Articles tagués : regroupement familial

LDH Clermont – Mamadou Sidibé : le mépris du droit de vivre en famille

Le ministre de l’intérieur, Claude Guéant a récemment fait part de son intention de s’attaquer à l’immigration légale, en particulier en modifiant les règles du regroupement familial pour lequel la France « est trop généreuse ». Vous trouverez ci-dessous un exemple frappant de cette générosité.

—————————————————————————————————————

Lorsque Monsieur et Madame Sidibe étaient arrivés de Guinée en France, ils n’avaient pas pu emmener leur fils Mamadou. Quand ils ont obtenu l’autorisation préfectorale de regroupement familial en mars 2006 (compte tenu des exigences et de la durée de cette procédure) ce fut un grand bonheur. Ils ont alors payé tous les frais afférents et Mamadou (qui avait alors 17 ans) fit sa demande de visa à l’ambassade de France à Conakry.
Hélas les ennuis ne faisaient que commencer. L’ambassade considéra que l’acte de naissance de Mamadou comportait des irrégularités, que la filiation était douteuse et refusa le visa.
Les protestations de bonne foi de la famille ne servirent évidemment à rien ni d’ailleurs un jugement du tribunal du district de naissance de Mamadou qui confirmait son état civil.

Une longue bagarre juridique s’engagea, avec Maître Kiganga comme conseil : recours gracieux, commission des recours de refus de visa, conseil d’Etat ….
Chaque décision rejeta la demande de Mamadou.
Enfin, en décembre 2010, le tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand accorda à Mamadou le droit de prouver qu’il est bien le fils de son père et prescrivit un examen comparatif des empreintes génétiques (ce que la famille réclamait depuis des années).
Mamadou obtint de l’ambassade un visa de 1 mois pour venir passer ces tests en France.
Après 5 ans d’attente la famille allait être réunie pour quelques semaines !!! Mr et Mme Sidibé payèrent le visa et le voyage Conakry- Lyon Saint-Exupéry et attendirent leur enfant.

C’était ignorer la vigilance des services aux frontières ! Mamadou avait tous les papiers nécessaires y compris une attestation d’accueil (visée par l’ambassade de France !) mais que la Police des Frontières déclara non réglementaire et exigea qu’il ait sur lui une somme d’argent qu’il n’avait pas. C’était un motif de refus d’entrée.
Si bien que, arrivé à l’aéroport Saint-Exupéry le 29 mars à 16h15 après escale à Casablanca, il fut réexpédié au Maroc par le vol de 17h15 puis à Conakry le soir même. Il n’est même pas sorti de la zone internationale et n’a même pas pu embrasser sa famille !

Mais il y a une suite:
Une enveloppe contenait tous les documents de Mamadou (dont son passeport). Elle fut confiée par la Police des Frontières au commandant de bord du vol Lyon-Casablanca.
Arrivé à Conakry, la police de l’aéroport déclara à Mamadou qu’il ne pouvait entrer en Guinée. Dans l’enveloppe …le passeport avait disparu !!!
Qui l’a gardé ? Impossible de le savoir malgré tous nos efforts.
Le visa de Mamadou expire le 8 mai ! A moins d’une intervention « convaincante » auprès des services concernés, Mamadou ne pourra ni retrouver son passeport, ni le faire refaire en temps voulu et le visa sera périmé.

Mais ne soyons pas négatifs :
Peut–être pourra-t-il, avec l’aide financière de ses parents, (Monsieur Sidibé est gardien d’immeubles) faire refaire un passeport puis un visa puis obtenir un nouveau rendez vous au centre des prélèvements génétiques de Nantes puis payer un nouvel aller retour Conakry-Lyon-Conakry puis, au vu des tests prouvant la filiation, obtenir enfin de l’ambassade le visa long séjour qu’il réclame depuis 2006 et venir enfin rejoindre sa famille dans notre douce France, fille aînée des droits de l’homme.
Plus que quelques années d’attente !!!???
Marie Guillerminet, section LDH de Clermont-Riom