Reconnaissez les Droits des Peuples Amérindiens de Guyane Française

La Guyane est un Département français d’Outre-mer, situé en Amérique du Sud, et dont les premiers habitants, environ 10.000, se répartissent sur le littoral urbain et l’intérieur du Parc amazonien en sept nations Amérindiennes : Tɨleuyu (Kali’na), Paykweneh, Wayãpi, Wayana, Teko, Lokono (Arawak) et Apalaï.

Je m’appelle Alexandre, je suis métis Tɨleuyu et Alsacien, engagé dans la reconnaissance de ma culture et le respect des droits de mes ancêtres.

Si j’ai décidé de lancer cette pétition, c’est dans le but de poursuivre l’oeuvre de feu mon grand-père, chef coutumier du village Paddock, qui n’avait pas peur de s’adresser aux représentants de l’Etat pour porter la voix de ses « Frères et Sœurs ».

Nous sommes en 2016. Pendant que les yeux de l’Europe sont braqués sur le succès des fusées Arianespace, les Amérindiens tentent de faire entendre leur voix dans une société guyanaise qui les ignore.

Malgré les condamnations de l’ONU, et les divers rapports parlementaires, la France continue de renier l’existence de droits inhérents aux peuples indigènes au motif de « l’indivisibilité de la République ». Pire, leurs droits fondamentaux de citoyens français et européens ne sont tous simplement pas assurés.

Victimes de l’orpaillage clandestin et de la pollution des fleuves au mercure, victimes du pillage de leurs savoirs ancestraux, victimes de la précarité et du manque d’accès aux soins, victimes de l’alcoolisme et d’un taux de suicide important, les Amérindiens de Guyane sont aujourd’hui « les abandonnés de la République. »

Cela ne peut plus durer.

Grâce à leur mobilisation les Autochtones ont déjà obtenu, au Canada et dans plusieurs pays, une avancée significative par l’application de leurs droits reconnus dans les conventions internationales.

C’est pourquoi je demande à l’Etat, avec le soutien des élus, y compris de Guyane, la ratification de la Convention n°169 de l’Organisation Internationale du Travail qui est le seul instrument juridique permettant l’application des droits autochtones en France.

Je demande à l’Etat et aux élus d’entendre nos appels à l’aide concernant :

  • l’accès à des infrastructures scolaires, médicales et administratives décentes pour rompre l’isolement des villages les plus reculés ;
  • l’application d’une véritable politique de santé publique sur la prévention du suicide, de l’alcoolisme, et de la contamination au mercure ;
  • la protection de l’environnement en mettant fin à l’orpaillage clandestin, et en limitant l’implantation des sociétés aurifères ;
  • la fin du pillage des connaissances médicinales amérindiennes par les chercheurs et les laboratoires pharmaceutiques ;
  • l’enseignement dans nos langues et dans le respect de notre culture ;
  • la restitution des terres de nos ancêtres dans les zones de village en surpopulation ;
  • le respect de nos représentants coutumiers, et leur implicationsystématique dans les décisions concernant leur territoire en Guyane.

Au vu de l’urgence, l’Etat ne peut plus fuir ses responsabilités et ignorer la diversité de ses communautés. La France doit apporter des solutionsadaptées, rapides et concrètes afin de rétablir « l’Egalité réelle » entre tous ses citoyens.

Soyons responsables, soyons humains, et agissons pour le respect des Droits des peuples autochtones de Guyane.

Merci de signer ma pétition!