Catégorie : - Annonce événements publics -

Migra’son, un week-end d’échange et de fête dédié aux migrant-e-s

Communiqué du Collectif MEI et de l’association Les Maillés, organisateurs du Festival

<br />

Dans un contexte d’arrivée importante de migrants dans la ville de Nantes, nous proposons un évènement festif et convivial afin de mettre en relation les associations locales et le public sensibilisé mais ne sachant pas comment s’orienter pour apporter du soutien en faveur des migrant-e-s.

On estime à une cinquantaine le nombre de mineurs se retrouvant isolés sur le territoire de Nantes métropole. Ces mineurs étrangers isolés (MEI) sont sans représentant légal dans notre pays. En tant que tels, la loi française prévoit leur droit à être pris en charge pour l’hébergement, l’alimentation ainsi que l’accès à l’éducation et à la santé. Cet accompagnement est de la responsabilité du Conseil Départemental via l’aide sociale à l’enfance (ASE) qui doit assurer notamment l’hébergement en foyer ou, à défaut, à l’hôtel. Or, devant le manque de moyens prévus pour les accueillir, ces jeunes se retrouvent à la rue, sans revenus donc sans moyen de se nourrir correctement, de se vêtir, de se soigner, de prendre les transports.

Pour faire face à cette situation et ainsi tenter de leur venir en aide, le Collectif MEI a vu le jour à l’été 2015. Il s’est donné plusieurs missions : ouverture de squats pour l’hébergement, dons de nourriture, et de vêtements, mais aussi cours de français, aide administrative…).

Afin d’assurer une fourniture alimentaire régulière pendant 12 mois à la trentaine de jeunes hébergé-e-s dans les squats sur Nantes, un contrat va être signé avec la Banque alimentaire. C’est donc dans le but de le financer que nous avons décidé d’organiser Migra’son, un week-end de fête qui sera aussi l’occasion d’échanges et de rencontres.

Migra’Son a ainsi pour objectifs de faire connaitre à un large public les associations nantaises qui travaillent avec les migrant-e-s, et de le sensibiliser à la situation des migrants en général et à celle des mineurs isolés en particulier.

Ce festival est organisé conjointement par le Collectif MEI et l’association Les Maillés, avec le soutien des associations travaillant avec les migrant-e-s : Gasprom, Ligues des Droits de l’Homme, Droit Au Logement, GREF, Amnesty International, Nantes en résistances, Médecins du Monde, Solingua, UCIJ, MRAP, La Cimade…

Samedi 19 Mars 2016
14h00 : Ouverture du festival, présentation des associations présentes et Co-créations de jeunes d’ailleurs et d’ici (par Kulture et vous)
14h30 : En aparté (Quator classique)
15h30 : Sentimensonges (Conte musical)
16h30 : Vocal Les Mouettes (Fanfare)
17h30 : Les Moussaillons (Théâtre d’improvisation)
19h : Wassa Sainte Nébuleuse (Musique cosmopolite)
20h : Co-créations de jeunes d’ailleurs et d’ici (par Kulture et vous)
20h30 : Charly Blues (Blues festif)
22h : Just playing (Tropical funk)
23h30 : Soul 7 Ven (Deep house – Electro house – Minimal)
Dimanche 20 mars 2016
10 h : Accueil du public – café de Bienvenue
11h : Projections de films et documentaires
13h : Agora, débat et discussion libre sur le thème des migrations suite aux projections
15h30 : Contes, spectacle pour petits et grands
16h30 : Les Voix de garage (Chorale)
17h30 : Co-créations de jeunes d’ailleurs et d’ici (par Kulture et vous)
19h : Faya T (Reggae Ragga Dub hip hop)
20h : L’étrange Mirroir (Concert-lecture poétique)
21h : Co-créations de jeunes d’ailleurs et d’ici (par Kulture et vous)
22h : Guiz & le Bal’Kan Boxon (Balkan – Swing – Cumbia – Gyspsy Punk – Klezmer – Ska)

Tous les artistes (musicien-ne-s, comédien-ne-s, danseur-euses, conteur-euses) ainsi que les technicien(ne)s participent de façon bénévole. Tous les fonds récoltés seront reversés pour le financement de la nourriture des jeunes hébergés.

Contact et informations : www.festival-migrason.com
<br />
Pourquoi un évènement festif ?
Face à l’arrivée en France et en Europe d’un nombre important de migrant-e-s, il nous semble nécessaire de rendre visibles ces personnes ainsi que les situations complexes dans lesquelles elles se trouvent une fois sur notre territoire.
En effet, l’accès aux moyens de subsistance, mais aussi aux droits et à l’information relèvent du parcours du combattant, parcours que de nombreuses associations tentent de rendre moins chaotique. De même, les migrants et celles et ceux qui les soutiennent sont confrontés au renforcement des crispations, discours et actions xénophobes, que ce soit dans le monde politique que dans la société dite « civile ». D’autre part, la réponse des autorités face à ces hommes et ces femmes se traduit par un renforcement des lois et des moyens policiers (caméras de surveillance, frontières ultra-sécurisées, détecteurs de mouvements, de chaleur, camps grillagés à accès biométrique sans sanitaires à Calais…).
Par ailleurs, les migrations nous amènent à réfléchir sur leurs causes et les défis qu’elles posent à nos sociétés dans un contexte de crise économique, politique et environnementale. Des millions de personnes sont aujourd’hui sur les routes de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie, chassés de chez elles car, soit à cause de la raréfaction de leurs ressources agricoles, soit à cause de conflits armés, soit à cause des problèmes économiques, sociaux et politiques, mais souvent à cause de tous ces facteurs combinés, il leur est impossible de continuer à vivre chez eux.
Dans ce contexte, Comment construire une société ouverte, accueillante, à la fois curieuse et respectueuse de l’autre et de ses différences ? Comment permettre la rencontre et le dialogue entre êtres humains qui doivent, malgré ces différences préserver et partager les ressources de la planète?

Si nous voulons changer quelque chose à ces discours qui se radicalisent, nous pensons que c’est en rétablissant les liens fragiles entre les personnes, mais aussi en mettant l’accent sur les actions et les énergies positives développées par les groupes et les individus que nous y parviendrons.

Comprendre les dangers de l’état d’urgence pour nos libertés

Communiqué du collectif nantais “Sortons de l’état d’ugence” - le 29 janvier 2016

Le collectif nantais “Sortons de l’état d’ugence” organisait hier soir, jeudi 28 janvier 2016, une réunion-débat publique sur le thème “Pourquoi faut-il refuser la réforme constitutionnelle et exiger la levée de l’état d’urgence ?”. 300 personnes ont participé à ce débat introduit par Maître Anne Bouillon, Avocate au Bareau de Nantes, Membre du Syndicat des Avocats de Nantes et avec la participation de :

Serge Portelli, Magistrat, Membre du Syndicat de la Magistrature
Maître Henri Leclerc, Avocat, Président d’Honneur de la Ligue des Droits de l’Homme.

Vous pourrez retrouver leurs analyses dans cette vidéo réalisée par François Nicolas qu’il a mis à notre et à votre disposition en suivant ce lien :

Enfin comprendre ce qu\’est l\’état d\’urgence

<br />de gauche à droite Ph. Legrand, Collectif nantais, Me H. Leclerc, S. Portelli, Me Anne Bouillon

de gauche à droite Ph. Legrand, Collectif nantais, Me H. Leclerc, S. Portelli, Me Anne Bouillon

<br /> Une salle nombreuse et attentive qui a intensément participé au débat

Une salle nombreuse et attentive qui a intensément participé au débat

Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence

Communiqué de presse du Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence - Le 27 janvier 2016

Le Collectif nantais Sortir de l’état d’urgence invite à :

  • participer à une Réunion-Débat jeudi 28 janvier 20h30 Manufacture des tabacs 10bis bd de Stalingrad avec Henri LECLERC, Avocat, Président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme et Serge PORTELLI, Magistrat, membre du Syndicat de la Magistrature ;
  • manifester samedi 30 janvier 14h30 quai F. Mitterrand du Palais de justice (puisqu’avec l’état d’urgence, l’exécutif s’accapare le pouvoir et relègue le pouvoir judiciaire gardien des libertés) à la Préfecture (pour interpeller le Président de la République et le gouvernement), en passant par la passerelle Victor Schoelcher, la place de la Petite Hollande, l’allée Brancas et le Cours des Cinquante Otages.

Sortons de l’état d’urgence !

Réunion débat Sortir de l’état d’urgence

Réunion-débat “Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile en Europe”

Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile en Europe, un afflux exceptionnel ?
L’accueil, un droit, un défi ?, un devoir ?, une évidence ?

Migrants fuyant les guerres ou la misère, migrants climatiques… :
quelles sont les réalités des migrations dans le monde et plus particulièrement en direction de l’Europe ?
En quoi les personnes étrangères sont une chance ?
Pour quelles raisons l’avenir de l’Humanité sera nécessairement ouvert sur le monde et solidaire ?
Comment rendre effectif le droit d’asile dans notre pays ?
Pourquoi l’égalité d’accès au logement, à la nourriture, à l’école, aux soins, à une existence décente pour tous les êtres humains présents sur notre territoire est-elle possible et nécessaire ?
Comment les citoyen-nes peuvent-ils agir ?

Autant de questions dont il sera débattu au cours d’une réunion-débat ce

jeudi 1er octobre à 20h30
salle de réunion de l’espace Cosmopolis
18 rue Lekain à Nantes (entre Graslin et Calvaire)
avec la participation  de Catherine Wihtol de Wenden,
politologue, juriste et enseignante à Sciences Po, spécialiste des migrations internationales.

(entrée libre et gratuite)

Un asile, c’est un droit

Dans le cadre de l’appel national, les associations et organisations syndicales sont invitées à être présentes devant la préfecture de Nantes

ce mardi 8 septembre à partir de 17h30

pour soutenir une délégation qui demande audience au Préfet.
Les citoyennes et citoyens sont les bienvenus pour soutenir cette action.
Retrouvons nous pour un asile, c’est un droit.

Tous, le 24 octobre, sous les Nefs à la Fête de la solidarité

Oui, elle est là et bien là, nous en faisons le pari… cette solidarité parfois cachée derrière le consumérisme, les préjugés, l’intolérance, et il suffit souvent de presque rien pour la réveiller… Nous croyons à l’énergie collective, à la liberté d’expression, nous savons qu’il n’y a pas de droits individuels sans droits collectifs, et nous souhaitons réaffirmer les liens entre les peuples et la nécessité de donner à chacune et chacun un toit, un emploi, des papiers, un avenir solidaire. Solidarité, tu nous tiens ! Tu nous lies, nous relies.

Face à la montée des idées d’intolérance et de rejet de l’autre, nous avons choisi d’organiser un événement culturel  et festif qui permette de faire partager nos valeurs  à un public large et diversifié et de prolonger l’élan citoyen qui a présidé aux manifestations des 10 et 11 janvier. Ce projet associe à  sa réalisation de nombreuses organisations œuvrant dans des domaines très divers (éducation populaire, économie sociale et solidaire,  lutte contre le racisme et les discriminations,  écologie, solidarité internationale…).

Cette fête s’appuie sur le spectacle vivant, la musique, la chanson, les paroles, qui sont partage de plaisir, d’émotions, d’idées. Il a pour ambition de contribuer à semer des graines d’utopie et à créer le désir d’un avenir solidaire.

Des artistes venus d’horizons divers  permettront d’attirer des publics variés :

  • Musique bretonne avec le quintet Hamon-Martin
  • Jazz avec La Belle Vie
  • Chanson française avec Karimouche
  • Electrorock avec Leila Bounous
  • Hip Hop avec Collectif 1.5
  • Chansons en chœur avec Les voix de garage et Babel Canto
  • Fanfare avec Le grand machin chose
  • Spectacle mouvant avec Feu non bulle

Retrouvez toute la programmation sur cette page dédiée

Deux créations originales, un chœur des droits de l’Homme et un spectacle monté avec un groupe de migrants permettront d’affirmer, de façon festive, les valeurs que nous portons.

Des espaces de partage, conçus et animés en commun par l’ensemble des associations partenaires de cette fête pour sensibiliser, échanger, débattre autour de 3 à 5 thèmes. Quelques pistes ont été lancées : accès au droits, lutte contre les discriminations de toutes sortes, lutte contre le racisme et la xénophobie, accueil des migrants, préservation de l’environnement, économie solidaire… La conception de ces espaces est en cours

Le public pourra se promener, s’arrêter, discuter… Un ou plusieurs espaces de convivialité, et de restauration (cuisine du monde réalisée par des associations locales) permettront de prolonger les rencontres, le brassage d’idées.

Un partenariat avec les collectivités locales et les organismes publics permet d’affirmer notre volonté de promouvoir une citoyenneté active.

L’événement se déroulera de 16 h à minuit le 24 octobre 2015, sous les Nefs, sur l’île de Nantes (lieu ouvert à tous, facilement accessible, central, déjà adopté par la population de Nantes et de sa région) et sera gratuit.
Pour que la fête soit réussie, il faut que nous nous mobilisions rapidement, alors, n’hésitez pas à nous contacter pour participer à sa préparation et sa réalisation.

La solidarité, ça donne envie de faire la fête !

Les associations partenaires :

- Afrique Loire, Amnesty International, Amis de la Terre, Artisans du Monde, Association départementale des Francas de Loire-Atlantique, Association Départementale des Gens du Voyage Citoyens (Adgvc), Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (Afev), Association France Palestine Solidarité (Afps), Association Nationale des Visiteurs de Prisons (Anvp), Association des Paralysés de France (Apf), Association Sol’Rom, Attac 44, Auxilia Territoire 44, Cercle Condorcet, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Centre culturel Kurde de Nantes, Cimade, Collectif Enfants étrangers- Citoyens solidaires (RESF 44), Collectif Roosevelt, Confédération Syndicale des Familles (Csf), Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage (FNASAT), Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (Genepi), Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra), Ligue des droits de l’Homme (LdH), Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal44), Logis St Jean, Médecins du Monde, Mémoire de l’Outre-Mer, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), PinG, Services Régionaux Itinérants, Terre de Liens, Tissé Métisse, Virage Energie Climat, …

- Collectif Ni Pauvre - Ni Soumis, Collectif Climat 44, Collectif de soutien aux expulsés de la rue des Stocks, Collectif Romeurope agglomération nantaise, Maison des Citoyens du Monde, Plateforme des ONG pour la Palestine, …

Ont donné une subvention :

- Ville de Nantes, Ville de La Montagne, Département de Loire Atlantique, Région des Pays de la Loire
- MACIF Centre-Ouest Atlantique

Débat “Situation des Roms à Nantes”

Titre: Débat “Situation des Roms à Nantes”
Lieu: Manufacture des tabacs, salle B 1er étage
Description: Parce que la garantie des droits pour toutes et tous est au cœur du combat permanent de la Ligue des droits de l’Homme, nous sommes engagés aux côtés des plus précaires dont les « Roms », citoyens roumains, européens, migrants.
Heure début: 20:30

Date: 2015-06-04

<br />

Romeurope : conférence débat d’Olivier Peyroux

“Roms, sortir de la catégorisation
délinquants ou victimes”

Débat avec Olivier Peyroux
le jeudi 11 juin 2015 à 20 h
salle de conférence de la médiathèque Jacques Demy

Organisée par le Collectif Romeurope de l’agglomération nantaise,
cette soirée a pour objectifs,

en évitant aussi bien l’angélisme que la stigmatisation,
et en s’appuyant sur les réalités locales,

- de déconstruire certaines idées reçues concernant ces habitants des bidonvilles désignés comme Roms,
- d’aborder les questions de délinquance qui prospèrent avec le pourrissement des situations sur certains terrains, véritables zones de non-droit,

- de replacer les migrations de ces familles dans le contexte de l’évolution des pays d’Europe de l’Est,
- et de proposer des perspectives dans le respect des Droits de l’Homme et des valeurs républicaines.

Olivier Peyroux est sociologue, spécialisé sur les migrations des populations roms et sur la question de la traite des êtres humains qu’il a étudiée en Roumanie et en France.

Il est notamment l’auteur de « Délinquants et Victimes,
la traite des enfants d’Europe de l’Est en France. » Ed.Non Lieu, 2013, préface de Robert Badinter.

Contre les naufrages en Méditerranée

Titre: Contre les naufrages en Méditerranée
Lieu: Place Royale
Description: Ensemble, exigeons des ponts, pas des murs
Rassemblement, vendredi 22 mai, Place Royale à Nantes, 18H30
Heure début: 18:00
Date: 2015-05-22

<br />