La fête de la Solidarité à Nantes - Edition 2015

Oui, elle est là et bien là, nous en faisions le pari… cette solidarité parfois cachée derrière le consumérisme, les préjugés, l’intolérance, et il suffit souvent de presque rien pour la réveiller… Nous croyons à l’énergie collective, à la liberté d’expression, nous savons qu’il n’y a pas de droits individuels sans droits collectifs, et nous souhaitons réaffirmer les liens entre les peuples et la nécessité de donner à chacune et chacun un toit, un emploi, des papiers, un avenir solidaire. Solidarité, tu nous tiens ! Tu nous lies, nous relies.

Solidarité face aux attentats | Agissons pour un monde plus juste

Communiqué unitaire d’associations et syndicats nantais (voir liste plus bas) avec le soutien de partis politiques. Nantes, le 18 novembre 2015.

Nous affirmons notre solidarité, notre compassion avec les victimes et leurs familles et partageons leur souffrance.

Nous condamnons avec la plus grande vigueur les attentats qui ont frappé Paris le vendredi 13 novembre 2015 et réaffirmons notre condamnation générale de tous les actes terroristes.

Le terrorisme ne se résume ni à un homme, ni à un groupe. Il est diffus et se développe sur le terrain des inégalités, des injustices, des violences qui règnent sur notre planète. La lutte contre le terrorisme ne se gagnera pas par les armes mais par la construction d’un monde nouveau plus juste, plus égalitaire, plus respectueux des peuples.

L’heure est à la réaffirmation de notre attachement aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, de dignité, de solidarité, d’éducation et de notre aspiration commune à un monde de justice et de paix.

La sécurité humaine doit être assurée sans repli sécuritaire qui amoindrirait la vie démocratique, associative et citoyenne car la démocratie et l’éducation sont les meilleures manières de s’opposer à la stratégie de la peur, de la terreur et de l’obscurantisme.

C’est dans ce cadre et avec ces valeurs que doit se conduire le débat démocratique sur l’analyse des causes et des processus ayant conduit à la situation actuelle. Ce débat est nécessaire pour éviter tout amalgame qui dresserait une partie de la population vivant en France contre une autre.

Nantes - Samedi 21 novembre 2015 - 16h
Parc des chantiers - Machines de l’Île - Nantes

Premiers signataires : Association des Paralysés de France (Apf), Association France Palestine Solidarité (Afps), Attitudes, Centre Interculturel de Documentation (Cid), Confédération Générale du Travail (Cgt), Confédération Française Démocratique du Travail (Cfdt), Collectif Roosevelt, FNASAT-Gens du Voyage, Francas de Loire-Atlantique, GASProm, Fédération Syndicale Unitaire (Fsu), Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal44), Ligue des droits de l’Homme (Ldh), Maison des Citoyens du Monde (Mcm), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), Tissé Métisse, Union syndicale Solidaires, Washma,…

et le soutien de : Alternative Libertaire, Ensemble, Europe Ecologie-Les Verts, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste…

Collectif de soutien aux expulséEs de la rue des Stocks - Appel au rassemblement

Communiqué et appel au rassemblement, du collectif de soutien aux expulséEs de la rue des Stocks, auquel participe la section de Nantes et du pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme. Le 09 novembre 2015 à Nantes.

Dans la nuit de samedi à dimanche les occupants d’un squat nantais ont été l’objet d’une agression criminelle : un coktail molotov a été lancé  à l’intérieur du bätiment dans lequel les habitants étaient endormis. Le projectile a immédiatement été éteint par les occupants. Grâce à leur réaction rapide aucun blessé n’est à déplorer.

Le Collectif de soutien aux expulséEs de la rue des stocks dénonce  cette agression xénophobe, qui s’inscrit dans une suite d’actes de plus en plus violents à l’encontre des migrants : inscriptions racistes, poses de cadenas sur les portes d’un squatt et dégradations diverses à l’encontre des associations qui soutiennent les migrants.

Les pouvoirs publics doivent agir sans tarder en stoppant définitivement les coupables de ces agissements criminels et en apportant des réponses concrètes et adaptées aux personnes qui sont sans abris, sans papiers, sans possibilité de travail etc. Des centres d’accueil inconditionnel et de qualité doivent ouvrir rapidement : c’est une des propositions avancées depuis des semaines, sans succès, par de nombreux collectifs en France.

Madame le Maire, Monsieur Le Préfet, Monsieur le Conseiller Départemental, est-il vraiment impossible pour une agglomération de plus de 600,000 habitants de trouver une solution pérenne et digne pour quelques 300 réfugiés ?

L’attentat lâche, raciste et xénophobe de cette nuit au squat de Chantenay est le résultat de l’ absence de volonté politique des représentants du Gouvernement, des Elus et ses institutions pour trouver la réponse solidaire, humaine et pérenne qu’on doit aux réfugiés et migrants sur notre sol.

Nous, Collectif de soutien aux ExpulséEs de la Rue des Stocks, dénonçons haut et fort cette agression, et appelons les citoyen-ne-s à un rassemblement la Place Royale, mardi 10 novembre à 18h, pour manifester notre rejet de cet acte lâche

Aujourd’hui, nous, tous ensemble, fêtons la solidarité !

Allocution de Annie Richard, présidente de la section de Nantes et du pays nantais, au nom de l’ensemble des associations et collectifs partenaires, lors de la fête de la Solidarité de 2015, à 20h30 sur la grande scène.

Aujourd’hui, nous, tous ensemble, fêtons la solidarité ! Nous la portons haut, nous la chantons, nous la mettons en parole et en actes, ici même !

La solidarité parle de ce qui nous lie, nous relie, de ce fameux lien social qui est autant communauté de destin que communauté d’intérêt, du partage, de la coopération, elle est porteuse d’enthousiasme, d’avenir…

Elle s’exprime :

  • de façon Individuelle, lorsque nous allons vers les autres, proches ou lointains, et collective, lorsque c’est ensemble que nous construisons quelque chose, que nous réalisons une action
  • de façon sensible, lorsque nous partageons émotions, idées et matérielle lorsque nous mettons nos moyens en commun, notamment dans le cadre de l’économie sociale et solidaire
  • de façon humanitaire, lorsque nous aidons ceux qui ne sont pas en situation de résoudre leurs problèmes par eux-mêmes et politique lorsque nous interpellons les élus et gouvernants et inventons d’autres manières que la représentation pour faire vivre la démocratie
  • dans la proximité, le local et même le micro-local lorsque nous agissons sur et dans notre environnement immédiat et dans le lointain au travers de la solidarité internationale

La solidarité est la traduction concrète de la fraternité, indissociable de la liberté et de l’égalité que nous voulons…

Cette solidarité, elle est aujourd’hui mise à mal et nous nous engageons tous pour la mettre en actes face :

  • aux inégalités croissantes, dans le monde (1% de la population détient 50% des richesses) et aussi ici, en France, (alors que jamais le PIB, qui mesure théoriquement notre richesse, n’a été aussi élevé) qui détruisent notre vivre ensemble. Comment accepter que le nombre de pauvres ne cesse d’augmenter ?
  • aux injustices qui se traduisent par deux poids, deux mesures entre ceux qui détournent les fonds publics, mettent leurs profits dans les paradis fiscaux et ceux qui volent pour survivre ou qui se révoltent quand on les licencie…
  • aux pollutions dont les effets sur la vie de ceux qui les subissent sont dramatiques, à commencer par les émissions de CO2 qu’engendrent les énergies fossiles responsables d’un réchauffement climatique porteur d’inégalités…
  • aux violences d’État comme celles qui ont causé la mort de Remi Fraisse, écologiste non violent tué par une arme de guerre, dont c’est aujourd’hui la veille de l’anniversaire de la mort…
  • aux discriminations dont sont victimes ceux qui sont rejetés pour la couleur de leur peau, leurs origines, leur mode de vie, leur handicap, leur orientation sexuelle….
  • aux rejets de l’autre, de l’étranger, à la xénophobie, aux haines ressassées qui se répandent actuellement comme la peste
  • aux atteintes à la liberté d’expression, qu’elles viennent des intégristes ou des groupes financiers, et aux attentas qui visent à éliminer ceux qui la défendent…
  • aux atteintes aux droits à la santé, au logement, au travail, à l’ensemble des droits sociaux qui sont inscrits dans les droits de l’Homme…

Alors, construire un évènement tel que cette fête en incarnant sur scène la solidarité , en la faisant vivre au travers des rencontres et des échanges, c’est, pour nous :

  • lutter contre la morosité, le découragement face à la montée des idées d’extrême droite et la faiblesse des réponses apportées par nos dirigeants à la dégradation de la situation sociale
  • se nourrir du spectacle vivant comme expression culturelle porteuse de partage et créatrice de liens entre des personnes, individus, familles au-delà de leurs appartenances, de leurs croyances
  • nous retrouver dans un cadre ouvert, non contraint par les formes habituelles du militantisme pour échanger librement avec vous tous
  • prolonger l’élan citoyen qui a présidé aux manifestations de janvier pour la défense de la liberté d’expression

Nous sommes nombreux à nous être engagés dans cette aventure, des militants, des bénévoles, des artistes, des techniciens qui partageons l’envie d’être ensemble

Plus de 30 associations œuvrant dans des domaines aussi différents que la défense de l’environnement, la solidarité internationale, l’aide aux migrants, l’économie sociale et solidaire, le droit au logement, l’aide aux sortants de prisons, le droit à la santé, la citoyenneté des gens du voyage….

Ces associations travaillent ensemble dans de nombreux collectifs comme Romeurope, Unis contre une Immigration Jetable, Climat 44… ou associations comme la Maison des Citoyens du Monde…

Ces associations et collectifs locaux ont été réunis pour cette occasion à l’initiative la LDH qui a pris en charge l’organisation de cet évènement

Merci aux collectivités dont nous avons obtenu une subvention pour cet évènement, les villes de Nantes et de La Montagne, le Département de Loire Atlantique et la Région Pays de la Loire ainsi qu’à la MACIF,
Merci aux Machines de l’Ile qui nous accueillent sous les Nefs, à Atlanbois , au réseau Eco évènement..,
Merci à tous les artistes et techniciens qui ont accepté de participer au tarif patronal, dit syndical,
Merci à vous tous qui êtes là pour fêter la solidarité !

Agir pour une société solidaire

Sous les nefs de Nantes où seront les diverses associations partenaires se tiendront des débats et des animations. La Fête sera un moment fort pour échanger sur les différentes dimensions et formes de la solidarité autour de trois thèmes - Agir pour une société :

- équitable,
- ouverte,
- durable.

Nous avons souhaité trois thèmes mais aussi trois formes de débat :

Débats à 18h45

Petite scène (à la suite de squats en scène) : Pour un accueil respectueux et protecteur de toutes les personnes qui souhaitent rejoindre l’Europe

Salle Atlanbois (autre côté du bd Léon Bureau) : Débat interactif : Vivre ensemble dans une société de la diversité… Comment repenser nos modèles de citoyenneté pour les générations futures ?

Gradins derrière le bar : Pour une société équitable

Sans oublier que tout l’après-midi, il sera possible de rencontrer et d’échanger sur le village associatif.

Jouer et découvrir la solidarité au village associatif

A partir de 16 heure, découvrez le village associatif de la fête de la Solidarité sous les nefs de Nantes. De nombreuses associations vous y attendent. Sont prévus jeux participatifs, débats mouvants, espaces de parole, expositions, animations pour les enfants, la famille, les amis…

Découvrez ici ou là sous les Nefs - une ambiance de fête :
- Feu Non Bulle, symphonie déambulatoire de bulles et de feu
- Le Grand Machin Chose, fanfare
- La Compagnie 1.5, groupe de Hip Hop
- Le Chœur des droits de l’Homme (création originale pour l’occasion)

Le Bar Solidaire ;
et la Restauration « Saveurs du monde » assurée par des associations solidaires
- La Malle Créative (restauration du Maghreb)
- Association des Vietnamiens de Loire-Atlantique - AVLA (restauration d’Asie)
- Association France-Afrique pour le Développement de la Solidarité - AFADS (restauration d’Afrique)
- Le Goût des Autres (restauration du Monde)

Animations de 16h à 18h45

Jeux tout public

Un pas en avant

près du stand de Médecins du Monde

Couples mixtes

Coutumes, traditions et transmissions

près du stand de Tissé Métisse

Le parcours du migrant

près du stand de la Cimade
Les porteurs de paroles et leur mur autour de la Solidarité près du stand des Ceméa
Jeu de l’oie nomade près du stand de l’ADGVC, FNASAT et SRI

Jeu de l’oie contre les discriminations

près du stand de la LICRA

Activités de production artistique : vivre ensemble avec nos différences

près du stand des Francas

Qui mange quoi ?

près du stand d’Artisans du Monde

Imprimante 3D

près du stand de PinG

Jeux enfants

Arbre de la Liberté

près du stand de la LDH

Associations et Collectifs présents et/ou partenaires
- Afrique Loire, Amnesty International, Amis de la Terre, Artisans du Monde, Association départementale des Francas de Loire-Atlantique, Association Départementale des Gens du Voyage Citoyens (Adgvc), Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (Afev), Association France Palestine Solidarité (Afps), Association Nationale des Visiteurs de Prisons (Anvp), Association des Paralysés de France (Apf), Association Sol’Rom, Attac 44, Auxilia Territoire 44, Cercle Condorcet, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Cimade, Collectif Enfants étrangers- Citoyens solidaires (RESF 44), Collectif Roosevelt, Confédération Syndicale des Familles (Csf), Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage (FNASAT), Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (Genepi), Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra), Ligue des droits de l’Homme (LdH), Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal44), Médecins du Monde, Mémoire de l’Outre-Mer, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), PinG, Terre de Liens, Tissé Métisse, Virage Energie Climat, …
- Collectif Ni Pauvre - Ni Soumis, Collectif de soutien aux expulsés de la rue des Stocks, Collectif Romeurope agglomération nantaise, Maison des Citoyens du Monde, Plateforme des ONG pour la Palestine, …
(listes non closes)

La programmation du 24 octobre 2015

Grande scène

Petite scène

Hors scène, déambulation

16h

Legrandmachinchose

Feu non bulle

Hip hop N°5

16h30

Babel Canto

17h30

Hamon Martin quintet

18h15

Introduction à la Fête

18h20

Chœur des droits de l’Homme

18h45

Squats en scène

Débats

19h45

La Belle Vie

20h30

Présentation de la Fête

20h45

Les voix de garage

21h15

Karimouche

23h15

Leïla Bounous

  • Le Hamon-Martin Quintet
  • Depuis 1998 et un album fleurant bon La violette, le tandem Hamon – Martin a largement eu le temps et le talent de transformer le gallo d’essai. En duo ou en quintet, les Redonnais continuent de fredonner leurs joyeuses et dansantes ritournelles. Idéal pour se dérider.

    Ridée, laridé, anter-dro, rond, polka… Les profanes penseront peut-être au contenu de la hotte d’un boulanger. Il y a un peu de cela, tant le Hamon Martin quintet a pris depuis dix ans le bon pli de multiplier les plinns par monts et par vaux bretons. Un groupe à danser, donc, composé de cinq zigs toujours partant pour une jig. À l’origine, un accordéon diablement tonique (Janick Martin) et une anche gardienne (Erwann Hamon à la bombarde et aux flûtes) s’unissent en 1998 pour faire danser les auditoires de concert et de fest-noz. Rejoints par Mathieu Hamon au chant gallo, Ronan Pellen au cistre et Erwan Volant à la basse, ils enchaînent en quintet les reprises d’airs traditionnels et les compositions originales, avec toujours une dansante redondance : leur répertoire est peuplé de belles demoiselles. >>> Déridons nous ! Une poésie volontiers surréaliste et des arrangements luxuriants nous font voir et entendre monts et merveilles Sous le tilleul (2009) en duo, ou encore vêtus de L’habit de plume (2004) en quintet. Quelque soit la formule, les Redonnais continuent, et continueront longtemps, de fredonner leurs joyeuses et dansantes ritournelles. Au point que l’on accourt aujourd’hui les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes pour danser sur les rimes gallo, et les rythmes menés à un trot d’enfer par le Hamon. « Le Hamon Martin Quintet est un groupe de musiques traditionnelles bretonnes. À l’origine un duo formé par Janick Martin à l’accordéon diatonique et Erwan Hamon aux bombardes et aux flûtes, tous deux originaires du pays de Redon. »

    • La Belle Vie Quintet

    La belle vie Quintet présente un répertoire original s’inspirant de mélodies populaires françaises , de rythmes impairs d’Europe de l’est, de transes sud-américaines, d’harmonies jazz, propice à la création d’une musique libre et aérée. Libre car d’importants espaces sont ouverts aux improvisations personnelles et collectives. En savoir plus…

    • Karimouche

    « Depuis l’enfance ses proches l’appelle Karimouche alors pourquoi changer se dit-elle, un nom de scène qui lui va à merveille après tout. Karimouche une gouaille mi-banlieue, mi-audiard un peu à la façon d’un Soklak. Des sentiments qui n’ont pas froid aux yeux qui n’hésitent pas à bousculer les mollesses du quotidien, une autodérision délirante… » En savoir plus…

    • Leila Bounous

    L’ex-chanteuse du groupe Orange Blossom […] présente aujourd’hui un univers magique unique et profond, teinté d’electro-rock-oriental.

    Elle puise son inspiration dans le mélange des genres, sans frontières ni codes, dans le métissage dont elle est le fruit et chante sa poésie en dialecte algérois. Sa voix, envoûtante, profonde et cristalline, parfois inquiétante et féérique, invite au rêve et nous fait voyager dans mille lieux insoupçonnés. De la bienveillance à la tourmente, sa musique a une portée universelle tant elle est sincère et touchante. Avec une grande générosité et une belle simplicité, Leïla et ses musiciens complices touchent là où on ne s’y attend pas et nous renvoient à une humanité profonde, celle de la vie même. La magie opère et la chanteuse se dévoile, entre révolte et mélancolie. En savoir plus…

    • Collectif 1.5

    1.5 est un collectif dirigé par 5 danseurs nantais. Issus de différents univers artistiques, nous nous sommes trouvés et avons évolués ensemble dans la danse et en particulier la danse Hip Hop. Notre association a pour but de promouvoir l’art en général et la danse plus particulièrement en les rendant accessible au plus grand nombre. Spécialisés en danse hip-hop, nos projets se construisent majoritairement autour de thématiques liées à cette pratique et à son berceau culturel. Curieux et ouverts à d’autres formes d’expressions artistiques, nous collaborons avec de nombreux artistes, structures et associations à Nantes et à travers le monde. En savoir plus…

    • Babel Canto

    Mené par le chef de chœur Bernard Quemener, le groupe vocal Babel Canto est né il y a quinze ans, pour répondre aux souhaits de chanteurs amateurs de travailler leurs voix avec des conditions quasi professionnelles. Aujourd’hui, ils sont douze à répéter chaque semaine au Pôle Musical: trois sopranos femme, trois altis femme, trois ténors homme et trois basses homme. […] Babel Canto invite au voyage à travers ses polyphonies vagabondes d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs, de ballades en rocks, de chants traditionnels aux chansons d’auteurs… – Les chants traditionnels viennent du Japon, d’Estonie, de Géorgie, de Russie, d’Amérique Latine, du Vénézuela, d’Argentine, du Chili, de Chine…; les chants régionaux sont corses et basques; les chansons d’auteurs reprennent Les Marquises de Jacques Brel, Syracuse d’Henri Salvador, Réveille de Zachary Richard, et Dey (deuil) de la chanteuse haïtienne Toto Bissainthe… (in La Chapelle sur Erdre, Le Magazine, N° 111 – Déc 2016 – Janv 2015, pp 14-15) En savoir plus…

    • Le GrandMACHINChose

    Le GrandMACHINChose, un nom presque “débile” sinon pas sérieux, pour essayer de qualifier plus ou moins clairement : une fanfare, un orchestre de rue, une banda, un ensemble de cuivres et de sax, une bande de potes, tout simplement une grande récréation musicale.

    Le GrandMACHINChose c’est une vingtaine de “musiSHOWziens” qui fanfaronnent au coin de la rue, au bistrot du coin, à la fête du village (et si possible devant des huîtres et du muscadet !). Si la musique est au GrandMACHINChose, la presse a su communiquer et expliquer le phénomène : “Une vingtaine de fanfarons réunis dans un machin rose à géométrie variable et aux tonalités changeantes. Ska, rock, funk : tout y passe. A l’affût de la rencontre avec le public, le bonbon se laisse partager. Une vraie machine à plaisir !” Un autre compliment : “Le GrandMACHINChose : Peinture vivante et Improvisation chorégraphiée. Imprévus et étonnants, leurs spectacles nous plongent dans des univers poétiques et ludiques. Ce sont des créateurs d‘ambiance. A la lecture de la presse, nous nous sommes amusés à imaginer nos propres articles. En voici un extrait : Glouglou cuivré d’un ovni dans le monde déluré des fanfares, le GrandMachinChose vous offre ses couleurs de fête sur des rythmes endiablés. Avec ses cuivres chauffés à blanc et ses tambours battants, le GrandMachinChose est à la musique ce que le beurre est aux pâtes, le citron au ti-punch et les cacahouètes à l’apéro. Sur scène, les musiciens loufoques explorent des planètes musicales aussi diverses que variées et vous font partager les senteurs enivrantes de la salsa, du ska, du rock, du funk… Bref tout ce qui a de l’arôme musical. ATTENTION !! De l’avis des plus grands experts scientifiques, l’abus du GrandMachinChose provoque un état d’hilarité généralisé suivi de pulsations incontrôlées et de démangeaisons frénétiques. A consommer sans modération… Bref, c’est que du bonheur !! En savoir plus…

    • Feu Non Bulle

    « La compagnie Feu Non Bulle propose son univers poétique explorant les possibles de l’Eau et du Feu, en salle comme dans la rue. Elle se veut plateforme de jeu avec ces éléments plein d’émotions, de magie inhérente et irrésistible, de force et de fragilité à la fois. » En savoir plus…

    Stop à la haine, pour l’accès aux droits de toutes les personnes présentes dans notre pays

    Communiqué du Collectif 44 Et maintenant Pour un avenir solidaire, auquel prend activement part la section de Nantes et du pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme. Nantes, Le 16 septembre 2015.

    Un ou des individus ont, dans la nuit du 11 au 12 septembre, tagué l’église Saint-Médard et la mosquée Al Moshinine ainsi que des bâtiments commerciaux et un stade de football à Nantes en écrivant notamment “Dehors les réfugiés” ou encore “Vos impôts financent l’invasion de la France”.

    Nous dénonçons ces actes de haine.

    Par ailleurs, la tête de liste régionale du parti d’extrême-droite, le Front National stigmatisait (Ouest-France du 11 septembre) “… les vieilles ficelles de la fausse charité chrétienne, celle qui consiste à faire payer certains avec l’argent des autres, mais en se parant de la générosité de tous…” en accusant ” la préférence étrangère” et menaçant d’établir “la liste des élus accueillant ces clandestins sans contrôle aucun avec l’argent des contribuables [... et d'exposer] les sommes que chacun aura dépensées au détriment des Français pauvres et de leurs familles”.

    Nous nous opposons à ces tentatives de diviser et de faire s’opposer celles et ceux qui souffrent de la précarité et de la pauvreté.

    Nous combattons ces idées qui voudraient nous faire croire que les droits des personnes étrangères sont préjudiciables aux droits des personnes françaises et plus largement que l’étranger est un problème. Toute l’Histoire et toutes les analyses montrent au contraire que les personnes immigrées apportent plus d’initiatives et de talent, de développement et de richesses qu’elles ne coûtent à la société.

    Nous disons que les personnes étrangères fuyant la guerre ou la misère qui arrivent dans notre pays de 65 millions d’habitants sont quelques dizaines de milliers quand d’autres pays en accueillent plusieurs millions. Nous disons que l’Autre, qu’il soit né à l’étranger ou en France, est une chance. A l’opposé des idées qui distillent la peur et le rejet de l’autre, nous affirmons que l’avenir de l’Humanité sera nécessairement ouvert sur le monde et solidaire.

    Pour le Collectif 44 Et maintenant Pour un avenir solidaire, l’égalité d’accès aux droits - et les droits sont indivisibles -  est un défi majeur posé à la société. Dans le cas d’espèce, il s’agit de l’égalité d’accès pour tous les êtres humains présents sur notre territoire au logement, à la nourriture, à l’école, aux soins, à une existence décente.

    Le Collectif 44 Et maintenant Pour un avenir solidaire avec les organisations : Artisans du Monde, Association départementale des Francas de Loire-Atlantique, Association France Palestine Solidarité, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Ligue Contre le racisme et l’Antisémitisme (Licra), Ligue des droits de l’Homme (Ldh), Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal44), Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap)

    Tous, le 24 octobre, sous les Nefs à la Fête de la solidarité

    Oui, elle est là et bien là, nous en faisons le pari… cette solidarité parfois cachée derrière le consumérisme, les préjugés, l’intolérance, et il suffit souvent de presque rien pour la réveiller… Nous croyons à l’énergie collective, à la liberté d’expression, nous savons qu’il n’y a pas de droits individuels sans droits collectifs, et nous souhaitons réaffirmer les liens entre les peuples et la nécessité de donner à chacune et chacun un toit, un emploi, des papiers, un avenir solidaire. Solidarité, tu nous tiens ! Tu nous lies, nous relies.

    Face à la montée des idées d’intolérance et de rejet de l’autre, nous avons choisi d’organiser un événement culturel  et festif qui permette de faire partager nos valeurs  à un public large et diversifié et de prolonger l’élan citoyen qui a présidé aux manifestations des 10 et 11 janvier. Ce projet associe à  sa réalisation de nombreuses organisations œuvrant dans des domaines très divers (éducation populaire, économie sociale et solidaire,  lutte contre le racisme et les discriminations,  écologie, solidarité internationale…).

    Cette fête s’appuie sur le spectacle vivant, la musique, la chanson, les paroles, qui sont partage de plaisir, d’émotions, d’idées. Il a pour ambition de contribuer à semer des graines d’utopie et à créer le désir d’un avenir solidaire.

    Des artistes venus d’horizons divers  permettront d’attirer des publics variés :

    • Musique bretonne avec le quintet Hamon-Martin
    • Jazz avec La Belle Vie
    • Chanson française avec Karimouche
    • Electrorock avec Leila Bounous
    • Hip Hop avec Collectif 1.5
    • Chansons en chœur avec Les voix de garage et Babel Canto
    • Fanfare avec Le grand machin chose
    • Spectacle mouvant avec Feu non bulle

    Retrouvez toute la programmation sur cette page dédiée

    Deux créations originales, un chœur des droits de l’Homme et un spectacle monté avec un groupe de migrants permettront d’affirmer, de façon festive, les valeurs que nous portons.

    Des espaces de partage, conçus et animés en commun par l’ensemble des associations partenaires de cette fête pour sensibiliser, échanger, débattre autour de 3 à 5 thèmes. Quelques pistes ont été lancées : accès au droits, lutte contre les discriminations de toutes sortes, lutte contre le racisme et la xénophobie, accueil des migrants, préservation de l’environnement, économie solidaire… La conception de ces espaces est en cours

    Le public pourra se promener, s’arrêter, discuter… Un ou plusieurs espaces de convivialité, et de restauration (cuisine du monde réalisée par des associations locales) permettront de prolonger les rencontres, le brassage d’idées.

    Un partenariat avec les collectivités locales et les organismes publics permet d’affirmer notre volonté de promouvoir une citoyenneté active.

    L’événement se déroulera de 16 h à minuit le 24 octobre 2015, sous les Nefs, sur l’île de Nantes (lieu ouvert à tous, facilement accessible, central, déjà adopté par la population de Nantes et de sa région) et sera gratuit.
    Pour que la fête soit réussie, il faut que nous nous mobilisions rapidement, alors, n’hésitez pas à nous contacter pour participer à sa préparation et sa réalisation.

    La solidarité, ça donne envie de faire la fête !

    Les associations partenaires :

    - Afrique Loire, Amnesty International, Amis de la Terre, Artisans du Monde, Association départementale des Francas de Loire-Atlantique, Association Départementale des Gens du Voyage Citoyens (Adgvc), Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (Afev), Association France Palestine Solidarité (Afps), Association Nationale des Visiteurs de Prisons (Anvp), Association des Paralysés de France (Apf), Association Sol’Rom, Attac 44, Auxilia Territoire 44, Cercle Condorcet, Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa), Centre culturel Kurde de Nantes, Cimade, Collectif Enfants étrangers- Citoyens solidaires (RESF 44), Collectif Roosevelt, Confédération Syndicale des Familles (Csf), Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage (FNASAT), Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (Genepi), Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme (Licra), Ligue des droits de l’Homme (LdH), Ligue de l’enseignement-Fédération des Amicales Laïques (Fal44), Logis St Jean, Médecins du Monde, Mémoire de l’Outre-Mer, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (Mrap), PinG, Services Régionaux Itinérants, Terre de Liens, Tissé Métisse, Virage Energie Climat, …

    - Collectif Ni Pauvre - Ni Soumis, Collectif Climat 44, Collectif de soutien aux expulsés de la rue des Stocks, Collectif Romeurope agglomération nantaise, Maison des Citoyens du Monde, Plateforme des ONG pour la Palestine, …

    Ont donné une subvention :

    - Ville de Nantes, Ville de La Montagne, Département de Loire Atlantique, Région des Pays de la Loire
    - MACIF Centre-Ouest Atlantique

    Halte à la « criminalisation » du mouvement social

    Expression de la section de Nantes et du pays nantais de la Ligue des droits de l’Homme. Le 5 juillet 2014.

    - Sylvain Fresneau, paysan de Notre-Dame-des-Landes et Président de l’ADECA poursuivi pour « violences volontaires sur dépositaire de l’autorité publique avec arme (en l’occurrence son tracteur) » puis relaxé ;

    - Des militants des « Conti » devant les tribunaux pour une action syndicale collective ;

    - Cinq militants de la Confédération Paysanne arrêtés pour une action symbolique de démontage de pièces de la salle de traite de la ferme-usine dite « des 1000 vaches » ;

    - Les manifestations des opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes fortement réprimées par les forces de police depuis l’été 2011. La Ligue des droits de l’Homme a dénoncé la disproportion des présences et interventions policières.

    Depuis plusieurs années, dans une situation où des mobilisations larges et souvent unitaires se sont développées contre des politiques gouvernementales, des manifestations et faits survenus à leur occasion ou à leur issue ont donné lieu à une répression policière et judiciaire souvent sévère et disproportionnée. L’appareil sécuritaire institutionnel a tendance à réprimer toute pensée contestataire, en stigmatisant le mouvement social, rejetant toute opposition dans l’illégalité.

    Par delà les points de vue divers sur les revendications, le droit de manifester doit être totalement respecté. L’action de la police ne doit pas avoir pour effet de dissuader les citoyen-nes de participer à des manifestations ou actions collectives.

    En effet, c’est une liberté fondamentale que de pouvoir contester ce qu’on estime injuste ou injustifié et de pouvoir le manifester publiquement.

    Et, pour obtenir des résultats, un conflit social et collectif peut impliquer de mettre en œuvre de véritables rapports de forces. C’est pourquoi, la Ligue des droits de l’Homme souligne que dans une manifestation, comme dans tout conflit collectif, les comportements individuels se situent, et doivent être restitués dans une implication collective. C’est la raison pour laquelle, la justice pénale qui, par nature, sanctionne les infractions individuelles est mal adaptée et ne peut être un mode de règlement naturel des conflits sociaux et collectifs.

    L’exercice de la démocratie prend des formes multiples et complémentaires. L’Histoire est longue de ces conflits sociaux et collectifs qui ont modifié des décisions pourtant considérés comme irréversibles. Les résistances ont permis, en plusieurs occasions dans notre Histoire, de défendre et de faire progresser les droits de toutes et tous, les libertés et l’égalité.

    Choisir de débattre, c’est choisir de remplacer les coups par les mots. Toutes les sociétés sont faites de conflits ; elles ne différent que par les moyens, violents ou non, rationnels ou non, de les régler.