décembre

La section Nantes et pays nantais s’associe à cet appel à solidarité avec les lanceurs d’alerte

Nous appelons à la mobilisation la plus large possible des citoyennes et citoyens européens, des ONG, des personnalités publiques et politiques lors de l’ouverture du procès en appel des LuxLeaks, le 12 décembre prochain à Luxembourg.

Le procès en appel qui va s’ouvrir est le procès des lanceurs d’alerte, et de la justice fiscale, du droit à l’information et de la liberté de presse. La condamnation, en juin dernier, des lanceurs d’alerte Antoine Deltour et de Raphaël Halet n’est pas acceptable, ni le retour sur le banc des accusés du journaliste Edouard Perrin, suite à l’appel général du parquet luxembourgeois.

En Europe, les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour une fiscalité juste et équitable, pour que  grandes entreprises multinationales payent également leur juste part d’impôt et contribuent à subvenir aux besoins sociaux et investissements publiques.  L’hypocrisie actuelle doit cesser. Les gouvernants de l’Europe et des Etats européens  commencent timidement à tirer les leçons des révélations Luxleaks en faisant évoluer les cadres législatifs. Ce procès en appel, qui se tient les 12, 19 et 21 décembre à Luxembourg, doit être le symbole d’un changement d’ère aussi bien sur les questions fiscales, que sur le droit à l’information de l’opinion publique.

<br />

En lançant l’alerte et en diffusant l’information, les trois prévenus ont agi pour le bien commun. Nous appelons à leur relaxe et nous vous donnons rendez-vous le lundi 12 décembre à partir de 13h00 sur le parvis de la cité judiciaire de Luxembourg.

Comité de solidarité avec les inculpés du procès dit ‘LuxLeaks’ – Luxembourg

Cet appel est soutenu par la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires, ATTAC France, ActionAid Peuples Solidaires, CCFD-Terre Solidaire, UGICT-CGT Anticor, LDH, AEDH …

Pour plus d’information et éventuellement participer au rassemblement à Luxembourg http://solidarite-deltour-perrin.lu/?p=642

http://www.stopparadisfiscaux.fr/agir-et-avancees/article/proces-en-appel-luxleaks-tou-te-s

Égale dignité au regard de l’hébergement pour toutes et tous

Communiqué de presse de la Ligue des droits de l’Homme - Section de Nantes et du pays nantais et Section Saint-Nazaire

Le mardi 4 octobre en soirée, quatre coups de feu ont été tirés à St Brévin-l’Océan sur un centre de vacances qui a signé une convention avec l’Etat pour accueillir pendant quelques mois 60 réfugiés environ. La Ligue des droits de l’Homme dénonce cet acte extrêmement grave.

Des idées dangereuses pour notre avenir commun se déploient. Des discours veulent nous faire croire que la vie commune entre toutes les personnes et groupes divers ne serait plus possible. Des paroles de haine resurgissent.

Une ou des personnes en viennent à tirer sur un bâtiment d’accueil avec une arme à feu.

Nous refusons le rejet de l’autre. Les réfugiés, les migrants sont des hommes, des femmes et des enfants qui fuient leur pays pour vivre. Ils sont déplacés par les guerres, les famines ou les dérèglements climatiques. Tous les pays dont le nôtre doivent les accueillir. C’est le droit d’asile. Tous les êtres humains résidant sur notre territoire, français et étrangers, ont droit à une égale dignité au regard de l’hébergement. L’Etat doit en donner les moyens en concertation aves toutes les collectivités et personnes concernées.

Par delà, nous récusons le repli sur soi. Nous affirmons qu’aujourd’hui comme hier, il n’y pas d’autre solution que vouloir une société solidaire et ouverte sur le monde. Comme les autres peuples, le peuple français s’est enrichi de ses immigrations successives.

La Ligue des droits de l’Homme demande que le ou les auteurs de ces coups de feu soient recherchés et présentés à la justice.

La LDH invite les citoyennes, les citoyens, les résidents à agir pour vivre ensemble libres, égaux et solidaires.

Notre chronique mensuelle sur Jet FM - Septembre 2016

Notre chronique mensuelle sur Jet FM - 91,2 MHz ce jeudi 22 septembre était intitulée “Prolongation état d’urgence, libertés, démocratie”.

Comme promis voici le lien Ecoutez / téléchargez ici l’émission (MP3 - 143.1 Mo Début de notre intervention 18min 55 fin 40min28 de la durée de l’enregistrement)

Les fausses rumeurs du FN sur l’Aïd el-Kebir

Communiqué de presse de la Section St Nazaire de la LDH

Nous relayons ici le communiqué de presse de la section ST Nazaire de la Ligue des droits de l’Homme qui dénonce la pratique de la diffusion de fausses rumeurs par le FN pour stigmatiser la communauté musulmane.

<br />

Non à la censure de l’Histoire !

Communiqué de la section de Nantes et du pays nantais - le 7 juillet 2016

Pour faire suite à l’interdiction par le Secrétariat d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire de la Chanson de Craonne lors d’une commémoration de la Grande Guerre en Picardie , nous reproduisons le communiqué de la section LDH Picardie et nous associons à sa demande d’excuses.

<br />

Contre le rejet de l’autre, pour l’égalité des droits

Communiqué de la Section Nantes et pays nantais de la LDH, le 31 mai 2016

Fin avril, la nouvelle majorité du Conseil régional supprimait la subvention au Centre LGBT (lesbien, gay, bi et transidentitaire) de Nantes et au cinéma Katorza qui organisent le festival annuel Cinépride.

Dans la nuit de dimanche à  lundi, alors que le festival débute ce mardi soir, le local du Centre LGBT a, une nouvelle fois, été dégradé. L’acte paraît dépasser une imbécillité et marquer l’intention de prendre à partie le Centre : la porte en verre a été détruite et une autre vitre derrière endommagée.

Agresser le local du Centre LGBT au motif qu’il est leur local, c’est à travers celui-ci s’en prendre aux personnes en raison de leur orientation ou identité sexuelle. Cela s’appelle de l’homophobie. C’est intolérable.

La section de Nantes et du pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme dénonce cet acte, exprime sa solidarité avec le Centre LGBT et attend que le ou les auteurs s’expliquent devant la justice.

La LDH appelle les citoyennes et les citoyens à agir face au rejet de l’autre, pour l’égalité des droits.

Forum de l’Accès au Droit pour Tous

<br />

<br />