Condamnation de Jacqueline Sauvage : une peine inacceptable !

Pendant des années, Jacqueline Sauvage et ses filles ont été les victimes parfaitement identifiées de violences exercées par le mari au sein de la cellule familiale. En 2012, pour faire cesser l’insupportable, elle tue son mari. Si le crime doit être puni, la condamnation à dix ans de prison, prise en appel le 4 décembre dernier, est incompréhensible et injuste compte tenu des circonstances.

La Ligue des droits de l’Homme apporte son soutien à Jacqueline Sauvage et à ses filles, comme à toutes les femmes victimes de violences et d’agressions sexuelles.

La LDH,  joignant sa voix à celle de tous ceux et toutes celles qui, aujourd’hui, sont engagés dans la lutte pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, appelle le président de la République à user de son droit de grâce présidentielle en faveur de Jacqueline Sauvage.

Paris, le 15 janvier  2016