Lancement d’un réseau de lutte contre la vidéosurveillance en Ile de France

Communiqué de la LDH Ile-de-France

Face à la société de surveillance, les militants de la Ligue des droits de l’Homme lancent un réseau de lutte contre la vidéosurveillance en Ile-de-France.Alarmé par le mirage sécuritaire conduisant au développement de la vidéosurveillance dans l’espace public, accentué notamment par la loi Loppsi 2 votée en première lecture aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le Comité régional Ile-de-France de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) a décidé de lancer un réseau de lutte contre la vidéosurveillance dans la région. Ce réseau réunit les différentes structures franciliennes de la LDH engagées dans cette lutte et a pour mission d’organiser des actions d’information des citoyens et d’opposition à la vidéosurveillance en Ile-de-France.

Le gouvernement prévoit de tripler en 2 ans le nombre des caméras de vidéosurveillance dans l’espace public en France (de 20 000 à 60 000) et d’investir 20 millions d’euros d’argent public. Son objectif est simple : favoriser le développement de caméras de vidéosurveillance en payant en partie l’installation, en l’imposant si nécessaire comme la loi Loppsi 2 le lui permettrait, laissant ensuite le financement du fonctionnement et de la maintenance grever les budgets à venir des communes.

A Paris, le gouvernement, soutenu par la mairie, s’apprête à mettre en oeuvre un premier plan d’installation de 1250 caméras dans l’espace public pour un coût estimé de 300 millions d’euros. En Ile-de-France, certaines municipalités ont déjà franchi le pas (Levallois-Perret, Puteaux, Bondy,…). D’autres s’apprêtent à mettre en place des systèmes de vidéosurveillance (Nogent-sur-Marne, Saint-Leu la Forêt, Le Plessis Robinson). D’autres enfin rejettent la vidéosurveillance comme Pontoise, Malakoff ou Montreuil.

Le Comité régional Ile-de-France de la LDH déplore les campagnes de désinformation orchestrées par un certain nombre de municipalités et d’élus franciliens concernant la vidéosurveillance. Elles révèlent le refus d’un débat citoyen ouvert et contradictoire. Elles visent à masquer l’absence de preuve d’efficacité de la vidéosurveillance dans la lutte contre la délinquance et le terrorisme, et ignorent sciemment les risques d’atteintes aux libertés publiques. Enfin, elles symbolisent une volonté d’imposer une politique de répression au détriment d’une approche préventive de la violence dans notre société.

Ce réseau de lutte contre la vidéosurveillance en Ile-de-France contribuera à informer et alerter les francilien(ne)s sur un fiasco programmé en s’opposant au développement d’une technologie au coût exorbitant, emblématique de la mise en place graduelle d’une société de surveillance généralisée.

Paris, le 16 février 2010

Contact : info.ravif@yahoo.fr

Share This