Catégorie : - Communiqués des collectifs -

71ème rassemblement silencieux “Vigilance NPNS 44″ aura lieu le samedi 20 janvier de 15h à 16h

Communiqué du collectif Ni Pauvres Ni Soumis (NPNS) - le 18 janvier 2018

<p></p>

Le 71ème rassemblement silencieux “Vigilance NPNS 44″ aura lieu le samedi 20 janvier de 15h à 16h à l’angle du cours des 50 otages et de la rue de la Barillerie comme chaque 3ème samedi du mois. Merci à ceux qui peuvent y venir et y participer.

Cette vigilance a toujours un fort impact pour montrer que nous ne lâchons pas, pour faire entendre une nouvelle fois nos revendications sur l’accès à l’emploi pour tous et sur le revenu d’existence pour toutes les personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler du fait du handicap ou de la maladie

Rassemblement pour la création de lieux d’hébergement pour TOU-TE-S Samedi 20 janvier 2018 à 14h30 Place Royale

Communiqué d’un groupe d’associations et de collectifs (voir page 2 de l’appel à rassemblement- le 10janvier 2018

<p></p>

Liste des associations et collectifs signataires - Cette liste continue de s’allonger : AC, ACO, Action Froid, AFPS44, Afrique Loire, ANADE, Apprentis d’Auteuil, ASAMLA, ATD Quart Monde, ATTAC Babel, Brin de Causette, CEMEA, CCFD Terre Solidaire, CNL44, CSF, DAL, De l’Ombre à la Lumière (Mort de la rue44), Du Monde dans la cuisine, Ecoute de la rue, Emmaüs44 Nantes, FAL 44, FAS44, GASPROM, GREF, Habitat et Humanisme44, la fabrique des gestes, la maison de Rezé, La sagesse de l’Image, LDH, Le Carillon, Le Goût des Autres, Le Logis Saint Jean, Les Eaux Vives, Les Œuvres Sociales de la Fraternité de Nantes, Le planning familial, Le Relais Atlantique, Médecins Du Monde, MRAP, Osez le féminisme 44,RESF, SOS Familles Nantes, Romeurope, Romsi, Une Famille Un toit 44, Comité  vigilance Solidarité du diocèse de Nantes, CFDA 44 (ACAT, Accueil d’abord, Amnesty International, CIMADE, Diaconat Protestant, Pastorale des Migrants, Secours Catholique, Welcome), Collectif soutien migrants Nantes, Collectif urgence jeunes Migrants 44, Collectif des hébergeurs solidaires, L’Intersyndicale 44 (UD CGT-CFDT-FSU-UNSA - SOLIDAIRES 44), UD CGT Logement

Prochain Cercle de Silence en soutien à la dignité des migrants

Communiqué des cercles de silence nantais - le 21/12/17

<br />
<br />

« D’ici la fin de l’année, je ne veux plus personne dans les rues »

Lettre ouverte du Collectif pour la création de lieux d’accueil pour toutes et tous le 20/12/17

<br />
<br />

70ème rassemblement silencieux “Vigilance NPNS 44″ - Samedi 16/12/17

Communiqué du collectif Ni Pauvres Ni Soumis - le 13/12/2017

<br />

Le 70ème rassemblement silencieux “Vigilance NPNS 44″ aura lieu le samedi 16 décembre de 15h à 16h à l’angle du Cours des 50 otages et de la rue de la Barillerie.

Solidarité avec le mouvement en cours à la Faculté de Nantes ; un toit pour les jeunes Mineurs Isolés Étrangers à la rue

Communiqué du Collectif pour la création de centres et maisons d’accueil pour tous, le 5 décembre 2017

Le Collectif pour la création de centres et maisons d’accueil pour tous exprime sa solidarité avec le mouvement en cours à la Faculté de Nantes qui permet de fournir un toit à des jeunes Mineurs Isolés Étrangers à la rue.

Le Collectif qui rassemble différentes associations agissant pour le respect des droits et la dignité des personnes, demande aux pouvoirs publics d’arrêter de se renvoyer en permanence les responsabilités. Le collectif demande à l’État, au Conseil départemental, aux communes de l’agglomération de prendre des mesures d’urgences pour que plus personne ne soit contraint de dormir à la rue.

Il demande :

- la création de places d’hébergement permettant à tous les Mineurs Isolés Étrangers d’avoir un abri dans des conditions dignes, les Mineurs Isolés Étrangers doivent avoir les droits de tous les enfants ;

- plus largement la création de places d’accueil et d’hébergement inconditionnels qui permettent à toutes les personnes vivant dans la rue sur notre territoire d’avoir un toit.

Le Collectif interpelle les pouvoirs publics pour qu’aucune personne ne soit expulsée d’un lieu sans être relogée, comme la loi le prévoit, et demande depuis plusieurs mois la mise en place d’une table ronde sur la question du logement et de l’hébergement.

Le collectif pour la création de centres et maisons d’accueil pour tous est composé des associations et collectifs suivantes ;
UD AC (Agir contre le chômage et la précarité), ANADE (alphabétisation des étrangers), DAL (droit au logement), CSF (confédération syndicale des familles), CIMADE (aide juridique et solidarité), EMMAUS 44 (accueil de vie, de travail et de solidarité), GASPROM (aide juridique et solidarité), GREF (alphabétisation des étrangers), LDH (aide juridique et défense des droits), LE LOGIS SAINT JEAN (accueil, rencontres et repas), MEDECINS DU MONDE (asso. médicale militante de solidarité), MRAP (aide juridique et solidarité), RESF (accompagnement famille et scolarisation des jeunes MIE), Collectif soutien migrants Nantes (aux habitants des squats adultes), Collectif Jeunes mineurs (aux habitants des squats mineurs), UD Solidaire 44

Pour le respect du droit de manifester

Communiqué de Observatoire nantais des libertés, le 22 novembre 2017

Ce jeudi 16 novembre à Nantes, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF organisaient une manifestation.

Le parcours de la manifestation avait été annoncé - Ouest-France du 15 novembre : Commerce, cours des 50-Otages, tour Bretagne, rue Jeanne d’Arc, préfecture, cours St André et St Pierre, miroir d’eau. Une fois la banderole intersyndicale de tête engagée sur la montée du tram 3 pour rejoindre la tour Bretagne, la police a tiré des grenades lacrymogènes pour interdire ce passage ce qui a conduit les porteurs de la banderole de tête à reprendre le cours des 50-Otages pour rejoindre la Préfecture sans passer donc par la tour Bretagne et la rue Jeanne d’Arc. Il semble que la police n’ait pas pris contact avec les organisateurs après l’annonce du parcours et avant ou au moment de la manifestation pour dire que le parcours annoncé n’était pas autorisé. Il n’est pas acceptable que Préfecture et police modifient le parcours annoncé d’une manifestation avec des grenades lacrymogènes plutôt que par la concertation.

La banderole de tête s’étant arrêtée au miroir d’eau, des personnes ont continué à manifester en empruntant le cours F. Roosevelt vers Commerce. La police a décidé d’arrêter ces manifestants sensiblement à hauteur de la rue de la Paix. Après que des personnes se sont placées de manière statique devant la police, celle-ci a envoyé des grenades lacrymogènes et semble t-il des grenades de désencerclement. Cinq personnes ont été blessées dont une au pied, une à la taille, une au cou, une dans le dos en étant touchées par ces grenades.

L’Observatoire nantais des libertés considère que dans ces deux situations, la police n’a pas accompli sa mission de manière proportionnée et adaptée. La Préfecture a une double mission de maintien de l’ordre public : protéger les personnes - y compris les manifestants - et les biens et faire respecter les libertés dont le droit de manifester. Les personnes qui veulent manifester doivent pouvoir le faire librement et en sécurité. L’action des forces de l’ordre ne doit pas avoir pour effet de dissuader les citoyen-nes qui veulent s’exprimer pacifiquement dans la rue, de participer aux manifestations.

L’Observatoire nantais des libertés avec les associations Amnesty International, Association Républicaine des Anciens Combattants, Attac, Droit au logement, France Palestine Solidarité, Ligue de l’Enseignement-Fédération des Amicales Laïques, Ligue des droits de l’Homme, Maison des Citoyens du Monde, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Mouvement National de Lutte pour l’Environnement, Syndicat de la Médecine Générale, Syndicat des Avocats de France, Tissé Métisse.

observatoirelibertesnantes@rezocitoyen.net

Les CHSCT victimes de la réforme du code du travail

Communiqué du Collectif nantais pour le droit à la santé et à la protection sociale pour toutes et tous

Les CHSCT feraient perdre du temps et entraveraient la productivité ! Pourtant l’intensification du travail, la précarité, les difficultés ressenties par les travailleurs auraient dû imposer le renforcement des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail.

La réforme du code du travail veut obliger les entreprises entre 50 et 300 salariés à supprimer les CHSCT et à les intégrer dans un « comité social et économique ». Seules les entreprises de plus de 300 salariés disposeront d’une commission « santé, sécurité et conditions de travail » aux attributions mal définies. D’autre part, l’employeur aura dorénavant la possibilité de contester devant le tribunal administratif les décisions de l’inspecteur du travail. Le collectif dénonce fermement cette mesure de régression sociale.

Comment des études indépendantes sur les risques professionnels seront-elles menées par ce nouveau « comité social et économique » ? Les salariés victimes de l’amiante, de toxiques, de troubles musculo-squelettiques, les 500000 salariés souffrant de troubles psychiques liés au travail … auront encore moins de recours pour se défendre. Pour le collectif, la promotion de la santé au travail ainsi que la sécurité des salariés doivent rester des objectifs prioritaires. Le collectif revendique de créer des CHSCT dans toutes les entreprises y compris à celles de moins de 50 salariés et d’étendre leurs compétences aux risques pour la santé publique et l’environnement engendrés par l’activité de certaines entreprises.
­­­­­­­­

Nantes, le 15/11/2017

UNION DÉPARTEMENTALE 44 CGT - SUD SANTÉ-SOCIAUX 44- FSU 44 - SYNDICAT DE LA MÉDECINE GÉNÉRALE- FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES RETRAITÉS DE LA FONCTION PUBLIQUE- LDH Nantes et pays nantais - Agir ensemble contre le chômage AC44 - NI PAUVRE NI SOUMIS 44 - CONFÉDÉRATION SYNDICALE DES FAMILLES 44 - PLANNING FAMILIAL 44 - ENSEMBLE 44! - SAINT HERBLAIN À GAUCHE TOUTE

contact : collectifsantepaysnantais@gmail.com

Soutien à la famille ARABI - Appel à rassemblement mardi 17/10/17 à partir de 15h

Communiqué du collectif enfants étrangers citoyens solidaires (RESF 44)

Appel à rassemblement mardi 17 octobre à partir de 15h
Une famille demandeuse d’asile, avec 5 enfants (entre 9mois et 9ans), est sans hébergement depuis son arrivée à Nantes le 31 août dernier, malgré des signalements auprès de la DDCS, la Préfecture…
Nous avons décidé de les rendre visibles, et nous vous demandons de venir nombreux demain mardi, à partir de 15h, devant la Préfecture, où la famille et ses soutiens seront rassemblés, pour obtenir de la Préfecture la proposition immédiate d’un CADA (hébergement pour demandeur d’asile), comme la loi l’y oblige.
La pétition ci-dessous vous sera soumise pour signature lors du rassemblement ou en ligne.

<br />

8 Heures pour la Palestine - Samedi 21/10/17 - 15h-22h Salle Festive Nantes Nord

Communiqué de la Plateforme 44 des ONG pour la Palestibe

<br />