Les prisonniers internés à Trévé

Après la débâcle de juin 1940, de nombreux combattants de l’armée française sont faits prisonniers. Ceux originaires de la métropole sont expédiés vers l’Allemagne. Ceci est bien connu. Ce qui l’est moins, c’est que les 70000 prisonniers coloniaux sont enfermés en France dans 22 camps (frontstalags) gardés par des sentinelles allemandes, puis, à partir de janvier 1943, par des gardes du gouvernement de Vichy (gendarmes, miliciens….).

A la libération, les retours au pays de ces prisonniers donnent lieu à de nombreux incidents, mortels parfois (des dizaines de victimes à Thiaroye, près de Dakar).

Cette histoire, grandement oubliée ou occultée a été remise en lumière grâce , notamment, à une historienne, ARMELLE MABON.

On apprend entre autres que 400 tirailleurs sénégalais ont refusé d’embarquer à Morlaix  (n’ayant pas reçu leur solde !) et ont été enfermés à TREVE dans un camp abandonné par les militaires allemands (de novembre 1944 à janvier 1945).

Quelques témoignages récents ont été recueillis à Trévé. D’autres devraient encore sortir de l’oubli.

A lire : Prisonniers de guerre « indigènes ».Visages de la France occupée d’ARMELLE MABON  éditions de la Découverte

A voir « Oubliés et trahis. Les prisonniers de la guerre coloniaux et nord-africains ».Armelle Mabon etViolaine Dejoie-Robin, Grenade  Production 53 ‘’

Pour prendre date :

Le samedi 16 avril , la section Loudéac centre Bretagne de la ligue des droits de l’Homme propose , à Trévé , en présence d’ARMELLE MABON la projection du film «  OUBLIES ET TRAHIS », suivie d’un débat.

Noël  Lagadec

Soyez le premier à réagir

Entrez un commentaire...

Flux RSS des commentaires sur cet article. URL de TrackBack

Laisser un commentaire

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.